Les attaques antisémites ont « explosé » en France depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le ministre de l'Intérieur

Jean Delaunay

Les attaques antisémites ont « explosé » en France depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas, selon le ministre de l’Intérieur

Le ministre de l’Intérieur, Gérald Darmanin, a également annoncé que près de 500 personnes avaient été arrêtées pour de tels délits, dont 102 étrangers.

Ministre français de l’Intérieur Gérald Darmanin affirme que plus de 1 000 attaques antisémites ont été perpétrées dans le pays depuis le début de la guerre Israël-Hamas le 7 octobre, avec des centaines de personnes arrêtées.

« Le nombre d’actes antisémites a explosé », a déclaré le ministre, lors d’un entretien sur France 2. Sur les 486 personnes interpellées, 102 étaient des étrangers, a-t-il ajouté.

La population juive de France, estimée à plus d’un demi-million, est la plus importante d’Europe et la troisième au monde, après Israël et les États-Unis.

Le préfet de police de Paris, Laurent Nuñez, a déclaré dimanche qu’il y avait eu 257 actes antisémites dans la seule agglomération parisienne, avec 90 arrestations.

Il a déclaré qu’il n’y avait pas de profil type lié aux attaques.

« On retrouve tous les profils, des jeunes qui disent des choses très sérieuses », mais aussi « des gens plus enracinés dans la défense de la cause pro-palestinienne et qui échappent à tout contrôle ».

Des étoiles de David ont été peintes à la bombe sur les maisons juives, ressemblant à la façon dont les Juifs étaient obligés de porter des étoiles sous le régime nazi.

À Lyon, une femme a été poignardée à son domicile ce week-end dans ce qui est qualifié d’attaque antisémite par le parquet. Sa vie n’est pas en danger et aucune arrestation n’a été effectuée.

Attaque du Hamas : 40 Français tués en Israël

Le nombre total de victimes françaises tuées dans les attaques terroristes du Hamas contre Israël le 7 octobre a de nouveau augmenté, avec 40 personnes mortes et huit toujours portées disparues, dont des otages, a annoncé lundi la Première ministre française Elisabeth Borne.

« Des discussions sont en cours, d’abord avec les autorités israéliennes, mais aussi avec les partenaires de la région », car « notre priorité est bien sûr la libération des otages », a déclaré Elisabeth Borneréaffirmant l’exigence de la France d’une « trêve humanitaire ».

Au sujet de la multiplication des actes antisémites, elle s’est dite « pleinement consciente (de) l’angoisse » des juifs français « face à cette recrudescence », et leur a assuré que le gouvernement faisait « tout pour les protéger ».

Laisser un commentaire

3 × 1 =