Le voyage vert de l'industrie des croisières : un avenir durable en haute mer

Milos Schmidt

Le voyage vert de l’industrie des croisières : un avenir durable en haute mer

En tant qu’acteurs majeurs de l’industrie du voyage, les compagnies de croisière ont la responsabilité non seulement d’opérer de manière respectueuse de l’environnement, mais aussi de diriger les efforts mondiaux d’avenir à l’avant-garde de l’innovation maritime.

Le dernier rapport sur le développement durable de la Cruise Lines International Association (CLIA) expose la manière dont l’industrie des croisières se dirige vers un avenir plus vert et comment elle prévoit d’atteindre zéro émission nette d’ici 2050.

Des traités largement ratifiés tels que MARPOL (Convention internationale pour la prévention de la pollution par les navires) ont lancé une campagne de réduction des gaz à effet de serre dans le monde entier, mais les membres de la CLIA se sont engagés à aller au-delà des exigences de MARPOL, en introduisant de nouvelles technologies et pratiques qui leur permettront de réduire le taux d’émissions de carbone de 40 pour cent d’ici 2030.

Une énergie plus propre pour un avenir meilleur

La promotion de l’innovation dans les technologies maritimes est au cœur des efforts du secteur des croisières pour réduire son empreinte environnementale. Elle a réalisé d’importants investissements dans le développement de technologies et de pratiques vertes, notamment dans la fourniture d’électricité à quai pour les navires. Si un navire à quai peut être connecté directement à une source d’énergie, les moteurs peuvent être éteints, ce qui réduit les émissions jusqu’à 98 pour cent.

À l’heure actuelle, seuls deux pour cent des ports du monde disposent d’une alimentation à quai, mais 46 pour cent des navires de croisière sont prêts à être branchés. 30 pour cent supplémentaires peuvent être modernisés.

Un autre domaine clé de développement est celui des carburants marins durables. En collaboration avec des fabricants et d’autres, les compagnies de croisière explorent diverses alternatives aux carburants traditionnels, cherchant à réduire leur dépendance aux combustibles fossiles et à passer à une énergie plus propre.

L’Organisation maritime internationale appelle à une augmentation de cinq à dix pour cent du recours aux carburants alternatifs dans l’industrie maritime d’ici 2030, mais il n’existe pas encore de carburants durables disponibles à grande échelle. La disponibilité accrue de nouveaux carburants dans les ports du monde entier nécessite une action urgente de la part des gouvernements pour investir dans les infrastructures nécessaires.

Parmi les autres défis rencontrés figurent les propriétés de stockage des différents carburants – certains nécessitent plus d’espace de soute que d’autres, ce qui a un impact sur leur viabilité pour une utilisation maritime – et une série d’aspects de sécurité.

Une variété de sources d’énergie nouvelles et alternatives sont à l’étude, telles que les biocarburants fabriqués à partir de matières végétales et de déchets animaux ; les « électrocarburants » synthétiques (fabriqués à partir de dioxyde de carbone capturé), tels que l’e-méthane et l’e-méthanol ; batteries électriques et hybrides; gaz naturel liquéfié (GNL) bio et synthétique ; piles à combustible au méthanol et à l’hydrogène; énergie éolienne et solaire.

Les expériences réussies dans ce domaine jusqu’à présent incluent un voyage sans GES net réalisé par le MSC Euribia propulsé au GNL en juin 2023. Cela a été rendu possible par l’utilisation du bio-GNL selon une approche de bilan massique. MSC utilise les données de cet essai pour optimiser d’autres navires de sa flotte, réduisant ainsi ses émissions globales et progressant ainsi vers ses objectifs de décarbonation.

Un autre domaine présentant un énorme potentiel est celui de l’utilisation du méthanol. S’il est adopté comme unique source d’énergie, le méthanol vert (tel que le bio- ou l’e-méthanol) est capable de rendre n’importe quel voyage presque neutre en carbone.

