Chile is one of the developing countries likely to be hit by China

Milos Schmidt

L’économie mondiale se dirige vers la plus faible croissance d’une demi-décennie depuis 30 ans

La Banque mondiale prévoit un ralentissement de l’économie mondiale pour la troisième année consécutive en 2024.

L’économie mondiale devrait atteindre un sombre record d’ici la fin de 2024 : la demi-décennie de croissance du PIB la plus lente depuis 30 ans, selon le dernier rapport de la Banque mondiale sur les perspectives économiques mondiales.

Les performances économiques au cours de la première moitié des années 2020 sont en passe d’être encore pires qu’après la crise financière et d’autres récessions depuis le début des années 1990, suggère le rapport publié mardi.

Même si la croissance mondiale devrait ralentir pour la troisième année consécutive (de 2,6 % l’an dernier à 2,4 % en 2024), l’organisation basée à Washington est convaincue que l’économie mondiale se porte mieux qu’elle ne l’était il y a un an.

Il estime que la perspective d’une récession mondiale s’est éloignée, en grande partie grâce à la vigueur de l’économie américaine. Cependant, il prévient que les tensions géopolitiques croissantes, notamment du fait de la guerre entre Israël et le Hamas et du conflit en Ukraine, présentent un risque de croissance encore plus faible.

« Sans un changement de cap majeur, les années 2020 seront considérées comme une décennie d’opportunités gâchées », a déclaré l’économiste en chef de la Banque mondiale, Indermit Gill.

« La croissance à court terme restera faible, laissant de nombreux pays en développement, en particulier les plus pauvres, coincés dans un piège : avec des niveaux d’endettement paralysants et un accès précaire à la nourriture pour près d’une personne sur trois », a-t-il ajouté.

Cela entraverait les progrès sur de nombreuses priorités mondiales, notamment le changement climatique, a-t-il déclaré. Cependant, Gill estime qu’il existe encore des opportunités pour inverser la tendance.

La zone euro devrait connaître une croissance légèrement plus forte en 2024

La Banque mondiale prévoit que la zone euro, composée de 20 pays, connaîtra une croissance de 0,7 % cette année, une légère amélioration par rapport à l’expansion de 0,4 % de l’année dernière.

L’institution financière internationale s’attend à ce que la croissance économique aux États-Unis – le pays qui a ouvert la voie en 2023, avec une croissance de 2,5 % – décélère à 1,6 % cette année, la hausse des taux d’intérêt affaiblissant les emprunts et les dépenses.

L’économie chinoise, la deuxième au monde, devrait connaître une croissance de 4,5 % cette année et de 4,3 % en 2025, en forte baisse par rapport aux 5,2 % de l’année dernière.

L’économie chinoise, qui a été pendant des décennies l’un des principaux moteurs de la croissance mondiale, a connu des difficultés ces dernières années. Son marché immobilier surconstruit a implosé, les consommateurs sont déprimés, le chômage des jeunes est endémique et la population vieillit, sapant sa capacité de croissance.

Le ralentissement de la croissance en Chine risque de nuire aux pays en développement qui approvisionnent le marché chinois en matières premières. Il s’agit notamment de l’Afrique du Sud, producteur de charbon, et du Chili, exportateur de cuivre.

L’économie japonaise ne devrait croître que de 0,9 %, soit la moitié du rythme de son expansion de 2023.

Laisser un commentaire

5 × deux =