Emergency vehicles are stationed on a road leading to volcanic activity between Hagafell and Stóri-Skógfell

Jean Delaunay

Le volcan islandais entre en éruption pour la quatrième fois en trois mois

Le volcan islandais entre en éruption pour la quatrième fois en trois mois, malgré les rapports selon lesquels les défenses résistent et les éruptions s’affaiblissent.

La lave issue d’une éruption volcanique en Islande s’est écoulée dimanche vers les défenses autour de la ville de Grindavik, qui ont jusqu’à présent retenu la roche en fusion loin de la communauté évacuée.

Les scientifiques ont déclaré que l’éruption semblait s’affaiblir et s’arrêterait probablement d’ici quelques heures.

Un système volcanique sur la péninsule de Reykjanes, dans le sud-ouest du pays, est entré en éruption samedi soir pour la quatrième fois en trois mois, envoyant des jets de lave orange dans le ciel nocturne.

Le Bureau météorologique islandais a déclaré que l’éruption avait ouvert une fissure dans la terre d’environ 3 kilomètres de long entre les montagnes de Stóra-Skógfell et de Hagafell.

Le Met Office a déclaré dimanche que la lave coulait vers le sud et le sud-est à environ 1 kilomètre par heure et pourrait atteindre l’océan. Des barrières défensives ont été construites pour empêcher l’inondation de la route principale longeant la côte sud de la péninsule.

Des centaines de personnes ont été évacuées de la station thermale Blue Lagoon, l’une des principales attractions touristiques d’Islande, lorsque l’éruption a commencé, a indiqué la chaîne de télévision nationale RUV.

Aucune interruption de vol n’a été signalée à Keflavik, le principal aéroport d’Islande, situé à proximité.

Le site de l’éruption se trouve à quelques kilomètres au nord-est de Grindavik, une ville côtière de 3 800 habitants) à environ 50 kilomètres (30 miles) au sud-ouest de la capitale islandaise, Reykjavik.

La ville a été évacuée avant l’éruption initiale du 18 décembre. Une deuxième éruption qui a débuté le 14 janvier a envoyé de la lave vers la ville. Les murs défensifs qui avaient été renforcés après la première éruption ont stoppé une partie de la coulée, mais plusieurs bâtiments ont été consumés par la lave.

Les deux éruptions n’ont duré que quelques jours. Une troisième éruption a commencé le 8 février. Cela s’est terminé en quelques heures, mais pas avant qu’une rivière de lave n’ait englouti un pipeline, coupant le chauffage et l’eau chaude à des milliers de personnes.

L’Islande, située au-dessus d’un point chaud volcanique de l’Atlantique Nord, connaît des éruptions régulières et possède une grande expérience pour y faire face. L’éruption la plus perturbatrice de ces derniers temps a été l’éruption du volcan Eyjafjallajokull en 2010, qui a craché d’énormes nuages ​​de cendres dans l’atmosphère et entraîné une fermeture généralisée de l’espace aérien au-dessus de l’Europe.

Les dernières éruptions signalent un réveil du système volcanique du Svartsengi après près de 800 ans de calme. On ne sait pas quand la période d’activité prendra fin ni ce que cela signifiera pour la péninsule de Reykjanes, l’une des régions les plus densément peuplées d’Islande.

Aucun décès confirmé n’a été signalé lors des récentes éruptions, mais un ouvrier a été porté disparu après être tombé dans une fissure ouverte par le volcan.

Laisser un commentaire

20 + 13 =