A woman with an umbrella stands in front of the Bank of England, at the financial district in London, Thursday, Nov. 3, 2022.

Milos Schmidt

L’économie britannique en hausse en novembre, stimulée par le secteur des services

Les chiffres du produit intérieur brut britannique ont montré une hausse en novembre, stimulés par un mois solide dans les services et la production.

Les chiffres mensuels du produit intérieur brut (PIB) du Royaume-Uni pour novembre ont augmenté à 0,3 %, contre -0,3 % en octobre. La hausse était également supérieure aux estimations des analystes de 0,2% et était principalement due au secteur des services, qui a augmenté d’environ 0,4%, contre -0,1% en octobre.

La production a également augmenté de 0,3%, contre -1,3% le mois précédent, tandis que le secteur de la construction a diminué plus lentement, à -0,2%, au lieu de -0,4% en octobre.

Les chiffres du PIB en glissement annuel se sont élevés à 0,2%, ce qui correspond aux estimations du consensus, ainsi qu’au-dessus des -0,1% d’octobre.

La production industrielle mensuelle pour novembre s’est également révélée être de 0,3%, conformément aux estimations, et bien au-dessus de -1,3% en octobre 2023.

La production industrielle britannique en glissement annuel pour novembre était de -0,1%, en hausse par rapport à -0,5% le mois précédent. Ce chiffre est toutefois légèrement inférieur aux attentes des analystes, qui étaient de 0,7 %.

La production manufacturière mensuelle pour novembre était de 0,4%, en hausse par rapport aux -1,2% d’octobre, et supérieure aux attentes du marché de 0,3%.

L’économie britannique est-elle enfin en train de se stabiliser ?

Ces chiffres pourraient indiquer que l’économie britannique commence enfin à se remettre des effets persistants de la pandémie de COVID-19, ainsi que de la crise énergétique et du resserrement monétaire soutenu de la Banque d’Angleterre (BoE).

L’inflation globale du Royaume-Uni étant également tombée à 3,9 % en novembre, le pays n’est désormais plus considéré comme confronté à une inflation exceptionnellement élevée par rapport aux autres pays développés.

Toutefois, d’autres facteurs, tels que la forte hausse des prix des services, un marché du travail tendu et les entreprises qui continuent de protéger leurs marges en répercutant les coûts sur les consommateurs, pourraient entraîner une hausse de l’inflation sous-jacente pendant plus longtemps.

KPMG UK prévoit une croissance intérieure brute du Royaume-Uni d’environ 0,5 % en 2024, et de 1 % en 2025. Toutefois, l’un des principaux facteurs décisifs auxquels les entreprises seront confrontées cette année pourrait être de savoir si elles doivent augmenter leurs prix afin de renforcer leurs marges bénéficiaires, ou bien réduire les effectifs si la demande ne reprend pas comme prévu.

Si ces facteurs devaient se produire simultanément, les consommateurs pourraient être confrontés à un double coup : une hausse des prix et une hausse du chômage ou des licenciements.

Selon Yael Selfin, vice-présidente et économiste en chef de KPMG Royaume-Uni : « L’activité économique du Royaume-Uni a dépassé les attentes, mais les perspectives restent faibles et vulnérables aux chocs. impact de la politique monétaire et faiblesse structurelle de l’offre de main-d’œuvre.

Cependant, les analystes d’Investec et de Deutsche Bank, ainsi que du cabinet de conseil Oxford Economics, estiment que les perspectives pourraient être plus positives ; ils prévoient que l’inflation diminuera à environ 2 % d’ici avril de cette année. Si tel était le cas, cela permettrait enfin d’atteindre l’objectif d’inflation de la Banque d’Angleterre et pourrait inciter la banque centrale à commencer à réduire les taux d’intérêt plus tôt que prévu.

Laisser un commentaire

4 × deux =