FILE - An American flag flies over the Federal Reserve building on May 4, 2021, in Washington. The nation’s 33 biggest banks have enough capital to withstand a severe economic

Milos Schmidt

L’économie américaine créera 216 000 emplois supplémentaires en décembre 2023

L’économie américaine a connu la plus forte création d’emplois dans les secteurs du gouvernement, de la santé, des loisirs et de l’hôtellerie.

Les chiffres de l’emploi non agricole aux États-Unis pour décembre 2023 sont arrivés vendredi, le marché du travail américain ayant créé environ 216 000 nouveaux emplois, soit plus de 173 000 en novembre, et un chiffre supérieur aux estimations des analystes de 170 000.

Cette hausse est principalement due au secteur public, qui a vu une augmentation de 52 000 emplois, ainsi qu’au secteur de la santé, avec 38 000 emplois supplémentaires. Les loisirs et l’hôtellerie ont ajouté 40 000 personnes, la construction en a ajouté 17 000 et l’assistance sociale, 21 000 personnes.

En revanche, l’entreposage et le transport ont connu une baisse d’environ 23 000. D’autres grandes industries telles que les carrières, l’industrie manufacturière, le commerce, les activités financières, le commerce de gros, le pétrole, le gaz et les mines, entre autres, sont restées pour l’essentiel stables avec des changements négligeables.

En 2023, le nombre total d’emplois créés était d’environ 2,7 millions, soit la plus faible augmentation depuis les niveaux d’avant la pandémie de 2019. Cela représentait une moyenne d’environ 225 000 nouveaux emplois par mois, le secteur gouvernemental en voyant 55 000 par mois.

Le secteur des loisirs et de l’hôtellerie a enregistré une moyenne d’environ 56 000 par mois, soit un recul considérable par rapport à la moyenne mensuelle de 88 000 en 2022, l’emploi dans l’ensemble du secteur ayant encore beaucoup de mal à remonter aux niveaux d’avant la pandémie.

Les taux d’intérêt baissent-ils ?

Le marché du travail étant encore relativement tendu, cela pourrait être un indicateur clé que la Réserve fédérale américaine prend en compte lors de l’examen de ses futures décisions de politique monétaire. La Réserve fédérale américaine semble également désormais plus encline à réduire ses taux, comme l’indiquent les minutes du FOMC publiées mercredi.

La banque centrale a souligné ses inquiétudes quant à l’impact qu’une politique monétaire « trop restrictive » pourrait avoir sur l’économie américaine à long terme, après plusieurs mois de hausse agressive des taux pour maîtriser la flambée de l’inflation. Ces préoccupations sont principalement liées au ralentissement de la croissance économique et au rapprochement de l’économie américaine du bord de la récession.

Il s’agit d’un changement radical par rapport à la position précédente de la banque centrale, qui insistait sur le fait qu’elle attendait des preuves plus convaincantes de la baisse de l’inflation et continuait à rejeter toute suggestion de baisses de taux à venir.

Cependant, le moment exact et l’ampleur de la réduction des taux n’ont pas encore été révélés, la banque laissant entendre que cela pourrait prendre encore un peu de temps et que, à court terme au moins, elle était à l’aise de maintenir son approche actuelle. Cette approche devrait se poursuivre jusqu’à ce que la banque soit absolument sûre que l’inflation baissera durablement.

En revanche, d’autres grandes banques centrales, comme la Banque centrale européenne (BCE), ne sont toujours pas convaincues d’une baisse des taux. Alors que l’inflation française et allemande continue d’augmenter, les spéculations sur une baisse prochaine des taux européens s’estompent de plus en plus. La BCE a également constamment mis en garde contre les dangers d’une baisse des taux d’intérêt trop précoce ou trop importante, sans preuve solide que l’inflation soit maîtrisée.

La Banque d’Angleterre a adopté une position similaire à celle de la BCE, le gouverneur Andrew Bailey affirmant qu’il était « encore trop tôt pour envisager des baisses de taux » fin 2023.

Laisser un commentaire

19 − dix-huit =