Les centrales nucléaires françaises vont limiter leur production d'énergie en raison des températures élevées des rivières

Jean Delaunay

Les centrales nucléaires françaises vont limiter leur production d’énergie en raison des températures élevées des rivières

L’avertissement de haute température est venu au début de cette année, mais affectera moins de centrales nucléaires.

Les températures élevées pourraient réduire de moitié la production d’énergie nucléaire dans les centrales le long du Rhône en France cette semaine.

Des restrictions de production sont attendues dans deux centrales nucléaires de l’est de la France en raison des prévisions de températures élevées, a déclaré l’exploitant nucléaire EDF. Il survient plusieurs jours avant un avertissement similaire lancé l’année dernière, mais qui affectera moins de plantes.

Les fortes chaleurs devraient diviser par deux l’alimentation électrique disponible de la centrale de 3,6 GW du Bugey à partir du 13 juillet et de la centrale de 2,6 GW de Saint Alban à partir du 16 juillet, a indiqué l’exploitant.

Cependant, la production sera d’au moins 1,8 GW au Bugey et 1,3 GW à Saint Alban pour répondre aux besoins du réseau, et pourra évoluer en fonction des besoins du réseau, a précisé l’opérateur.

Les températures élevées augmenteront-elles les coûts énergétiques ?

L’analyste de Kpler, Emeric de Vigan, a déclaré que les restrictions n’auraient probablement que peu d’effet sur la production dans la pratique. Les coupures ne sont probables que le week-end ou à midi lorsque la production solaire était à son apogée, de sorte que l’impact sur les prix de l’électricité serait mince.

Il a déclaré que la situation nécessiterait une surveillance dans les semaines à venir, notant cependant qu’il était exceptionnellement tôt dans l’été pour que de telles restrictions soient imposées.

La température de l’eau de la centrale du Bugey a déjà dépassé le seuil initial de restriction le 9 juillet. Ils devraient actuellement culminer la semaine prochaine, puis chuter à nouveau, selon les données de Refinitiv.

JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Une vue générale de la centrale nucléaire du Bugey.

« France exporte actuellement de grandes quantités d’électricité – les restrictions d’approvisionnement d’une seule unité nucléaire n’auront pas le même effet que l’année dernière », a déclaré Nathalie Gerl, analyste chez Refinitiv.

La Garonne, dans le sud de la France, a le potentiel le plus élevé de niveaux critiques de réchauffement, mais sa centrale de Golfech est actuellement hors service pour maintenance jusqu’à la mi-août, selon les données.

« (Les restrictions étaient) prévisibles et cela se produira probablement plus souvent », a déclaré le militant de Greenpeace, Roger Spautz.

« Les autorités doivent s’en tenir aux réglementations existantes en matière de rejets d’eau. Sinon, les écosystèmes seront encore plus touchés », a-t-il ajouté.

Que fait EDF pour s’adapter à la chaleur ?

EDF s’est engagé à adapter ses installations au changement climatique, a déclaré un porte-parole de l’entreprise. Ils ont ajouté que depuis 2000, les pertes dues aux températures élevées des rivières ont représenté une baisse moyenne de seulement 0,3 % de la production annuelle d’électricité.

Le nucléaire L’opérateur a déclaré précédemment qu’une étude qu’il avait menée avait montré que les températures plus élevées de l’année dernière n’avaient eu aucun impact sur la biodiversité.

Cependant, une étude menée par l’ASN a constaté une légère augmentation des algues et la croissance du plancton autour de l’usine du Bugey pendant la canicule. Les populations de poissons ont également été affectées tout au long de l’automne à l’usine de Saint Alban.

L’organisme de surveillance a précisé qu’il est actuellement impossible de distinguer l’impact des limites relevées par rapport aux autres effets écologiques de la caniculemais il continue de surveiller le biome de la rivière.

Laisser un commentaire

dix + 17 =