Le renforcement des restrictions à l'avortement en Russie suscite l'indignation

Jean Delaunay

Le renforcement des restrictions à l’avortement en Russie suscite l’indignation

Le projet du gouvernement visant à restreindre l’accès à l’avortement ainsi qu’aux contraceptifs d’urgence intervient à un moment du conflit avec l’Ukraine où les femmes décident de plus en plus de ne pas avoir d’enfants.

En Russie, les femmes sont confrontées à des restrictions croissantes quant à leur droit à l’avortement, et bien que la procédure soit toujours légale et largement disponible, les récentes tentatives visant à la restreindre ont touché une corde sensible dans ce pays de plus en plus conservateur.

Bien que l’interdiction de cette procédure ne soit pour l’instant qu’une proposition, les cliniques privées de tout le pays ont déjà commencé à cesser de pratiquer l’avortement.

Dans tout le pays, le ministère de la Santé a élaboré des points de discussion à l’intention des médecins afin de décourager les femmes d’interrompre leur grossesse. De nouvelles réglementations rendront également bientôt de nombreux contraceptifs d’urgence pratiquement indisponibles et feront augmenter le coût d’autres.

Les militants russes intensifient leur jeu, exhortant leurs partisans à porter plainte officiellement, en faisant circuler des pétitions en ligne et en organisant même de petites manifestations contre l’éventuelle modification de la loi.

Certains dans le pays et à l’étranger affirment que le changement est similaire à l’annulation de la législation Roe-v-Wade aux États-Unis l’année dernière.

« Il est clair qu’il y a une érosion progressive de l’accès et du droit à l’avortement en Russie, et cela est similaire à ce qui s’est produit aux États-Unis », a déclaré Michele Rivkin-Fish, anthropologue à l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Presse.

La décision de la Cour suprême des États-Unis de l’année dernière a annulé un droit à l’avortement vieux de cinq décennies et a presque immédiatement remodelé la politique américaine en matière d’avortement, transférant le pouvoir aux États plutôt qu’au gouvernement central.

Au cours des 16 derniers mois, environ la moitié de tous les États américains ont adopté des interdictions ou des restrictions majeures – même si toutes ne sont pas actuellement appliquées en raison de diverses contestations juridiques.

Des gens allument des bougies lors d’un service anti-avortement dans une église orthodoxe de Vladivostok, en Russie.
Des gens allument des bougies lors d’un service anti-avortement dans une église orthodoxe de Vladivostok, en Russie.

En Union soviétique – qui a pris fin en 1991 – les lois sur l’avortement signifiaient que certaines femmes devaient subir cette procédure à plusieurs reprises en raison de difficultés à obtenir des contraceptifs.

Après l’effondrement de l’URSS, le gouvernement et les experts de la santé ont promu la planification familiale et le contrôle des naissances, ce qui a entraîné une baisse significative des taux d’avortement.

Jusqu’à l’arrivée au pouvoir de Vladimir Poutine à la fin des années 1990, les lois autorisaient les femmes à interrompre une grossesse jusqu’à 12 semaines sans aucune condition. Elles étaient également autorisées à avorter jusqu’à 22 semaines pour des « raisons sociales », notamment un divorce, le chômage ou des changements de revenus.

Dès le début de son mandat, Poutine a forgé une alliance puissante avec l’Église orthodoxe russe et a choisi de promouvoir les « valeurs traditionnelles » tout en cherchant à stimuler la croissance démographique.

C’est une position adoptée par de nombreux hommes politiques en Russie.

Poutine, à gauche, rencontre le ministre de la Santé Mikhaïl Murachko en juillet.  Murashko a été critiqué pour avoir condamné les femmes qui donnent la priorité à leur carrière plutôt qu'à la procréation.
Poutine, à gauche, rencontre le ministre de la Santé Mikhaïl Murachko en juillet. Murashko a été critiqué pour avoir condamné les femmes qui donnent la priorité à leur carrière plutôt qu’à la procréation.

Plus tôt cette année, le ministre de la Santé Mikhaïl Murachko a condamné les femmes qui accordent la priorité à l’éducation et à la carrière plutôt qu’à la procréation.

