Russian President Vladimir Putin, center left, is greeted by North Korea

Milos Schmidt

Le Russe Poutine en Corée du Nord pour renforcer son partenariat avec son ancien allié

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un a promis mercredi son plein soutien à la guerre menée par la Russie en Ukraine lors de son sommet avec le président russe Vladimir Poutine.

Le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un se sont rencontrés mercredi à Pyongyang pour tenter d’élargir leur coopération économique et militaire et d’afficher un front uni face à Washington.

À son arrivée de nuit, Poutine a été accueilli par Kim, qui lui a serré la main, l’a serré dans ses bras à deux reprises et l’a rejoint dans une limousine.

Après avoir passé le reste de la nuit dans une maison d’hôtes d’État, Poutine a assisté à une cérémonie officielle d’accueil sur la place principale de la ville avant d’entamer ses pourparlers au sommet avec Kim, selon les médias russes.

La visite du dirigeant russe intervient dans un contexte d’inquiétudes croissantes concernant un accord d’armement dans lequel Pyongyang fournit à Moscou des munitions indispensables pour alimenter la guerre russe en Ukraine en échange d’une assistance économique et de transferts de technologies qui renforceraient la menace posée par le programme d’armes nucléaires et de missiles de Kim.

Le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un se saluent à l'aéroport international Sunan de Pyongyang.
Le président russe Vladimir Poutine et le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un se saluent à l’aéroport international Sunan de Pyongyang.

Kim a été cité par les agences de presse russes, promettant le « plein soutien et la solidarité de son pays au gouvernement, à l’armée et au peuple russes dans la conduite de l’opération militaire spéciale en Ukraine visant à protéger la souveraineté, les intérêts de sécurité et l’intégrité territoriale ».

On ne savait pas encore clairement à quoi pourrait ressembler le soutien de la Corée du Nord.

La Corée du Nord est soumise à de strictes sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU pour ses programmes d’armes nucléaires et de missiles, tandis que la Russie fait face à des sanctions de la part des États-Unis et de ses alliés occidentaux en raison de son agression en Ukraine.

Les responsables américains et sud-coréens accusent le Nord de fournir à la Russie de l’artillerie, des missiles et d’autres équipements militaires destinés à être utilisés en Ukraine, éventuellement en échange de technologies militaires clés et d’une aide. Tous deux nient les accusations concernant des transferts d’armes nord-coréens, qui violeraient plusieurs sanctions du Conseil de sécurité de l’ONU que la Russie avait précédemment approuvées.

Aux côtés de la Chine, la Russie a fourni une couverture politique aux efforts continus de Kim pour développer son arsenal nucléaire, bloquant à plusieurs reprises les efforts menés par les États-Unis pour imposer de nouvelles sanctions de l’ONU au Nord à cause de ses essais d’armes.

En mars, le veto russe aux Nations Unies a mis fin à la surveillance des sanctions de l’ONU contre la Corée du Nord en raison de son programme nucléaire, ce qui a suscité des accusations occidentales selon lesquelles Moscou cherche à éviter tout contrôle alors qu’elle achète des armes à Pyongyang pour les utiliser en Ukraine. Les responsables américains et sud-coréens ont déclaré qu’ils discutaient des options pour un nouveau mécanisme de surveillance du Nord.

Même si le programme nucléaire militaire de Kim comprend des missiles balistiques intercontinentaux capables d’atteindre le continent américain, de nouveaux progrès pourraient nécessiter une aide technologique extérieure.

Certains éléments indiquent que la Russie pourrait aider la Corée du Nord avec des technologies de fusées spatiales et de satellites de reconnaissance militaire, que Kim considère comme essentielles pour surveiller la Corée du Sud et accroître la menace de ses missiles à capacité nucléaire.

Selon un rapport de l’Institut sud-coréen pour la stratégie de sécurité nationale, la Corée du Nord pourrait potentiellement accroître ses exportations de main-d’œuvre vers la Russie et se lancer dans des activités illicites pour obtenir des devises étrangères, défiant ainsi les sanctions de l’ONU. Le rapport prévoit également des discussions sur le renforcement de la coopération dans les domaines de l’agriculture, de la pêche, de l’exploitation minière et sur la stimulation du tourisme russe en Corée du Nord.

À Washington, le secrétaire d’État américain Antony Blinken a déclaré que la visite de Poutine en Corée du Nord illustre la façon dont la Russie tente, « en désespoir de cause, de développer et de renforcer ses relations avec des pays qui peuvent lui fournir ce dont elle a besoin pour poursuivre la guerre d’agression contre laquelle elle a commencé ». Ukraine. »

« La Corée du Nord fournit d’importantes munitions à la Russie… ainsi que d’autres armes destinées à être utilisées en Ukraine. L’Iran a fourni des armes, notamment des drones, qui ont été utilisées contre des civils et des infrastructures civiles », a déclaré Blinken aux journalistes à l’issue d’une réunion avec le chef de l’OTAN, Jens Stoltenberg, mardi.

Les tensions dans la péninsule coréenne sont à leur plus haut niveau depuis des années, avec le rythme des essais d’armes de Kim et des exercices militaires combinés impliquant les États-Unis, la Corée du Sud et le Japon qui s’intensifient dans un cycle de représailles.

Les Corées se sont également engagées dans une guerre psychologique de type guerre froide, dans laquelle la Corée du Nord a largué des tonnes de déchets sur le Sud avec des ballons et le Sud a diffusé de la propagande anti-nord-coréenne avec ses haut-parleurs.

Poutine est accompagné de plusieurs hauts responsables, dont le vice-Premier ministre Denis Mantrurov, le ministre de la Défense Andrei Belousov et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, selon son conseiller en politique étrangère, Yuri Ouchakov. Il a déclaré qu’un certain nombre de documents seraient signés au cours de la visite, y compris éventuellement un accord sur un partenariat stratégique global.

Les médias d’État nord-coréens ont décrit la rencontre entre les dirigeants comme un événement historique qui démontre « l’invincibilité et la durabilité » de l’amitié et de l’unité des deux nations.

Laisser un commentaire

14 + 13 =