Le sommet de l'UE se termine par un gémissement alors que la Pologne et la Hongrie résistent à la réforme de la migration

Jean Delaunay

Le sommet de l’UE se termine par un gémissement alors que la Pologne et la Hongrie résistent à la réforme de la migration

La Pologne et la Hongrie ont tenu leur promesse d’empêcher le Conseil européen d’adopter des conclusions communes sur la migration.

Les deux pays, qui ont longtemps défendu des vues dures sur l’accueil et la relocalisation des demandeurs d’asile, ont posé leur pied après de longues et intenses discussions entre les 27 chefs d’État et de gouvernement.

Le blocage, qui a commencé jeudi et s’est poursuivi tout au long de vendredi, a contraint les dirigeants à supprimer la section migration des conclusions du sommet, effaçant plusieurs paragraphes qui avaient été largement anticipés.

Charles Michel, le président du Conseil européen, a plutôt publié une déclaration distincte en son nom, reprenant le libellé de le projet rejeté.

« Il n’y avait pas d’unanimité, mais il y avait beaucoup de convergence, ce qui n’était pas du tout le cas il y a encore quelques années », a déclaré Michel en conférence de presse.

« Nous avons obtenu 25 pays sur 27. »

L’opposition polono-hongroise est issue d’une accord majeur conclu plus tôt ce mois-ci au Luxembourg, où les ministres de l’intérieur ont convenu d’aller de l’avant avec une proposition de réforme de la politique migratoire de l’UE.

La refonte, qui doit encore être négociée avec le Parlement européen, repose sur un nouveau système de « solidarité obligatoire » et offre aux États membres trois options pour gérer collectivement les flux migratoires :

  • Accepter un certain nombre de demandeurs d’asile relocalisés.
  • Payez 20 000 € pour chaque candidat rejeté.
  • Financer le soutien opérationnel, comme l’infrastructure et le personnel.

Varsovie et Budapest ont durement critiqué le cadre, prétendant à tort qu’il imposerait des quotas obligatoires sur la répartition des demandeurs d’asile.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a déclaré que le mécanisme de solidarité équivalait à une « coercition » et conduirait à des « sanctions financières » pour son propre pays.

« C’est pourquoi nous ne pouvons pas accepter de telles conclusions et c’est pourquoi nous restons d’avis que la meilleure solution ici est un référendum », a déclaré Morawiecki vendredi matin, avant de se diriger vers la réunion.

« Nous n’avons pas l’intention de mettre en œuvre ces décisions », a déclaré son homologue hongrois, Viktor Orbán, qui s’est prononcé contre la création de « ghettos de migrants ».

Outre le contenu de la réforme migratoire, la Pologne et la Hongrie regrettent que l’accord, la première percée du genre en près d’une décennie, ait été adopté à la majorité qualifiée, une règle de vote qui les a automatiquement privés de tout droit de veto.

Mais au Conseil européen, où les conclusions sont approuvées par consensus, leurs griefs étaient suffisamment forts pour modifier à eux seuls le texte final, qui était principalement axé sur la dimension externe plutôt qu’interne de la migration.

« Tout au long de ces six ou sept heures (de débat), j’ai été constamment surpris par l’étroitesse d’esprit de certains pays », a déclaré Pedro Sánchez, le Premier ministre espagnol, à l’issue de la rencontre.

Le chancelier allemand Olaf Scholz est apparu imperturbable face à la demande polono-hongroise que tous les dossiers de migration et d’asile soient approuvés à la stricte unanimité, une exigence qui n’est pas prévue par les traités de l’UE.

« J’ai une confiance fondamentale dans le fait que ce qui a été convenu par toutes les parties sera respecté par toutes les parties », a déclaré Olaf Scholz, le chancelier allemand, interrogé sur l’opposition. « Je ne suis pas trop inquiet. »

Laisser un commentaire

20 − 8 =