En tant que carburant alternatif, le méthanol a déjà été rigoureusement testé et étudié, de sorte que les considérations de ravitaillement et de sécurité sont déjà documentées. Cela facilitera sa mise à disposition à grande échelle, et la construction de navires prêts à utiliser du méthanol a déjà commencé. TUI Cruises, Celebrity Cruises, Disney Cruise Line et Norwegian Cruise Line préparent sept navires pour des voyages au méthanol.

Ceux-ci seront utilisés d’ici 2028, date à laquelle il y aura également 41 navires conçus pour le GNL fossile, qui pourront tous être facilement adaptés au GNL respectueux de l’environnement lorsque ceux-ci seront largement disponibles.

D’autres programmes pilotes comprennent 26 navires testant des biocarburants et des carburants synthétiques au carbone, ainsi que des tests et le développement de piles à combustible à hydrogène et à méthane, de l’énergie photovoltaïque et de l’énergie éolienne.

Le rôle de la conception des navires dans l’efficacité énergétique

©
©

Parallèlement à la course à la recherche de carburants plus propres, des efforts sont déployés pour rendre les moteurs et les navires eux-mêmes plus économes en énergie. La pérennité des navires actuellement en construction est un élément essentiel pour atteindre les objectifs d’émissions. Les navires de croisière ont une durée de vie moyenne d’environ 30 ans, mais la technologie maritime évolue constamment. L’identification du potentiel d’innovation est devenue essentielle dans la conception des navires, tout comme l’intégration des dernières avancées technologiques.

Ces développements comprennent un éclairage intelligent et des systèmes efficaces de chauffage, de ventilation et de climatisation, ainsi qu’une meilleure gestion des déchets. Les compagnies de croisière investissent massivement dans des systèmes avancés de traitement des eaux usées, qui sont considérablement plus efficaces que les usines de traitement à terre. L’énergie résiduelle – produite même par les moteurs les plus efficaces – peut également être captée. Les compagnies de croisière ont commencé à installer des échangeurs de chaleur qui transforment la vapeur générée par les moteurs en eau douce pour les douches, les piscines, les cuisines et le chauffage des cabines.

Les systèmes de lubrification de l’air intégrés sont de plus en plus introduits dans la conception des navires de croisière. Cela canalise l’air vers le bas de la coque, créant des bulles d’air microscopiques qui réduisent la traînée, économisant l’énergie et contribuant à l’efficacité énergétique.

La conception de la coque elle-même est également essentielle pour réduire la traînée de la vague d’étrave, ainsi que la peinture antisalissure. Ceux-ci se sont considérablement améliorés ces dernières années, avec des peintures, vernis et revêtements à base de silicone respectueux de l’environnement facilement disponibles.

Outre la technologie physique, les logiciels ont également joué un rôle clé dans la décarbonation du secteur des croisières. Les logiciels utilisés pour optimiser l’efficacité énergétique et du carburant ont contribué à réduire considérablement les émissions de carbone, tout comme les systèmes de suivi qui, par exemple, aident à acheminer les navires pour exploiter l’énergie des courants. Les technologies numériques collectent et analysent des données sur la vitesse, les itinéraires, les performances du moteur et les émissions et les transmettent à l’équipe opérationnelle.

Travailler ensemble vers le zéro net

L’industrie des croisières ne peut pas atteindre seule ses objectifs de décarbonation, et les compagnies membres de la CLIA collaborent avec les gouvernements, l’UE, les fournisseurs de carburant et les entreprises technologiques, qui jouent un rôle clé dans le développement de solutions améliorant l’efficacité énergétique des navires de croisière.

Les gouvernements jouent également un rôle crucial dans la définition du cadre réglementaire pour soutenir la production, la distribution et l’utilisation de carburants renouvelables. Le travail de la CLIA auprès des gouvernements comprend le plaidoyer en faveur de politiques favorisant les technologies vertes, la réduction des émissions et la conception de navires économes en énergie.

Cela inclut un accès plus rapide au financement pour la construction navale, la fabrication d’équipements maritimes ainsi que pour le développement et la fourniture à grande échelle de carburants durables et abordables, qui seront tous nécessaires pour atteindre les objectifs mondiaux.

• Pour en savoir plus sur les engagements du secteur des croisières pour réduire son empreinte environnementale, voir ici.

Laisser un commentaire

2 × 1 =