While many fear that AI is taking jobs, these new roles are being created because of the rise of the technology.

Jean Delaunay

Les 5 nouveaux emplois créés en Europe grâce à l’IA

Vous cherchez à bâtir une carrière dans la technologie à la croissance la plus rapide au monde ? Il s’agit de cinq nouveaux domaines de travail potentiels à venir en Europe à la lumière de la loi européenne sur l’IA.

On a beaucoup parlé des emplois qui seraient perdus ou modifiés avec l’essor de l’intelligence artificielle (IA), mais peu a été dit sur les nouvelles professions qui pourraient émerger en Europe grâce à cela.

L’Europe se démarque en matière d’IA, le Parlement européen venant d’approuver la loi européenne sur l’intelligence artificielle, le premier ensemble de réglementations au monde pour les entreprises qui travaillent sur les technologies d’IA.

Alors que le paysage technologique du continent évolue si rapidement, voici cinq emplois en IA qui, selon des agences de recrutement ou des études indépendantes, pourraient ou ont déjà commencé à recruter en Europe.

1. Ingénieur en intelligence artificielle

L’ingénieur en intelligence artificielle développe, programme et entraîne des algorithmes d’IA afin qu’ils « puissent fonctionner comme un cerveau humain », selon une définition de Microsoft.

Sur son site Web, Microsoft écrit que les professionnels intéressés par ce rôle doivent posséder une expertise en développement de logiciels, en programmation, en science des données et en ingénierie des données.

Le rapport 2024 Job Market Prospects for Europe de LinkedIn indique que les ingénieurs en intelligence artificielle figuraient parmi les professions les plus dynamiques en Italie et en Suisse, se classant respectivement deuxième et troisième.

Le rapport identifie que les candidats des deux pays auraient besoin de compétences en vision par ordinateur, en apprentissage automatique et en langage naturel pour réussir dans ces rôles.

En Suisse, la plupart des candidats avaient au moins trois ans d’expérience avant d’accéder à l’un de ces postes ; en Italie, la moyenne était d’environ 19 mois d’expérience.

2. Ingénieur rapide

Les Prompt Engineers, autrement surnommés « traducteurs IA » par le cabinet de recrutement Protiviti, sont ceux qui veillent à ce que les humains communiquent bien avec l’IA.

Ils affineront les invites données aux grands modèles de langage (LLM) comme ChatGPT d’OpenAI pour s’assurer que l’IA leur donne les réponses les plus précises possibles.

Ces ingénieurs rapides pourraient également rédiger des descriptions plus détaillées pour ChatGPT afin de pouvoir développer quelque chose de plus adapté aux besoins de l’entreprise, selon les prévisions de la société britannique Robert Half.

Par exemple, les ingénieurs d’invite pourraient spécifier la structure, le nombre de points et la longueur du résumé de chaque section d’un livre blanc commercial.

« Le Prompt Engineer est donc à la fois un expert informatique et un analyste commercial », a déclaré Christian Schmitz, consultant en recrutement chez Robert Half.

« En plus de ses connaissances techniques, il apporte des compétences en communication et en analyse ».

Les ingénieurs peuvent débuter dans cette profession sans diplôme universitaire, mais Protiviti et Robert Half ont élaboré des programmes sur mesure au cours des cinq prochaines années.

3. Analyste en cybersécurité avec IA

À l’instar de l’ingénieur en intelligence artificielle, l’analyste cybersécurité/analyste des opérations de sécurité est l’un des métiers qui connaît la croissance la plus rapide en Europe, selon les prévisions 2024 de LinkedIn.

Cela est particulièrement vrai en Allemagne, en Italie, en Suède et aux Pays-Bas.

Les analystes en cybersécurité mettent en place des normes de sécurité, identifient et évaluent les facteurs de risque et découvrent les vulnérabilités au sein des entreprises ou des organisations pour les protéger des cyberattaques externes.

Bien qu’il ne s’agisse pas nécessairement d’une nouvelle profession créée grâce à l’IA, Sebastian Mayer de Protiviti a déclaré que ceux qui ont une formation en IA auront un avantage.

« Il existe toujours un risque que les grandes quantités de données introduites dans l’IA tombent entre des mains non autorisées », a déclaré Mayer dans un communiqué.

« L’IA ne bouleversera pas fondamentalement la cybersécurité… mais les développeurs d’IA qui prennent en compte les aspects de sécurité seront particulièrement demandés ».

4. Spécialiste ou consultant en technologie de l’IA

La Commission européenne recrute déjà des consultants – ou comme on les appelle, des spécialistes en technologie de l’IA – au Luxembourg et en Belgique.

Cette décision intervient à peine une semaine après l’adoption de la loi européenne sur l’IA, le tout premier cadre juridique au monde visant à gérer les risques et les opportunités liés aux nouvelles technologies.

La description de poste publiée par le nouveau bureau européen de l’IA indique que les spécialistes en technologie appliqueront et superviseront « de nouvelles règles pour les modèles d’IA à usage général » et développeront des « codes de bonnes pratiques de pointe » sur la manière dont l’IA sera utilisée.

Ces emplois travaillent également sur des outils, des méthodes et des références pour évaluer la portée des modèles généraux d’IA et évaluer leurs risques.

Pour ce type de poste, le bureau européen de l’IA recherche des personnes possédant une expertise dans les évaluations, les enquêtes et la surveillance de « l’écosystème » de l’IA.

La Commission européenne recherche spécifiquement des chercheurs, des informaticiens, des ingénieurs en logiciels et en données possédant une certaine expérience en IA pour ces postes.

5. Responsable de l’éthique de l’IA

Selon Robert Half, les responsables de l’éthique veilleraient à ce que l’utilisation de l’IA dans le processus d’embauche ou ses autres impacts sur les employés soient justes et équilibrés.

Une utilisation pourrait être d’évaluer quels biais pourraient survenir lors de l’utilisation d’une IA dans le processus de recrutement, sachant que les données historiques tendent à donner des avantages aux hommes blancs entre 30 et 40 ans, explique une prévision publiée sur le site Internet de Robert Half.

Le projet SHERPA, un groupe d’experts de six pays européens, a recommandé, avant la loi européenne sur l’IA, que l’Union européenne recrute et mette en place des responsables de l’éthique de l’IA pour « superviser l’éthique de l’IA au sein des organisations ».

Leurs recherches suggèrent que les responsables de l’éthique de l’IA devraient occuper des postes internes « combinant compréhension scientifique et technique avec sensibilisation à l’éthique et aux droits de l’homme », lorsqu’ils donnent des conseils sur l’utilisation des systèmes d’IA.

À leur avis, ce rôle devrait être indépendant et capable de s’exprimer lorsqu’il y a une question de préjudice.

Le rôle ressemblerait à celui d’un délégué à la protection des données ou d’un responsable de l’éthique – postes qui existent déjà dans le cadre de la Commission européenne, du Parlement et d’autres organes.

Laisser un commentaire

cinq × 4 =