A promoter at a booth for imported Spanish pork prepares for another day at the China International Import Expo in Shanghai, on Nov. 6, 2018

Jean Delaunay

Les agriculteurs français craignent que les exportations de porc ne pâtissent du différend douanier entre l’UE et la Chine

Une enquête antidumping sur les importations de produits à base de porc est au cœur d’une lutte acharnée commerciale entre l’Europe et la Chine

Les porcs européens se sont retrouvés au centre d’une lutte acharnée commerciale.

Le porc constitue une exportation extrêmement importante et lucrative pour de nombreux pays de l’Union européenne.

L’ouverture lundi d’une enquête chinoise sur les importations de porc de l’UE a suscité l’inquiétude des agriculteurs qui tirent une part importante de leur argent des exportations vers la Chine.

L’enquête portera sur divers produits, notamment la viande de porc fraîche et congelée, les intestins et autres organes internes. L’annonce indique que cela devrait prendre un an, avec une éventuelle prolongation de six mois.

Dans certaines régions de France comme l’Ille-et-Vilaine, les agriculteurs peuvent réaliser entre 10 et 15 % de leurs ventes en vendant en Chine – où des parties du porc rarement consommées ailleurs dans le monde, comme les oreilles et les pattes, font partie du marché. .

Le porc est un marché important pour la France. L’année dernière, la France a exporté au total 115 700 tonnes de viande de porc vers la Chine, soit plus de 16 % de ses exportations totales.

Olof Gill, porte-parole de la Commission européenne pour le commerce, a déclaré que les subventions agricoles de l’UE « sont strictement conformes à nos obligations dans le cadre de l’OMC » et que la commission suivrait l’enquête de très près et interviendrait si nécessaire pour garantir que l’enquête chinoise soit conforme aux normes mondiales. Règles de l’Organisation du Commerce.

Mesure du tac au tac

Les mesures de rétorsion sur le porc ne surprennent pas les experts du commerce international. La semaine dernière, l’Union européenne a imposé des droits de douane supplémentaires allant jusqu’à 38 % sur les importations chinoises de voitures électriques à partir du mois prochain, à la suite de sa propre enquête.

Le ministère chinois du Commerce n’a pas mentionné les tarifs sur les véhicules électriques lors de l’ouverture de l’enquête antidumping. Cette décision donne également à la Chine une monnaie d’échange dans toutes les négociations commerciales.

La Chine aurait pu imposer une taxe de 25 % sur les importations de véhicules à essence équipés de gros moteurs au nom de la lutte contre le changement climatique, une mesure qui aurait durement frappé Mercedes et BMW.

En choisissant de ne pas le faire, du moins pour le moment, le gouvernement reconnaît peut-être l’opposition publique de l’industrie automobile allemande aux tarifs douaniers européens, ainsi que sa production importante en Chine.

Les responsables chinois ont déclaré que l’enquête de l’UE sur les subventions à la production de véhicules électriques en Chine constituait un « comportement protectionniste typique » qui ne respecte pas les règles de l’OMC. L’UE prévoit d’imposer des droits de douane provisoires de 17,4 % à 38,1 % sur les véhicules électriques en provenance de Chine pendant quatre mois à compter du 4 juillet. Ils s’appliqueraient aux véhicules exportés vers l’Europe par des marques chinoises et étrangères, dont Tesla.

Les tensions montent

Le vice-chancelier allemand Robert Habeck se rend en Chine alors que les tensions s’intensifient.

« Ces relations sont certainement devenues beaucoup plus complexes dans le passé. Les conflits de politique économique ont à nouveau atteint leur paroxysme, notamment avec les tarifs douaniers sur les voitures électriques », a-t-il déclaré.

Les exportations européennes de produits porcins vers la Chine ont atteint un sommet de 7,4 milliards d’euros en 2020, lorsque Pékin a dû se tourner vers des produits étrangers pour satisfaire la demande intérieure après que ses élevages porcins ont été décimés par la maladie porcine.

Depuis, ils ont diminué pour atteindre 2,5 milliards d’euros l’an dernier. Près de la moitié de ce total provenait d’Espagne.

« Nous devons éviter une escalade des contre-mesures commerciales », a déclaré le ministre espagnol de l’Economie, Carlos Cuerpo.

L’association espagnole de l’industrie porcine Interporc a déclaré dans un communiqué qu’elle « offrirait une collaboration totale avec les autorités chinoises » et leur fournirait tous les documents dont elles auraient besoin.

« L’industrie agricole n’a pas tendance à être la source de conflits, mais elle finit par en payer le prix assez souvent », a déclaré le ministre espagnol de l’Agriculture, Luis Planas, citant l’imposition par les États-Unis de droits de douane sur certains produits agricoles de l’UE en 2019. un différend sur les subventions au constructeur aéronautique Airbus.

« Je crois que nous avons à la fois le temps et la marge pour négocier et essayer d’éviter ce conflit commercial », a déclaré Planas.

Laisser un commentaire

dix-sept − 11 =