The 4,000-year-old skull bears traces of what could be the earliest cancer treatment ever.

Jean Delaunay

Les anciens Égyptiens auraient essayé de traiter le cancer il y a 4 000 ans

De fines coupures dans un crâne de l’Égypte ancienne mettent en lumière ce qui pourrait être la première tentative connue de traiter le cancer

Deux crânes datant de l’Égypte ancienne et conservés à l’Université de Cambridge pourraient porter les premiers signes connus d’un traitement contre le cancer.

De fines coupures sur l’un des restes datant d’environ 4 000 ans pourraient être le signe d’une intervention chirurgicale visant à éliminer le cancer ou d’une « exploration médicale post-mortem », selon une nouvelle étude publiée dans la revue scientifique Frontiers in Medicine.

On pense que le crâne a appartenu à un homme âgé de 30 à 35 ans vivant entre 2 686 et 2 345 avant notre ère, à peu près au même moment où la Grande Pyramide de Gizeh a été construite.

Les deuxièmes restes sont datés entre 664 et 343 avant notre ère et appartenaient à une femme de plus de 50 ans qui a survécu à une fracture du crâne et à une tumeur. Les scientifiques ont inclus le crâne dans leur étude car il témoignait du niveau de soins que les Égyptiens étaient capables d’offrir aux blessés ou aux malades.

L’équipe a découvert les marques de coupure et analysé le deuxième crâne à l’aide d’une microscopie 3D à haute résolution.

On pense que le crâne appartenait à un homme vivant à peu près à la même époque que la construction de la Grande Pyramide de Gizeh.
On pense que le crâne appartenait à un homme vivant à peu près à la même époque que la construction de la Grande Pyramide de Gizeh.

« La confrontation de deux gestions potentielles représentées par deux types différents de lésions représente (…) une étape importante dans l’histoire de la médecine », ont écrit les auteurs Tatiana Tondini, Albert Isidro et Edgard Camarós.

L’Égypte ancienne possède l’une des « bases de connaissances médicales les plus avancées » de l’Antiquité, avec des restes humains et des papyrus bien conservés offrant un aperçu des pratiques de soins de santé de l’époque.

Des preuves de prothèses, d’obturations dentaires et de fractures guéries ont déjà été découvertes par les scientifiques.

Les chercheurs estiment également que la médecine égyptienne ancienne était « suffisamment avancée pour décrire, classer et traiter avec succès des maladies spécifiques et des blessures traumatiques, y compris les traumatismes osseux ».

Le cancer a déjà été découvert sur des restes humains, le cas le plus ancien remontant à 1,7 million d’années, mais cette analyse jette un nouvel éclairage sur la maladie.

Selon les auteurs, ces résultats renforcent l’idée selon laquelle « le cancer était beaucoup plus répandu qu’on ne le pensait auparavant ».

Néanmoins, leurs recherches appellent à la prudence car ils soulignent que leurs travaux reposent sur des « restes squelettiques incomplets », ne comprennent que deux individus et n’utilisent pas d’analyse moléculaire.

Laisser un commentaire

17 + 16 =