Les agriculteurs français ont aidé l'extrême droite à gagner.  Maintenant, ils le regrettent.

Martin Goujon

Les agriculteurs français ont aidé l’extrême droite à gagner. Maintenant, ils le regrettent.

PARIS — Faites attention à ce que vous souhaitez.

Ce proverbe circule dans les champs de France, alors que les syndicats agricoles du pays, stupéfaits, commencent à comprendre les conséquences de la victoire éclatante du Rassemblement national (RN) d’extrême droite aux élections européennes – et de leur victoire potentielle lors d’élections nationales anticipées.

La décision prise en janvier de secouer le gouvernement du président Emmanuel Macron avec des manifestations massives contre les tracteurs n’a pas été prise à la légère, étant donné que les principaux syndicats de la FNSEA et des Jeunes agriculteurs (JA), qui représentent 55 pour cent des agriculteurs syndiqués, sont plutôt conservateurs et profitent depuis longtemps de la stabilité. , le statu quo de centre-droit, élaborant conjointement une politique aux côtés du ministère de l’Agriculture.

En effet, les deux associations ont sans doute été contraintes d’agir à la suite de soulèvements populaires, que leurs dirigeants ont annulés dès que possible. Mais le mal était fait. Le sentiment contestataire suscité par les manifestations a fait directement le jeu du principal candidat du RN, Jordan Bardella, qui a caressé les vaches et consolé les agriculteurs en pleurs, trayant le monde rural pour ses votes.

Fin mai, un sondage révélait que 26 pour cent des agriculteurs prévoyaient de voter RN, soit plus du double de la proportion de 2019, plus 35 pour cent des habitants des zones rurales. C’était également le cas de 30 pour cent du grand public, qui avait vu pendant des mois leurs agriculteurs bien-aimés dénoncer l’insuffisance des concessions gouvernementales.

« Le populisme fonctionne très bien quand il y a une crise », reconnaît Pol Devillers, producteur laitier de Bourgogne et nouveau vice-président des JA.

«Je dirais donc que les manifestations agricoles ont un peu contribué à la montée du RN», a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Aujourd’hui, ce sont les syndicats agricoles qui en paient le prix. Le RN a expulsé de Bruxelles deux de ses députés européens préférés : le poids lourd de centre-droit Anne Sander (des Républicains, l’aile française du Parti populaire européen) et le libéral Jérémy Decerle (de la « Liste L’Europe Ensemble » de Macron au Parlement européen). Renew), qui a été président de JA de 2016 à 2019.

Tous deux sont des éleveurs engagés, Sander ayant récemment été le fer de lance d’une tentative infructueuse visant à exclure les grandes installations avicoles et porcines d’une loi européenne réduisant les émissions industrielles de gaz à effet de serre.

Decerle, amer, s’est adressé à X cette semaine pour critiquer les agriculteurs qui avaient voté pour le RN, écrivant : « J’espère que ce choix ne nuira pas à l’agriculture, même si j’en doute fortement ». Le message a été retweeté par le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau.

La seule membre actuelle du RN à la commission de l’agriculture et du développement rural (AGRI) du Parlement européen est Marie Dauchy, qui en tant que suppléante n’a pas beaucoup contribué lors du dernier mandat. Les nouveaux arrivants probables sont Valérie Deloge, une éleveuse de moutons méconnue qui a reçu Marine Le Pen dans sa ferme en 2021, et Gilles Pennelle, un fonctionnaire du parti dont la seule qualification semble être originaire de la région agricole bretonne.

« Ce grand changement fait que nous allons perdre du temps à rétablir le rythme de travail d’avant : (pour la législation agricole) mais aussi en matière de lobbying », a déclaré Devillers des JA. « Quand nous en avions un (à Bruxelles), nous pouvions plus facilement (pousser nos idées). »

« Le populisme fonctionne très bien en cas de crise. » | Gaizka Iroz/AFP via Getty Images

Même lorsqu’ils sont d’accord avec les idées de la FNSEA-JA, les législateurs d’extrême droite sont intrinsèquement moins utiles que les orthodoxes. Le cordon sanitaire Cela signifie que les députés européens du groupe d’extrême droite Identité et Démocratie, dont fait partie le RN, sont systématiquement exclus des postes de direction des commissions du Parlement européen, limitant ainsi leur pouvoir de fonctionnement.

De plus, ils ne seront pas toujours d’accord avec les syndicats, a déclaré Devillers. S’il peut y avoir un consensus sur l’assouplissement des règles vertes et la défense de la cuisine française, ils divergent sur d’autres sujets comme le commerce ou le bien-être animal, ce dernier sujet étant particulièrement cher à Le Pen.

Cela rend les choses délicates, étant donné que deux des dossiers dont hériteront les nouveaux députés européens sont la protection des animaux pendant le transport et le bien-être des animaux de compagnie.

Mais cela reste une conjecture. Dans notre pays, la victoire du RN a créé le problème immédiat d’un gel législatif : la loi agricole historique du gouvernement a été bloquée par la décision de Macron de convoquer des élections anticipées, entre l’Assemblée nationale, où elle a été approuvée en mai, et le Sénat, où c’était à débattre en juin.

Le projet de loi est un fourre-tout de mesures environnementales plus souples, d’incitations financières pour les jeunes agriculteurs et de processus d’autorisation plus faciles pour construire des fermes d’élevage et des réservoirs d’eau : autant de revendications clés de la FNSEA et des JA, qui pourraient toutes ne pas être satisfaites dans un poste théorique d’infirmière autorisée. -remaniement électoral du gouvernement.

« Cela ne nous aide pas. Il y a beaucoup de choses dans cette loi qui sont issues des protestations des agriculteurs et qui permettent de sécuriser les jeunes (dans le métier), de sécuriser l’agriculture. Il y avait beaucoup de solutions », a déclaré Devillers. « Et maintenant, tout est arrêté… donc nous ne sommes pas non plus très sereins là-dessus. »

Même une fois l’impasse levée, la montée des instables et eurosceptiques RN menace le contrôle des deux syndicats sur la politique agricole intérieure, qui reposait historiquement sur une forte majorité de centre-droit, selon Eddy Fougier, politologue français spécialisé dans les mouvements de protestation et les questions agricoles.

Le mécontentement autour du modèle de cogestion de la FNSEA et de JA, combiné à la montée en puissance du RN, renforcera le syndicat d’extrême droite Coordination Rurale, qui représente environ 20 pour cent des agriculteurs, et pourrait également profiter à la Confédération Paysanne de gauche, à l’autre bout du monde. le spectre, conclut Fougier.

Laisser un commentaire

un × deux =