French citizens living in Madrid enjoying the national game for EuroCup 2024

Jean Delaunay

Les Bleus unissent une France divisée avant les élections

Alors que la France fait face à des élections législatives anticipées et à la montée de l’extrême droite, la communauté française de Madrid retrouve son unité dans la Coupe d’Europe. Au milieu des tensions politiques, le football offre un bref répit, rassemblant les expatriés français.

Au cœur de Madrid, la communauté française s’est réunie pour encourager son équipe nationale alors qu’elle se lance dans son aventure en Coupe d’Europe. Pourtant, l’enthousiasme suscité par cet événement sportif est teinté de la gravité de l’imminence d’élections législatives anticipées. Ce bouleversement politique fait suite à la défaite surprenante du parti du président Emmanuel Macron et à la montée alarmante de l’extrême droite.

Parmi la foule, Arthur Franzoli, un expatrié français, partage ses réflexions. « Grâce au sport, toutes les différences, comme la politique et autres, prennent fin », assure-t-il.

Au centre de toutes les attentions se trouve Kylian Mbappé, le joueur vedette qui a publiquement exhorté ses concitoyens à voter contre l’extrémisme. « Il représente un côté, ou une partie de la France, il vient des ‘banlieues’. Et je pense que tous les Français ont besoin d’être valorisés », ajoute Franzoli.

Pour Charlotte Charton, autre Française résidant à Madrid, les footballeurs sont plus que des athlètes ; ce sont des modèles. « Écoutez, ce sont finalement des exemples. Et pour moi, parce que je partage leurs opinions, cela me semble évidemment juste », dit-elle.

Alors que l’équipe de France se bat pour la victoire sur le terrain, il devient évident que les matchs de football sont l’une des rares occasions où l’on peut voir les Français chanter à l’unisson. Cependant, cette unité éphémère contraste fortement avec l’électorat divisé qui se rendra aux urnes le 30 de ce mois.

Des dizaines de personnes entament les procédures pour voter à Madrid

Au consulat de France à Madrid, des dizaines de Français accomplissent dans quelques semaines les démarches nécessaires pour voter, un moment marquant après la victoire du parti de Marine Le Pen aux élections européennes avec plus de 30% des suffrages.

Oriane Cosker, explique l’attrait de l’extrême droite. « Certains ont été abandonnés à la fois par la droite et par la gauche, et la seule option qu’ils voient et qu’ils n’ont pas encore essayée est l’extrême droite », dit-elle.

Malgré la ferveur politique, le taux de participation des Français en Espagne a été particulièrement faible lors des dernières élections européennes, avec seulement 28,7 % de participants. « Le but est que notre vote compte. Je l’ai d’abord fait lors des élections européennes, mais maintenant on constate que davantage de gens sont prêts à voter, parce que nous avons vu les conséquences que cela a eu », explique Victor Camus, un autre résident français.

Lors des dernières élections, le parti de Raphaël Glucksmann est sorti vainqueur en Espagne avec 21% des suffrages. A l’extérieur du consulat, le professeur Nicolas Rossignol et ses collègues s’affairent à diffuser de la propagande en faveur du nouveau Front populaire. « Nous n’avons pas eu beaucoup de temps. Ils ne nous ont pas laissé le temps de mobiliser les gens, mais nous essayons. Nous essayons d’amener plus de gens à voter », explique Rossignol.

Une décision existentielle sur l’avenir de la France

La toile de fond de ces événements est un changement important dans la politique française. Le parti Renouveau de Macron a subi une cuisante défaite aux élections européennes, obtenant seulement 15,2 % des voix contre 31,5 % pour le Rassemblement national d’extrême droite.

Dans un discours vidéo de cinq minutes diffusé sur les réseaux sociaux, le président Emmanuel Macron a annoncé la dissolution de l’Assemblée nationale, appelant à des élections anticipées le 30 juin pour le premier tour et le 7 juillet pour le match retour. Cette décision sans précédent, considérée comme un pari politique important, est une réponse à la montée de l’extrême droite et une tentative de réaffirmer le contrôle sur l’avenir politique de la France.

Marine Le Pen, présidente du groupe du Rassemblement national à l’Assemblée nationale, a salué cette décision en déclarant : « Nous sommes prêts à exercer le pouvoir si le peuple français nous fait confiance lors de ces prochaines élections législatives ». De même, Jean-Luc Mélenchon, leader de La France Insoumise, a fait écho à ce sentiment, critiquant la politique de Macron et appelant à une nouvelle direction pour la France.

Alors que les Français décident de l’avenir de leur pays lors de ces élections cruciales, l’équipe nationale poursuit sa quête de gloire en Coupe d’Europe. L’espace d’un bref instant, les acclamations et les espoirs des Bleus leur permettent d’oublier leurs divergences politiques, du moins jusqu’au coup de sifflet final.

Laisser un commentaire

1 + onze =