Les banques éthiques et durables ont besoin de l'UE pour uniformiser les règles du jeu

Jean Delaunay

Les banques éthiques et durables ont besoin de l’UE pour uniformiser les règles du jeu

Le récent compromis provisoirement convenu résultant des trilogues conduira, espérons-le, à des mesures visant à améliorer la proportionnalité pour les petites banques non complexes, écrit Daniel Sorrosal.

Pour atteindre ses objectifs climatiques et mettre en place le socle social européen d’ici 2030, l’Union européenne doit augmenter ses investissements de 520 milliards d’euros supplémentaires chaque année.

Cependant, le cadre réglementaire bancaire actuel de l’UE est disproportionnellement coûteux pour les banques les mieux placées pour tenir leurs promesses, notamment les institutions financières plus petites, non complexes et axées sur l’ESG.

Les institutions à impact ESG fonctionnent avec des valeurs telles que la transparence, la participation communautaire, l’efficacité et la sobriété. Ils ont des critères d’exclusion clairs pour les dommages environnementaux et sociaux dans leurs politiques de prêt et d’investissement.

Ils ne financent pas les énergies fossiles ou les industries à fort impact négatif sur l’environnement conformément à leurs statuts.

Ils sont transparents sur leurs activités de prêt et divulguent publiquement les organisations qu’ils financent. De plus, les institutions financières à impact ESG disposent de systèmes de contrôle interne rigoureux qui vont au-delà des exigences prudentielles obligatoires.

Pourtant, comme l’a souligné Finance Watch, le système bancaire européen existant est extrêmement polarisé.

Les grandes banques traditionnelles subventionnent-elles l’industrie des énergies fossiles ?

La réglementation prudentielle actuelle favorise les grandes institutions, sapant la compétitivité des acteurs plus petits et non complexes, tels que les banques éthiques et durables.

« La complexité des cadres réglementaires européens et nationaux limite la capacité des banques éthiques et durables à se développer, mais ces banques contribueraient grandement au financement de la transition de l’UE vers une économie énergétique propre », a expliqué Ivan Chaleil de la banque française La Nef.

À l’heure actuelle, les banques ne sont pas tenues de traiter les expositions aux combustibles fossiles comme des actifs plus risqués, ce qui se reflète dans la sous-évaluation de leurs prêts au secteur des combustibles fossiles (qui) constitue une subvention aux emprunteurs de combustibles fossiles.

Alastair Grant/Copyright 2021 L'AP.  Tous les droits sont réservés
Des militants pour le climat ont installé des pancartes lumineuses avec des messages sur le climat à l’extérieur de la Kelvingrove Art Gallery and Museum à Glasgow, novembre 2021

Les spécificités des banques éthiques et durables ne doivent pas être un obstacle. Ils peuvent être pris en compte dans le cadre réglementaire et de surveillance en appliquant de véritables concepts de proportionnalité comme ceux-ci.

Premièrement, les risques climatiques doivent être pris en compte dans le processus de surveillance et dans les exigences de fonds propres des banques.

Comme Finance Watch l’a largement démontré, les risques liés au climat associés aux actifs liés aux combustibles fossiles ne se reflètent pas dans les règles de capital des banques, ce qui constitue une forme de « subvention des banques à l’industrie des combustibles fossiles ».

À l’heure actuelle, les banques ne sont pas tenues de traiter les expositions aux combustibles fossiles comme des actifs plus risqués, ce qui se reflète dans la sous-évaluation de leurs prêts au secteur des combustibles fossiles.

Cette sous-tarification constitue donc une subvention aux emprunteurs d’énergies fossiles.

Finance Watch estime que cette subvention implicite du secteur bancaire mondial à l’industrie des combustibles fossiles s’élève à 18 milliards de dollars (16 milliards d’euros) par an.

Les banques durables se sont avérées stables

Deuxièmement, le cadre prudentiel devrait reconnaître le rôle sociétal des petites banques durables non complexes dans la lutte contre le changement climatique en orientant les ressources uniquement vers les industries non fossiles et en soutenant à la fois l’économie réelle et l’économie locale.

En ce sens, il serait avantageux d’introduire un facteur de soutien ESG pour certains actifs répondant à des critères éthiques et de durabilité spécifiques.

Ce facteur de soutien ESG soutiendrait les banques engagées dans le financement d’activités respectueuses de l’environnement et de la société et réduirait les pondérations de risque appliquées aux prêts et investissements ESG. Cela réduirait les exigences en fonds propres pour ces actifs et rendrait ces prêts moins coûteux pour les banques à impact ESG.

Depuis leur création, les banques durables de l’UE n’ont ni contribué à la crise financière ni été secourues par un gouvernement national.

AP Photo/Thanassis Stavrakis
Une femme utilise un guichet automatique dans la ville principale de l’île de Rhodes, en mer Égée, mai 2022

Certes, la réduction des exigences de fonds propres d’une banque peut sembler risquée, surtout à la lumière des récentes faillites bancaires en Europe.

Cependant, un examen attentif de ces échecs indique que depuis leur création, les banques durables de l’UE n’ont ni contribué à la crise financière ni été secourues par un gouvernement national.

Au contraire, les banques durables se sont révélées stables, résilientes et rentables pendant et après des chocs économiques tels que la pandémie de COVID-19.

La réduction de l’exigence de capital ne ferait que soutenir leurs prêts à des initiatives vertes et sociales qui peuvent contribuer aux objectifs de l’UE.

Favoriser les plus grands joueurs vs créer des règles du jeu équitables

Enfin, l’accord conclu par la commission des affaires économiques et monétaires du Parlement européen, ECON, sur le paquet bancaire adopté en janvier dernier semble favoriser les plus grands acteurs plutôt que de créer des conditions équitables.

Les ajustements des méthodes de mesure du crédit — approche dite standardisée versus approche par notation interne — ont peu d’impact sur les petites banques ESG non complexes.

Les banques éthiques et durables n’ont pas besoin de règles moins prudentes. Ils ont simplement besoin d’un calibrage du cadre réglementaire de l’UE pour garantir des conditions de concurrence équitables.

Thanassis Stavrakis
Les drapeaux de l’Union européenne flottent au vent devant le siège de l’UE à Bruxelles, avril 2019

Le récent compromis provisoirement convenu résultant des trilogues, dont le texte n’a pas encore été publié, conduira, espérons-le, à certaines mesures visant à améliorer la proportionnalité pour les petites banques et les banques non complexes.

Dans tous les cas, des mesures spécifiques, telles que l’augmentation des exigences de fonds propres pour les grandes banques, devraient être prises pour uniformiser les règles du jeu et se protéger contre de futures crises bancaires.

Les banques éthiques et durables n’ont pas besoin de règles moins prudentes. Ils ont simplement besoin d’un calibrage du cadre réglementaire de l’UE pour garantir des conditions de concurrence équitables.

De cette façon, le soutien aux petites et moyennes entreprises de solutions climatiques et les prêts respectueux du climat peuvent évoluer de manière également socialement inclusive.

Laisser un commentaire

onze + neuf =