Houthi rebels launched a drone attack on US-owned ship Genco Picardy earlier in January

Milos Schmidt

Le risque d’inflation alors que les attaques en mer Rouge font grimper les coûts de transport

Les attaques des Houthis dans la mer Rouge ont perturbé des routes commerciales cruciales entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie, suscitant des inquiétudes quant à de nouvelles pressions inflationnistes.

Les déroutements effectués par les grandes compagnies maritimes et les perturbations potentielles du canal de Suez posent des défis à l’Europe, l’inflation et les fluctuations des prix de l’énergie devenant des préoccupations majeures.

Les événements récents en mer Rouge, impliquant des attaques du groupe Houthi basé en Iran, ont perturbé le secteur de la navigation maritime, essentiel pour le commerce entre l’Europe, le Moyen-Orient et l’Asie, suscitant des inquiétudes quant à la résurgence potentielle des pressions inflationnistes.

La peur qui a suivi a conduit les grandes compagnies maritimes à modifier leurs itinéraires pour éviter la mer Rouge et le canal de Suez, optant plutôt pour un voyage plus long autour du cap de Bonne-Espérance. Cette décision a eu des répercussions importantes, notamment une augmentation drastique des coûts et des délais de transport.

Plus tôt ce mois-ci, en réponse à ces attaques, les États-Unis et le Royaume-Uni ont mené des frappes aériennes sur plus de 60 cibles houthistes au Yémen. Le président américain Joe Biden a déclaré que les frappes persisteraient « autant que nécessaire » pour sauvegarder les flux commerciaux internationaux.

Néanmoins, le coût d’expédition des marchandises de l’Asie du Sud-Est vers l’Europe a grimpé à plus de 6 000 dollars (5 500 euros), soit presque le triple par rapport au mois précédent et ce qui pose un risque de perturbation de la chaîne d’approvisionnement et de hausse des prix à la consommation, d’autant plus que l’inflation mondiale montre des signes. d’abattement.

Ce que les perturbations de la mer Rouge signifient pour le commerce

Le canal de Suez, passage vital pour 18 % du commerce mondial, est actuellement menacé. Il est crucial pour le transit d’environ 20 % du pétrole mondial et de 25 % du commerce mondial de GNL (gaz naturel liquéfié). Dans le commerce Europe-Asie, 40 % passent généralement par la mer Rouge, l’itinéraire alternatif autour de la Corne de l’Afrique coûtant environ 1 million de dollars (920 000 €) de plus en carburant pour un aller-retour.

La directrice générale de l’Organisation mondiale du commerce, Ngozi Okonjo-Iweala, a averti que les conflits géopolitiques, notamment ceux de la mer Rouge et du canal de Suez, pourraient perturber considérablement la reprise du commerce mondial en 2024.

Le directeur financier de DP World, Yuvraj Narayan, lors du Forum économique mondial de Davos la semaine dernière, a déclaré : « Le coût des marchandises entrant en Europe en provenance d’Asie sera nettement plus élevé. … Les consommateurs européens en ressentiront la douleur.

Ewa Manthey, stratège matières premières chez ING Group, a souligné la vulnérabilité du marché européen, notamment dans le secteur du GNL. En 2023, le Qatar a envoyé plus de 20 milliards de mètres cubes de GNL vers l’Europe, soit environ 16 % des importations européennes de GNL. « Ces flux passeraient tous par la mer Rouge et le canal de Suez », a-t-elle précisé.

Velina Tchakarova, stratège géopolitique, a souligné que la valeur des exportations indiennes a plus que doublé en raison des attaques de la mer Rouge. Environ 80 % des échanges commerciaux de l’Inde avec l’Europe, d’une valeur de près de 14 milliards de dollars par mois (12,8 milliards d’euros), transitent généralement par cette route.

Simone Tagliapietra, chercheuse principale à Bruegel et professeur à l’Université catholique de Milan, a mis en garde contre une potentielle escalade régionale impliquant l’Iran, qui pourrait conduire à un choc d’approvisionnement énergétique et compliquer davantage les efforts de contrôle de l’inflation des banques centrales.

Le commerce avec la Chine et l’Europe pourrait être considérablement perturbé

Le transport maritime constitue l’épine dorsale des corridors commerciaux Union européenne-Chine, représentant 90 % de leurs échanges. Les importations en provenance de Chine se sont élevées à 626 milliards d’euros en 2022, tandis que les exportations se sont élevées à 230 milliards d’euros, selon les données d’Eurostat.

Les Pays-Bas étaient le plus grand importateur de marchandises en provenance de Chine parmi les États membres, avec des importations totalisant 138,8 milliards d’euros. L’Allemagne suivait de près avec 130 milliards d’euros et l’Italie suivait avec 57,5 ​​milliards d’euros. La Tchéquie avait la plus forte proportion de Chine dans ses importations extra-UE, soit 47,7 %.

Les trois plus grands exportateurs vers la Chine en termes d’exportations étaient l’Allemagne (106,85 milliards d’euros), la France (23,7 milliards d’euros) et les Pays-Bas (18,7 milliards d’euros), l’Allemagne détenant la plus grande part de la Chine dans ses exportations extra-UE. exportations à 15,0%.

Les principales importations en provenance de Chine comprenaient des équipements de télécommunications, des machines automatiques de traitement de données, des machines électriques et des composés organo-inorganiques. Les catégories de biens les plus importantes exportées par l’UE vers la Chine étaient les machines et les véhicules (52 %), suivis par les autres produits manufacturés (19 %) et les produits chimiques (16 %).

Conclusions

Les nouveaux risques inflationnistes découlant des perturbations de la mer Rouge pourraient signaler une résurgence des défis économiques pour l’Europe.

Comme l’indique une étude récente du FMI, les prix des importations sont responsables de 40 % de l’évolution globale de l’inflation de la consommation européenne au cours des deux dernières années.

Par conséquent, les coûts accrus associés à l’importation de biens en provenance d’Asie sont susceptibles d’être transférés aux consommateurs finaux, ce qui suscite des inquiétudes quant à l’inflation.

Il est crucial de suivre de près les fluctuations des prix des matières premières énergétiques dans les semaines à venir. Alors que les biens énergétiques représentent environ 10 % des dépenses de la zone euro, leurs fluctuations de prix pourraient avoir un impact significatif sur l’inflation européenne globale.

Laisser un commentaire

dix-huit − 16 =