Les alliés de l'OTAN demandent des éclaircissements sur le plan de 100 milliards d'euros de Stoltenberg pour l'Ukraine

Martin Goujon

Les alliés de l’OTAN demandent des éclaircissements sur le plan de 100 milliards d’euros de Stoltenberg pour l’Ukraine

BRUXELLES — Les alliés de l’OTAN exigent que le chef sortant, Jens Stoltenberg, donne plus de clarté cette semaine sur son projet de promettre un soutien massif de 100 milliards d’euros à l’Ukraine.

Cette proposition, qui fait partie du plan du secrétaire général de l’OTAN visant à apporter un soutien financier à Kiev au cas où l’ancien président américain, sceptique envers l’Ukraine, serait réélu en novembre, reste une question épineuse parmi les membres de l’alliance.

En coulisses, même certains des alliés les plus proches de l’Ukraine en Europe de l’Est sont devenus plus réservés à propos de ce plan ces dernières semaines, se demandant d’où et comment proviendrait une telle somme d’argent – ​​à quelques semaines seulement de la réunion des dirigeants de l’OTAN à Washington en juillet.

« Le plan est un peu confus », a déclaré un responsable d’Europe de l’Est sous couvert d’anonymat en raison de la sensibilité de la question.

Ils ont ajouté que les pays s’attendraient à ce que Stoltenberg apporte plus de clarté lors d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’OTAN à Prague jeudi et vendredi.

Il reste à voir si les poids lourds européens de l’OTAN, l’Allemagne et la France, soutiendront ce plan.

Paris a préféré maintenir les dépenses de défense au sein de l’UE plutôt que de l’OTAN, tandis que le chancelier Olaf Scholz n’est pas disposé à dépenser plus que ce qui a déjà été mis de côté sous le gouvernement du pays. Tendance du temps (« un tournant »), découlant d’un discours qu’il a prononcé à la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie en février 2022.

Un autre responsable, également originaire d’un pays ami de l’Ukraine, a déclaré qu’il « ne serait pas surpris » si le chiffre de 100 milliards d’euros était finalement révisé, mais a prédit que les alliés devraient trouver des moyens de montrer un soutien concret à Kiev.

Le responsable a ajouté qu’il restait à décider si la somme représenterait un pourcentage du PIB ou serait affectée sur une base annuelle.

Deux autres responsables ayant connaissance des discussions ont confirmé que les négociations étaient en cours, notamment sur le montant de l’argent et les modalités de son allocation.

Un cinquième responsable a prévenu que même si les ministres et Stoltenberg se mettraient d’accord sur les détails lors de la réunion de Prague, aucune décision formelle ne serait prise compte tenu du caractère « informel » de la réunion.

Le chef de l’OTAN craint que le financement de l’Ukraine ne se tarisse en l’absence d’un engagement contraignant.

Le plan initial du bureau du secrétaire général était que les alliés de l’OTAN s’engagent à hauteur de 100 milliards d’euros sur une période de cinq ans, démontrant ainsi aux États-Unis que l’Europe payait sa part en soutenant Kiev.

Laisser un commentaire

quatorze − sept =