Farmers with tractors arrive for a protest at the government district in Berlin, Germany, Monday, Jan 15, 2024.

Jean Delaunay

Les agriculteurs de Roumanie, de France et d’Allemagne poursuivent leurs manifestations contre les convois routiers

Les travailleurs agricoles affirment que les politiques et les taxes vertes grugent leurs bénéfices et exigent davantage de subventions gouvernementales.

Des protestations d’agriculteurs ont éclaté en Roumanie, en Allemagne et en France, à la veille des élections européennes de juin.

Bien que leurs revendications varient en général, ils affirment que ce sont eux qui sont les plus durement touchés par les réformes environnementales et qu’ils ont besoin de davantage de subventions gouvernementales pour les compenser.

Roumanie

En Roumanie, les agriculteurs et les camionneurs encombrent les routes principales avec leurs tracteurs et leurs camions depuis une semaine et demie.

Ils réclament une baisse des impôts et des subventions plus équitables, mais jusqu’à présent, les négociations avec le gouvernement ont échoué et ils continuent de protester. Ils sont également mécontents du coût croissant de l’assurance des machines lourdes.

Un homme agite un drapeau à côté d'une file de tracteurs bloquant la première voie d'une route menant à Bucarest, à Afumati, en Roumanie, le lundi 15 janvier 2024.
Un homme agite un drapeau à côté d’une file de tracteurs bloquant la première voie d’une route menant à Bucarest, à Afumati, en Roumanie, le lundi 15 janvier 2024.

Allemagne

Samedi à Berlin, les agriculteurs se sont retrouvés au coude à coude avec des écologistes.

Les agriculteurs affirment qu’ils soutiennent pleinement une agriculture respectueuse de l’environnement et sans modification génétique, mais pour cela, ils ont besoin de subventions ou, au moins, de prix équitables pour leurs produits.

Mais ils affirment que le gouvernement a hésité à mettre en œuvre de telles mesures, bien qu’il ait adressé ses demandes au ministre de l’Agriculture, Cem Özdemir.

Les agriculteurs sont dans la rue depuis décembre, lorsque le gouvernement fédéral a approuvé un budget annulant les subventions et avantages agricoles vieux de plusieurs décennies. Ces mesures auraient pu permettre aux agriculteurs d’économiser plus de 480 millions d’euros. Plus tard, Berlin a décidé d’assouplir ses plans en procédant à des réductions progressives des prestations.

Une lecture de signe
Une pancarte indiquant « Nous aimons la nourriture. Vous aussi ? » est attaché à un tracteur qui se dirige vers la porte de Brandebourg avec de nombreux autres tracteurs lors d’une manifestation à Berlin, en Allemagne.

France

Dans le sud de la France, les manifestations massives de ces derniers jours ont contraint le gouvernement à se pencher sur les problèmes des agriculteurs. Le Premier ministre Gabriel Attal rencontrera lundi le président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles ou FNSEA.

Auparavant, les agriculteurs avaient promis de bloquer certaines autoroutes jusqu’à ce qu’Attal entende leurs revendications. La FNSEA a déclaré qu’elle déciderait la semaine prochaine si elle appellerait à une action à l’échelle nationale.

Les agriculteurs affirment que les politiques de transition écologique des autorités rendent les producteurs nationaux non compétitifs. Non seulement cela rend les exploitations agricoles non rentables, mais cela oblige la France à acheter des produits alimentaires provenant de pays où les normes environnementales sont plus faibles, affirment-ils.

Laisser un commentaire

dix-huit + 10 =