A customer pays for vegetables at the Maravillas market in Madrid, on May 12, 2022.

Jean Delaunay

L’économie occupe l’esprit des électeurs espagnols – mais disparaît de la campagne

Malgré un taux d’emploi relativement élevé, la hausse de l’inflation et le coût de la vie élevé font que les Espagnols continuent de voter avec leur portefeuille.

Carlos Moreno, affectueusement surnommé « le roi de la pastèque », est devenu un nom bien connu en Espagne en 2020, lorsque l’inflation a grimpé à 15 % après la pandémie de COVID-19 et l’invasion russe de l’Ukraine.

Près de deux ans plus tard, son supermarché économique, La Trastienda, reste un refuge pour les Espagnols à la recherche de produits d’épicerie abordables.

Moreno explique la situation sans ambages : « Les gens ne gagnent pas assez, nous devons donc continuer à baisser les prix de plus en plus. »

Même si l’Espagne possède l’une des croissances économiques les plus rapides d’Europe, nombre de ses citoyens sont toujours aux prises avec le coût de la vie élevé. Comme le dit un acheteur à L’Observatoire de l’Europe : « Vu la situation actuelle, ce n’est pas suffisant. Vous voulez trouver un appartement en location, et vous n’en avez pas les moyens. »

« Quand on voit qu’un litre d’huile au supermarché coûte 10 euros, on a l’impression qu’on s’est tous mis en colère », raconte un autre client.

Plus d’emplois, des prix élevés

Des statistiques récentes montrent que l’Espagne est confrontée à son taux de chômage le plus bas depuis 16 ans, avec plus de 21 millions de personnes actuellement employées.

Pourtant, selon une étude du Centre national d’études sociologiques, même si la plupart des Espagnols déclarent que la situation économique globale est positive, l’économie reste leur principale préoccupation.

Ce décalage entre le progrès économique général de l’Espagne et les circonstances économiques individuelles négatives peut s’expliquer par une incertitude géopolitique plus large, selon Jorge Galindo, directeur adjoint du Centre de politique économique de l’ESADE Business School.

« Nous avons traversé une pandémie, une rupture de la chaîne d’approvisionnement. Nous avons vécu une guerre sur le sol européen, dans laquelle nous sommes toujours, et maintenant nous avons des élections européennes qui sont plus décisives que jamais, je dirais. Et je pense c’est une évidence pour tout le monde », explique Galindo.

Un client paie du poisson au marché Maravillas de Madrid, le 12 mai 2022.
Un client paie du poisson au marché Maravillas de Madrid, le 12 mai 2022.

Malgré des chiffres positifs de l’emploi, l’inflation continue d’assombrir les perspectives économiques de nombreux Espagnols. En mai 2024, le taux d’inflation de l’Espagne s’établissait à environ 3,6 %, une baisse par rapport aux sommets précédents mais encore suffisamment élevé pour être ressenti dans la vie de tous les jours.

« En Espagne, jusqu’à l’année dernière, il y a eu une modération salariale considérable, visant précisément à maintenir les salaires à des niveaux modérés afin que l’inflation n’augmente pas davantage », ajoute Galindo. « Et tandis que l’inflation se modère, on a le sentiment d’une perte de pouvoir d’achat. »

Pourtant, bien qu’elle soit la principale préoccupation des électeurs espagnols, l’économie est manifestement absente de la campagne du Parlement européen.

Les partis espagnols ont largement orienté leur rhétorique vers d’autres questions, comme l’amnistie de dirigeants catalans comme Carles Puigdemont, auto-exilé, ou les allégations de corruption contre l’épouse du premier ministre Pedro Sanchez, Begoña Gómez.

« Je pense que dans les conversations entre familles, dans les bars, l’économie a été présente », a déclaré Galindo à L’Observatoire de l’Europe. « La classe politique dans son ensemble devrait donc réfléchir à l’opportunité de l’impliquer davantage dans les conversations et aux propositions à proposer. »

Laisser un commentaire

12 + 5 =