A cement production plant of Heidelberg Materials in Ennigerloh, Germany. Cement production is one of the biggest emitters of carbon dioxide.

Milos Schmidt

Le vice-chancelier allemand veut stocker sous la mer le carbone des industries « difficiles à réduire »

Les militants ont critiqué le plan de stockage souterrain du carbone, le qualifiant de « coûteux » et encombrant pour les générations futures.

L’Allemagne envisage d’autoriser le stockage souterrain du carbone sur des sites offshore, a annoncé hier le vice-chancelier du pays.

La plus grande économie d’Europe fait de bons progrès dans l’expansion de ses sources et de son utilisation des énergies renouvelables.

Mais une solution est nécessaire pour le dioxyde de carbone émis par certains secteurs, comme l’industrie du ciment, qui sont « difficiles à réduire », a déclaré Robert Habeck, qui est également ministre de l’Economie et du Climat.

L’Allemagne, qui abrite de nombreuses industries à forte intensité énergétique, vise à réduire ses émissions nettes à zéro d’ici 2045.

Où l’Allemagne pourrait-elle stocker le dioxyde de carbone ?

La « stratégie de gestion du carbone » proposée par Habeck doit encore être transformée en une législation détaillée.

S’il est approuvé, il permettra le transport du dioxyde de carbone et son stockage sous la mer dans la zone économique exclusive allemande, à l’exception des zones marines de conservation.

Il ne prévoit pas d’autoriser les sites de stockage sur terre, mais Habeck a déclaré que cela pourrait être envisagé plus tard si les gouvernements des Länder allemands l’approuvent.

Le captage et le stockage du carbone sont-ils efficaces et sûrs ?

Les opposants soutiennent que ce que l’on appelle le captage et le stockage du carbone (CSC) n’ont pas fait leurs preuves à grande échelle et ont été moins efficaces que les alternatives telles que l’énergie solaire et éolienne pour décarboner le secteur énergétique.

Habeck, membre du parti écologiste Vert, a rappelé son opposition au stockage du carbone lors des discussions sur ce sujet dans les années 2000.

Mais il a ajouté que « la technologie a été développée davantage (…) et de mon point de vue, elle est mature et sûre », et qu’elle est désormais utilisée ailleurs, pas seulement dans des projets de recherche.

Le Danemark voisin a lancé l’année dernière un projet ambitieux visant à enfouir de grandes quantités de dioxyde de carbone sous la mer du Nord.

Robert Habeck, ministre fédéral de l'Économie et de la Protection du climat, présente les points clés de la stratégie de gestion du carbone lors d'une conférence de presse à Berlin le 26 février.
Robert Habeck, ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, présente les points clés de la stratégie de gestion du carbone lors d’une conférence de presse à Berlin le 26 février.

« Le temps est écoulé », a déclaré Habeck lors d’une conférence de presse à Berlin. « Dans les années 2000, on pourrait peut-être dire : « attendons de voir ce qui pourrait arriver » ; aujourd’hui, nous constatons que nous n’avons trouvé aucune solution technologique pour le ciment et d’autres domaines qui garantisse la neutralité climatique.»

« Nous nous dirigeons vers un réchauffement de 1,5 degré, ce qui signifie que nous ne sommes plus dans une zone de luxe ou de confort où nous pouvons attendre d’une manière ou d’une autre », a ajouté Habeck. « Nous devons utiliser ce que nous avons. »

Quels autres pays européens pourraient investir dans le CSC ?

Habeck a déclaré qu’il faudra « quelques années » avant que l’Allemagne puisse stocker du CO2 sous la mer et qu’il serait judicieux de coordonner les initiatives européennes.

Outre le projet danois, il a évoqué la Norvège, les Pays-Bas et le Royaume-Uni.

Le groupe environnemental Greenpeace a déploré que les projets allemands « portent la marque de l’industrie énergétique et de l’industrie lourde » et permettraient même aux industries pour lesquelles il existe des « solutions respectueuses du climat » de continuer comme elles l’ont fait jusqu’à présent.

« Cela coûte cher, n’est pas durable et impose aux générations futures des responsabilités supplémentaires à long terme », a déclaré Karsten Smid, un expert en énergie de la branche allemande du groupe, dans un communiqué.

Laisser un commentaire

3 × 3 =