German Farmers Protest

Jean Delaunay

Les agriculteurs allemands dénoncent le projet de supprimer les allégements fiscaux sur le diesel

La correspondante d’L’Observatoire de l’Europe, Liv Stroud, se rend dans la capitale allemande pour s’entretenir avec des agriculteurs qui protestent contre le projet du Bundestag de supprimer les subventions sur le diesel.

Des dizaines de milliers d’agriculteurs sont arrivés lundi à Berlin à bord de tracteurs pour le point culminant d’une semaine de manifestations contre un projet visant à supprimer les allégements fiscaux sur le diesel qu’ils utilisent, une protestation qui a alimenté un mécontentement plus large à l’égard du gouvernement allemand.

La police a déclaré dimanche soir que l’espace réservé aux véhicules devant la porte de Brandebourg, où se tenait la manifestation de lundi, était déjà plein.

Au cours de la semaine dernière, les agriculteurs ont bloqué les accès aux autoroutes et ralenti la circulation dans toute l’Allemagne avec leurs manifestations, avec l’intention de pousser le gouvernement du chancelier Olaf Scholz à abandonner complètement les coupes budgétaires prévues.

Ils ne sont pas satisfaits des concessions déjà faites par le gouvernement. Le 4 janvier, il a édulcoré son projet initial, affirmant qu’une exonération de taxe automobile pour les véhicules agricoles serait maintenue et que les réductions des allégements fiscaux sur le diesel seraient étalées sur trois ans.

Philipp Oswald, agriculteur de 24 ans, a déclaré que les agriculteurs préféraient ne pas compter sur les subventions, mais a averti que sans elles, beaucoup seraient contraints d’abandonner la profession et que l’Allemagne se retrouverait obligée de dépendre davantage des importations.

Des agriculteurs équipés de tracteurs arrivent pour une manifestation à la porte de Brandebourg à Berlin, en Allemagne, le lundi 15 janvier 2024.
Des agriculteurs équipés de tracteurs arrivent pour une manifestation à la porte de Brandebourg à Berlin, en Allemagne, le lundi 15 janvier 2024.

« Ce n’est dans l’intérêt de personne d’importer excessivement des biens de l’étranger qui n’ont pas été produits selon les normes que nous suivons depuis 30 ou 40 ans », a-t-il déclaré à L’Observatoire de l’Europe.

Scholz a déclaré samedi dans un message vidéo que « nous prenions à cœur les arguments des agriculteurs » et a insisté sur le fait que le gouvernement avait trouvé « un bon compromis ». Il a également déclaré que les responsables discuteraient de « ce que nous pouvons faire d’autre pour que l’agriculture ait un bon avenir ».

Les dirigeants des groupes parlementaires des trois partis au pouvoir prévoient de rencontrer les représentants des agriculteurs, même si les responsables ont douché les espoirs d’un abandon des réductions des subventions.

Martin Hofstetter, expert politique en agriculture chez Greenpeace Allemagne, a déclaré que 50 % des revenus des agriculteurs allemands proviennent de subventions agricoles.

Il a averti qu’« il est clair que ces subventions, telles qu’elles sont actuellement versées, n’ont aucun sens à long terme. Les agriculteurs le savent aussi. Nous pourrions dire : voyons qui a besoin de cet argent. « 

Un panneau en allemand disant "Nous, les agriculteurs, prenons soin de votre alimentation" est accroché à un tracteur garé le long de la Bismarckstraße lors de la manifestation des agriculteurs à Berlin, le 15 janvier 2024.
Une pancarte en allemand indiquant « Nous, les agriculteurs, prenons soin de votre nourriture » est accrochée sur un tracteur garé le long de la Bismarckstraße lors de la manifestation des agriculteurs à Berlin, le 15 janvier 2024.

Hofstetter, qui a étudié l’agriculture, a déclaré qu’il ne croyait pas que la totalité ou la plupart des exploitations agricoles cesseraient soudainement de produire si les subventions étaient réduites, mais a soutenu qu’une concentration plus forte sur les marchés régionaux, sur le marché européen, émergerait.

« Pour les 420 millions de résidents de l’UE qui veulent des produits de haute qualité, nous devrions nous concentrer davantage sur eux et moins sur la concurrence de la Chine ou du Brésil sur le marché mondial », a-t-il expliqué.

Le projet de réduction des allégements fiscaux résulte de la nécessité de combler un vide important dans le budget 2024. Les protestations des agriculteurs surviennent à un moment de profond mécontentement général à l’égard du gouvernement de centre-gauche Scholz, connu pour ses fréquentes querelles publiques et ses longues querelles sur des décisions parfois mal communiquées.

Scholz a reconnu que les préoccupations vont bien au-delà des subventions agricoles, affirmant que les crises, les conflits et les inquiétudes concernant l’avenir déstabilisent les gens.

Laisser un commentaire

3 × un =