Le vaccin RSV autorisé pour la première fois aux États-Unis pour les femmes enceintes afin de prévenir les maladies respiratoires du nourrisson

Jean Delaunay

Le vaccin RSV autorisé pour la première fois aux États-Unis pour les femmes enceintes afin de prévenir les maladies respiratoires du nourrisson

Le vaccin a été développé par le géant pharmaceutique Pfizer.

Les autorités américaines ont approuvé pour la première fois lundi un vaccin contre le virus respiratoire syncytial, ou VRS, destiné aux femmes enceintes, afin de prévenir l’une des principales causes d’hospitalisation des nourrissons.

Le vaccin Abrysvo a déjà été recommandé par l’Agence européenne des médicaments (EMA) pour autorisation chez les nourrissons après que leur mère a été vaccinée pendant la grossesse.

Le VRS est une maladie respiratoire courante qui provoque des symptômes semblables à ceux du rhume, mais qui peut être grave chez les enfants et les adultes âgés de 50 ans et plus.

Cela peut provoquer des bronchiolites et des pneumonies et entraîner une détresse respiratoire mortelle.

La nouvelle autorisation de la Food and Drug Administration (FDA) des États-Unis s’adresse aux femmes enceintes entre 32 et 36 semaines. Abrysvo est administré sous forme d’injection à dose unique.

Il a été précédemment approuvé aux États-Unis pour les personnes âgées de 60 ans et plus et son autorisation a également été recommandée dans ce groupe d’âge en Europe.

Les nourrissons parmi les plus vulnérables

« Le VRS est une cause fréquente de maladie chez les enfants, et les nourrissons sont parmi les plus exposés au risque de maladie grave, pouvant conduire à une hospitalisation », a déclaré Peter Marks, directeur du Centre d’évaluation et de recherche sur les produits biologiques de la FDA.

« Cette approbation offre aux prestataires de soins de santé et aux femmes enceintes la possibilité de protéger les nourrissons contre cette maladie potentiellement mortelle ».

Les effets secondaires les plus courants chez les femmes enceintes ayant reçu le vaccin lors des essais cliniques étaient des douleurs au site d’injection, des maux de tête, des douleurs musculaires et des nausées.

Le vaccin a réduit de 91 pour cent le risque de maladie respiratoire grave causée par le VRS chez les nourrissons lorsque leurs mères étaient vaccinées entre 32 et 36 semaines.

Dans l’UE, en Norvège et au Royaume-Uni, le VRS provoque en moyenne 213 000 hospitalisations par an chez les enfants de moins de cinq ans, selon le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC).

L’UE et les États-Unis ont également récemment approuvé un traitement par anticorps destiné à prévenir les infections par le VRS chez les nourrissons, élaboré par les sociétés pharmaceutiques AstraZeneca et Sanofi.

Laisser un commentaire

9 + onze =