Farmers protest as they block roads nationwide with their tractors

Jean Delaunay

Les agriculteurs espagnols, polonais et moldaves continuent de dénoncer les politiques de l’UE

Les agriculteurs de trois pays continuent de bloquer les routes en signe de protestation contre leurs gouvernements respectifs et contre Bruxelles.

C’est le septième jour de la protestation des agriculteurs espagnols contre les coûteuses règles européennes en matière de durabilité.

Alors qu’ils continuent de maintenir des barrages routiers avec leurs tracteurs dans tout le pays, les principaux acteurs du secteur agricole réclament davantage de soutien gouvernemental face à une grave sécheresse persistante et à la hausse des coûts de production.

L’Espagne a connu trois années de précipitations inférieures à la moyenne et de températures record. Les conditions devraient s’aggraver en raison du changement climatique, qui devrait réchauffer la région méditerranéenne plus rapidement que les autres régions.

Pendant ce temps, la Plateforme 6F du secteur des transports et la Plateforme pour la défense du secteur des transports ont lancé une grève nationale illimitée, visant à arrêter l’activité sur les autoroutes, cherchant à démontrer que les secteurs de l’agriculture et des transports espagnols sont unis dans leur appel au changement.

Les agriculteurs moldaves dénoncent l’insuffisance des subventions gouvernementales

Pendant ce temps, lundi, les agriculteurs moldaves ont bloqué la frontière douanière Leușeni-Albita avec la Roumanie à l’aide de tracteurs.

Les agriculteurs moldaves sont mécontents que l’État n’intervienne pas avec des subventions pour atténuer les pertes qu’ils disent avoir subies au cours des deux dernières années. Ils affirment que sans une injection d’au moins 400 millions de lei moldaves (20,8 millions d’euros) de la part du gouvernement, ils ne pourront pas démarrer les travaux agricoles du printemps.

L’association Forța Fermierilor, organisatrice de la manifestation, affirme que la situation des petits et moyens agriculteurs n’a jamais été aussi compliquée et prévient que la crise pourrait détruire des milliers de producteurs agricoles et des dizaines de localités rurales.

Lors des manifestations des agriculteurs à la fin de l’année dernière, le gouvernement a rejeté toutes leurs revendications. A cette époque, les producteurs de céréales avaient demandé au gouvernement d’obliger les banques commerciales à offrir à tous les agriculteurs un congé sur le remboursement des prêts et de geler le calcul des pénalités.

Le gouvernement avait déclaré à l’époque qu’il ne disposait d’aucun moyen de pression pour intervenir dans le travail des banques.

En août 2023, le gouvernement de Chisinau a déboursé 200 millions de lei (10,4 millions d’euros) pour les petits agriculteurs de Moldavie. Grâce à cette aide, environ 3 000 agriculteurs ont évité l’insolvabilité.

« L’agriculture bénéficie de subventions massives de plus de 1 milliard 700 millions de lei par an, car nous voulons que ce secteur devienne progressivement plus technologique et moins vulnérable aux défis extérieurs. L’énorme effort que nous déployons, avec l’ensemble de la société, aidera les agriculteurs à surmonter les difficultés financières qu’ils rencontrent », avait alors déclaré le Premier ministre Dorin Recean.

La semaine dernière, le gouvernement moldave a alloué 50 millions de lei supplémentaires (2,6 millions d’euros) pour soutenir les agriculteurs qui ont subi des pertes à la suite des catastrophes de l’été 2023. Selon les calculs du ministère de l’Agriculture, la culture la plus touchée était le maïs. , notamment dans les districts du sud de la Moldavie.

Ainsi, 45 millions de lei (23,4 millions d’euros) ont été alloués aux agriculteurs dont la récolte était compromise de 60 % ou plus. Environ 390 agriculteurs bénéficieront de cette aide, qui sera allouée aux demandeurs sous forme de paiement direct par hectare.

Les agriculteurs polonais estiment que les céréales ukrainiennes constituent une concurrence déloyale

Pendant ce temps, les agriculteurs polonais sont de nouveau descendus dans la rue hier après de vastes protestations vendredi. Ils devraient manifester pendant tout le mois de février.

Les agriculteurs ont déclaré que même s’ils soutiennent l’Ukraine, ses importations de céréales vers l’UE sont trop importantes et affectent considérablement le marché intérieur.

Certains ont déversé des chargements de céréales ukrainiennes sur les routes frontalières de la Pologne.

Les manifestants ont également ajouté qu’ils n’avaient délibérément pas arboré de drapeaux ukrainiens sur leurs tracteurs.

Laisser un commentaire

14 + 8 =