Belarusian President Alexander Lukashenko speaks during a meeting with foreign correspondents, in Minsk, Belarus, on July 6, 2023.

Jean Delaunay

Les autorités biélorusses arrêtent de nombreuses personnes lors de la dernière vague de répression

Au moins 64 personnes ont été arrêtées dans toute la Biélorussie pour « implication dans des groupes extrémistes » et « financement d’activités extrémistes », accusations qui sont régulièrement utilisées pour cibler les dissidents.

Les autorités biélorusses ont arrêté mardi plusieurs dizaines de personnes lors de raids marquant la dernière répression contre la dissidence, a déclaré un centre local des droits de l’homme.

Le Centre Viasna a indiqué que certains prisonniers politiques libérés après avoir purgé leur peine figuraient parmi les personnes arrêtées.

Il a indiqué que certaines des personnes détenues avaient coopéré à un projet humanitaire fournissant de la nourriture aux prisonniers politiques et d’autres qui se sont retrouvées dans une situation désespérée face aux représailles officielles. Mardi, les autorités ont qualifié le projet INeedHelpBY d’extrémiste, une désignation qui pourrait entraîner des peines de sept ans de prison pour ceux qui coopèrent avec ce projet.

Selon Viasna, parmi les détenus figurait Maryna Adamovich, l’épouse du militant de l’opposition Mikola Statkevich, qui purge une peine de 14 ans de prison. Barys Khamaida, 76 ans, un militant chevronné des droits humains, a également été arrêté, a indiqué le groupe.

Les autorités biélorusses ont réprimé les opposants au président autoritaire Alexandre Loukachenko après que les résultats des élections d’août 2020 aient déclenché de vastes manifestations. Loukachenko accomplit actuellement son sixième mandat. Le scrutin a été considéré par l’opposition et l’Occident comme frauduleux.

Des centaines de milliers de personnes ont manifesté, plus de 35 000 ont été arrêtées, des milliers ont été battues en garde à vue et des centaines de médias indépendants et d’organisations non gouvernementales ont été fermées et interdites.

Plus de 1 400 prisonniers politiques restent derrière les barreaux, parmi lesquels les dirigeants des partis d’opposition et le célèbre défenseur des droits de l’homme et lauréat du prix Nobel de la paix 2022, Ales Bialiatski.

La chef de l’opposition biélorusse en exil, Sviatlana Tsikhanouskaya, qui a été contrainte de quitter le pays après avoir défié Loukachenko lors du vote de 2020, a dénoncé les arrestations de mardi, affirmant que « les voyous du régime ont pris pour cible d’anciens prisonniers politiques et les familles de ceux qui sont actuellement détenus ».

Elle a ajouté : « C’est une triste réalité que personne dans notre pays ne puisse se sentir en sécurité aujourd’hui. »

Laisser un commentaire

dix-sept − neuf =