ICE trains parked outside the central station in Frankfurt.

Jean Delaunay

Les conducteurs de train allemands entament une grève de six jours, paralysant quasiment le trafic ferroviaire

Le syndicat GDL est engagé dans un conflit acharné avec le principal opérateur ferroviaire du pays au sujet des horaires de travail et des salaires.

Les conducteurs de train allemands ont de nouveau paralysé le trafic ferroviaire tôt mercredi matin lorsqu’ils ont entamé une grève de six jours pour les salaires et les horaires de travail.

L’action du syndicat GDL concernera les services de passagers et les trains de marchandises exploités par la société publique Deutsche Bahn jusqu’à lundi 18h00.

Le syndicat a organisé une grève de trois jours au début du mois et deux débrayages l’année dernière qui ont duré jusqu’à 24 heures.

Mercredi, les voyages en train à travers le pays et dans de nombreuses villes se sont à nouveau arrêtés, les navetteurs et autres voyageurs ayant du mal à trouver des alternatives impliquant des voyages longue distance en bus, en voiture ou en avion.

Les voyageurs se disent inquiets, en colère ou résignés face à la situation.

Ce n’est « pas bon », a déclaré un navetteur. « On perd deux jours à l’hôtel. Eh bien, je n’aime pas ça. »

Un autre s’est dit favorable à la grève, mais a admis que sa durée était « discutable ».

Comme lors des grèves précédentes, environ 80 pour cent des trains longue distance ont été annulés et des restrictions considérables ont également été mises en place sur les services régionaux.

Le transport de marchandises sera également soumis à des restrictions considérables : « Le trafic de marchandises européen à travers les Alpes, la Pologne ou vers la Scandinavie ainsi que les ports maritimes des Pays-Bas ou de Belgique seront également concernés », a déclaré la Deutsche Bahn.

Même avant la grève, une baisse significative des volumes de fret avait été enregistrée car de nombreux clients avaient annulé leurs expéditions.

Un train arrive à la gare centrale de Francfort, en Allemagne, le mercredi 24 janvier 2024.
Un train arrive à la gare centrale de Francfort, en Allemagne, le mercredi 24 janvier 2024.

Outre les augmentations de salaire, le syndicat demande que la durée du travail soit réduite de 38 à 35 heures par semaine sans réduction de salaire, une demande que la Deutsche Bahn a jusqu’à présent refusée, affirmant qu’elle n’était prête à accepter que 37 heures.

GDL affirme que cela rendrait le travail pour les chemins de fer plus attrayant et aiderait à attirer de nouvelles recrues, tandis que la Deutsche Bahn affirme que les revendications du syndicat ne sont pas pratiques.

Le syndicat s’est dit « prêt à faire des compromis » et a proposé un nouvel accord mardi.

Celui-ci contient le même accord salarial que nous avons conclu avec 18 autres entreprises ferroviaires en Allemagne. Cela signifie qu’il appartient désormais à M. Seiler de décider si nous poursuivons la grève », a déclaré Philipp Grams, conducteur de train et porte-parole du GDL, en faisant référence à Martin Seiler, directeur des ressources humaines et des affaires juridiques de la Deutsche Bahn.

Mais mercredi, la compagnie ferroviaire a de nouveau rejeté les propositions du syndicat comme base pour de nouvelles négociations, les qualifiant de « répétition de revendications maximales bien connues ».

Les négociations étant au point mort, le ministre allemand des Transports a déclaré que le gouvernement n’excluait pas une procédure d’arbitrage entre GDL et Deutsche Bahn.

« Si les choses sont dans une telle impasse que nous ne pouvons évidemment plus nous parler, nous avons alors besoin de toute urgence d’une médiation ou d’un arbitrage », a déclaré Volker Wissing.

Laisser un commentaire

dix-neuf − 1 =