A view of the oil tanker Marlin Luanda on fire after an attack, in the Gulf of Aden

Jean Delaunay

L’équipage éteint l’incendie d’un pétrolier touché par un missile Houthi au large du Yémen

Cet incident survient après que les forces américaines ont ciblé le groupe rebelle soutenu par l’Iran lors d’une nouvelle frappe aérienne.

L’équipage d’un pétrolier battant pavillon des Îles Marshall a éteint un incendie qui durait depuis plusieurs heures, après que le navire ait été touché par un missile lancé par les rebelles Houthis du Yémen.

L’incendie a été éteint samedi, ont indiqué les autorités.

L’attaque du Marlin Luanda a encore compliqué la crise de la mer Rouge provoquée par les attaques des rebelles soutenus par l’Iran suite à la guerre menée par Israël contre le Hamas dans la bande de Gaza. Le pétrolier transportait du naphta produit en Russie, un pétrole inflammable, entraînant Moscou encore plus dans un conflit qu’il imputait jusqu’ici aux États-Unis.

Tôt samedi, les forces américaines ont mené une frappe contre un missile anti-navire Houthi qui visait la mer Rouge et s’apprêtait à être lancé, a indiqué le commandement central de l’armée américaine. Cette attaque a eu lieu après que l’USS Carney, un destroyer de classe Arleigh Burke, ait dû abattre un missile Houthi le visant.

Le Marlin Luanda a brûlé pendant des heures dans le golfe d’Aden jusqu’à son extinction samedi, a indiqué Trafigura, une société commerciale basée à Singapour. Son équipage, composé de 25 ressortissants indiens et de deux Sri Lankais, tentait toujours de lutter contre l’incendie déclenché par l’attaque du missile, a-t-il indiqué. Personne n’a été blessé par l’explosion, a-t-on ajouté.

Une vue du pétrolier Marlin Luanda en feu après une attaque, dans le golfe d'Aden
Une vue du pétrolier Marlin Luanda en feu après une attaque, dans le golfe d’Aden

La marine indienne a déclaré que son destroyer lance-missiles INS Visakhapatnam aidait l’équipage du Marlin Luanda à combattre l’incendie. Il a publié des images montrant l’incendie qui faisait toujours rage samedi – probablement alimenté par le naphta à bord.

Le navire, géré par une société britannique, transporte du naphta russe à destination de Singapour, a indiqué la compagnie. Il décrit le pétrole inflammable comme étant acheté en dessous des prix plafonds fixés par les sanctions du G7 imposées à la Russie en raison de sa guerre en cours contre l’Ukraine. L’impact environnemental de l’attaque n’était pas clair.

Le porte-parole militaire des Houthis, le général de brigade Yahya Saree, a revendiqué l’attaque contre le Marlin Luanda dans une déclaration préenregistrée vendredi soir, le décrivant comme un « navire pétrolier britannique ». Il a insisté sur le fait que de telles attaques se poursuivraient.

Depuis novembre, les rebelles ont pris pour cible à plusieurs reprises des navires dans la mer Rouge en raison de l’offensive israélienne à Gaza contre le Hamas. Mais ils ont fréquemment ciblé des navires ayant des liens ténus ou inexistants avec Israël, mettant ainsi en péril le transport maritime sur une route clé du commerce mondial entre l’Asie, le Moyen-Orient et l’Europe.

Depuis le début de la campagne de frappes aériennes, les rebelles affirment désormais qu’ils cibleront également les navires américains et britanniques.

La Chine, qui dépend du commerce maritime dans la région, a appelé au calme. Les États-Unis ont cherché à amener la Chine à faire pression sur l’Iran, car Pékin reste un acheteur majeur du pétrole iranien sanctionné par l’Occident.

La Russie a condamné les États-Unis et le Royaume-Uni pour avoir mené des frappes contre les Houthis, tout en rencontrant également le groupe rebelle à Moscou ces derniers jours.

Entre-temps, samedi, les autorités ont signalé un autre incident au cours duquel un navire dans la mer d’Oman a déclaré avoir vu des personnes armées de fusils d’assaut et d’une grenade propulsée par fusée à proximité de leur navire. Toutes les personnes à bord ont été déclarées saines et sauves.

La société de sécurité privée Ambrey a décrit l’incident comme impliquant un petit bateau de « style somalien » aidé par un vaisseau-mère plus grand. À mesure que les attaques des Houthis se sont intensifiées, les activités présumées des pirates somaliens ont également augmenté.

Laisser un commentaire

19 − 19 =