Inflation is set to show a rise

Milos Schmidt

Les cinq défis auxquels l’économie italienne sera confrontée en 2024

Dans ses dernières prévisions, la Banque d’Italie estime que l’économie du pays ralentira encore en 2024, et que l’inflation devrait augmenter.

Les questions financières de l’Italie resteront probablement l’un des problèmes les plus importants du pays cette année, avec des finances publiques toujours dans un état précaire. L’Italie a besoin de plus de travailleurs dans diverses industries, mais la volonté d’augmenter le nombre de travailleurs étrangers sera probablement freinée en raison de l’influence croissante de l’extrême droite.

Ralentissement du taux de croissance du PIB

Dans ses dernières prévisions, la Banque d’Italie estime que le produit intérieur brut (PIB) ralentira encore en 2024, passant à 0,6 % contre 0,7 % en 2023. L’inflation, qui a un impact direct et significatif sur les consommateurs, s’est un peu atténuée mais est devrait à nouveau augmenter au-dessus du seuil de 2 %. L’inflation sous-jacente, qui exclut l’énergie et l’alimentation, s’élève toujours à 3,1%, selon les chiffres publiés en décembre. Les mesures mises en place pour atténuer l’impact de la hausse des prix de l’énergie – comme un taux de TVA de 22 % sur le gaz – sont en train d’être levées, entraînant ainsi une nouvelle poussée inflationniste.

Les investissements, notamment dans le secteur de la construction, ont fortement diminué en 2023 et, selon GlobalData, ils connaîtront une nouvelle baisse de 8,6 % cette année, en combinaison avec une baisse de l’emploi, des permis et des permis de résidence. Les analystes Fitch Solutions prévoient un ralentissement des dépenses de consommation et des investissements par rapport aux deux années précédentes. Il s’attend à ce que la croissance du PIB ralentisse à 0,3% en 2024, en dessous d’une estimation de 0,8%.

Un marché du travail fragile

Une autre fonction du ralentissement de l’économie est qu’elle conduit à un resserrement des conditions financières. Fitch Solutions estime que la Banque centrale européenne (BCE) maintiendra son taux directeur à 4 % jusqu’en octobre, ce qui pourrait nuire à l’activité commerciale et manufacturière.

Il est important de noter que 75,1 % des prêts contractés en 2023 par les ménages et les entreprises étaient ce qu’on appelle des prêts à taux variable, où le niveau des intérêts remboursés sur le prêt est variable et non fixe. Cela signifie que si les taux d’intérêt augmentent, ceux qui bénéficient de prêts à taux variable devront rembourser davantage d’intérêts sur leurs prêts. L’augmentation du coût d’emprunt pour les entreprises et les particuliers signifie que les deux groupes auront probablement moins d’argent à dépenser ailleurs.

Un autre impact possible pourrait être un ralentissement des marchés du travail. L’agence de notation s’attend à ce que le chômage atteigne 8,5% d’ici fin 2024 contre 7,6% au deuxième trimestre 2023 en Italie.

Les consommateurs s’attendent à davantage de souffrance

La baisse des niveaux d’emploi et le ralentissement de la croissance des salaires devraient exercer une pression supplémentaire sur les consommateurs et leurs dépenses. Par exemple, si l’on regarde le taux hypothécaire en août 2023, il s’élevait à 4,3 %, contre 3 % auparavant. Cela a inévitablement un effet négatif sur le revenu disponible des consommateurs.

Climat

Alors que les catastrophes climatiques sont de plus en plus répandues dans le pays, les inondations catastrophiques de 2023 semblent devenir plus fréquentes dans certaines régions d’Italie. Si la tendance se maintient en 2024, il semble que l’incohérence climatique de l’Italie pourrait conduire le pays à connaître une série d’événements météorologiques extrêmes qui s’avéreront dangereux pour son paysage socio-économique.

Étant donné que la deuxième année d’El Nino est généralement plus chaude que la première, 2024 pourrait présenter des défis climatiques pour l’Italie dans les principaux secteurs de la santé, de l’énergie et de l’alimentation.

L’Italie et le défi du leadership du G7

L’année a commencé avec la relève du Japon à la présidence du G7 par l’Italie. Cela pourrait s’avérer être l’un des principaux défis pour l’Italie, car le transfert du pouvoir intervient à un moment crucial. Avec les défis nationaux persistants tels que la lente croissance du PIB, la crise de l’immigration et la faiblesse du marché du travail, le scénario mondial semble sombre. La guerre entre la Russie et l’Ukraine se poursuit tandis que la crise entre Israël et Gaza est encore exacerbée par l’impasse sur la mer Rouge.

Laisser un commentaire

17 + 8 =