L'économie britannique stagnante est à la traîne de l'UE, selon de nouveaux chiffres

Jean Delaunay

L’économie britannique stagnante est à la traîne de l’UE, selon de nouveaux chiffres

La Grande-Bretagne n’a connu aucune croissance économique en trois mois, a déclaré jeudi l’agence de statistiques du pays. D’autres États européens s’en sortent mieux, entre-temps.

L’économie britannique s’est stabilisée, alors que le commerce post-Brexit et les secteurs vitaux continuent de mal performer, révèlent de nouveaux chiffres.

L’Office des statistiques nationales (ONS) a déclaré jeudi que l’économie n’avait « pas montré de croissance » en trois mois, la production ayant le plus diminué.

La croissance mensuelle du PIB – mesurant la valeur totale des biens et services produits dans un pays – a chuté de 0,1 % en mai après une brève hausse de 0,2 % en avril.

La reprise économique de la Grande-Bretagne depuis la pandémie de COVID a pris du retard par rapport à la plupart des autres économies avancées, seule l’Allemagne touchée par la récession s’en étant aussi mal sortie cette année.

En comparaison, l’économie de l’UE devrait croître plus rapidement que prévu cette année et l’année prochaine, les États membres affichant une croissance moyenne de 1,0 % en 2023, selon la Commission européenne.

Les chiffres de la Grande-Bretagne étaient meilleurs que ceux attendus par les économistes. Mais ils ajouteront probablement de la pression sur le gouvernement conservateur de Rishi Sunak, le Premier ministre incluant « la croissance de l’économie » comme l’un de ses cinq principaux engagements au début de l’année.

Tous les secteurs de l’économie britannique se sont contractés en mai – les services de bar qui n’ont montré aucune croissance.

La production manufacturière a le plus chuté de 0,6%, la construction a diminué de 0,2% et le secteur des services est resté stagnant, sans changement par rapport au mois précédent, selon l’ONS.

L’inflation est restée obstinément élevée, frappant les ménages britanniques et certaines entreprises. Il est resté à 8,7 % en mai, malgré les prévisions de baisse.

Dans une déclaration envoyée à L’Observatoire de l’Europe, le Parti national écossais a pointé du doigt la sortie de la Grande-Bretagne de l’UE.

« L’économie stagnante du Royaume-Uni a continué de glisser de plus en plus derrière celle de l’UE, en conséquence directe des dommages causés par le Brexit », a déclaré le porte-parole du SNP pour l’économie, le député Stewart Hosie.

« Alors que les pays de l’UE ont connu un rebond constant de la pandémie, l’économie du Royaume-Uni a à peine bougé en quatre ans, les conséquences se répercutant sur les gens ordinaires. »

Le rôle du Brexit dans la fortune économique de la Grande-Bretagne est contesté, certains économistes soulignant le rôle du COVID et de la guerre en Ukraine.

Un jour férié pour le couronnement du roi a contribué à la baisse de la production manufacturière et de la construction, a déclaré l’Office for National Statistics.

« Le PIB a légèrement baissé alors que la fabrication, la production d’énergie et la construction ont tous reculé, certaines industries étant touchées par un jour ouvrable de moins que la normale », a déclaré le directeur des statistiques économiques de l’ONS, Darren Morgan.

Écrivant sur Twitter, l’économiste de la Resolution Foundation a déclaré que les données de l’ONS montraient que le Royaume-Uni souffrait de « faibles performances à l’exportation dans les principaux secteurs manufacturiers ».

Les exportations vers l’UE ont chuté de 6,8%, contre une baisse de 2,1% avec le reste du monde, a-t-elle souligné.

Les grèves dans le secteur public et les industries ont également frappé l’économie, selon le rapport de l’ONS, les « actions industrielles » sur les chemins de fer ayant un effet négatif.

Les perturbations ont entraîné une chute drastique du PIB des services de restauration – la plus importante de toutes les sous-catégories.

Cependant, le jour férié du couronnement a eu un effet positif sur le secteur des arts et du divertissement, ajoute le rapport.

L’industrie du divertissement a connu la deuxième croissance la plus importante, uniquement dirigée par les activités de santé humaine et de travail social, pour empêcher l’économie de succomber davantage.

Laisser un commentaire

10 + 11 =