Actuellement, l’avortement n’est légalement autorisé qu’entre 12 et 22 semaines en cas de viol.

Toutes les femmes souhaitant subir cette procédure – selon le stade de leur grossesse – doivent attendre au moins 48 heures ou jusqu’à une semaine entre leur premier rendez-vous et l’avortement, au cas où elles reconsidéreraient leur choix.

Les directives émises par l’État garantissent qu’elles bénéficient de consultations psychologiques destinées à décourager les avortements.

Les autorités sanitaires ont également introduit un « questionnaire de motivation » en ligne qui décrit le soutien de l’État si les femmes poursuivent leur grossesse.

Dans une région, les cliniques orientent les femmes vers un prêtre avant de se faire avorter. Les autorités affirment que la consultation est volontaire, mais certaines femmes ont déclaré aux médias qu’elles avaient dû obtenir l’autorisation d’un prêtre pour avoir l’autorisation de mener à bien la procédure.

Avec tous ces obstacles à surmonter, il n’est peut-être pas surprenant que le nombre d’avortements en Russie soit passé de 4,1 millions en 1990 à 517 000 en 2021.

Une femme tient un bébé dans ses bras alors qu'elle marche dans une rue de la station balnéaire de Sotchi, sur la mer Noire, en Russie, le vendredi 15 septembre 2023.
Une femme tient un bébé dans ses bras alors qu’elle marche dans une rue de la station balnéaire de Sotchi, sur la mer Noire, en Russie, le vendredi 15 septembre 2023.

Des restrictions accrues en temps de guerre

La campagne anti-avortement intervient alors que les femmes russes ne semblent pas pressées d’avoir davantage d’enfants dans un contexte de guerre en Ukraine et d’incertitude économique.

Des rapports font état d’une augmentation significative des ventes de pilules abortives depuis le début du conflit en 2022, mais un récent décret du ministère de la Santé a restreint la circulation de ces médicaments.

La mifépristone et le misoprostol sont utilisés pour interrompre les grossesses au cours du premier trimestre. Le décret inscrit les pilules sur un registre de substances contrôlées exigeant une tenue et un stockage stricts, ce qui rend l’accès encore plus compliqué pour les femmes dans le besoin.

Cette décision est également susceptible d’affecter la disponibilité des contraceptifs d’urgence – parfois appelés pilules du lendemain.

Trois des six marques disponibles en Russie contiennent de la mifépristone à faible dose, ce qui signifie qu’elles seront sévèrement restreintes une fois le décret entré en vigueur en septembre 2024. Les prix risquent également de grimper en flèche en raison de ces restrictions.

Ils nécessiteront une ordonnance spéciale et de nombreuses pharmacies ne les garderont pas en stock. Le fait d’avoir besoin d’une ordonnance pourrait signifier que les femmes ne disposent pas du créneau horaire pour prendre les pilules, ce qui pourrait entraîner une augmentation des grossesses non désirées.

Le ministère de la Santé n’a pas encore indiqué s’il exclurait ou non toutes les pilules du lendemain dans le décret, mais si cela se produisait, les femmes russes pourraient bien se retrouver dans une situation très difficile.

DOSSIER : DOSSIER - Deux femmes enceintes subissent un examen dans un centre de planning familial de la ville d'Ekaterinbourg le 23 juillet 2003
DOSSIER : DOSSIER – Deux femmes enceintes subissent un examen dans un centre de planning familial de la ville d’Ekaterinbourg le 23 juillet 2003

Changements au sommet

De hauts législateurs font actuellement pression pour une interdiction pure et simple à l’échelle nationale de l’avortement dans les cliniques privées. Les statistiques de l’État révèlent que c’est là qu’ont eu lieu environ 20 % des procédures ces dernières années.

Les législateurs conservateurs ont déjà tenté, sans succès, de promulguer une telle interdiction, mais le ministère de la Santé se dit désormais prêt à l’envisager.

Les autorités régionales réussissent déjà à faire en sorte que certaines cliniques privées cessent de proposer des avortements.

Kaliningrad envisage une interdiction à l’échelle régionale et, au Tatarstan, les autorités affirment qu’environ un tiers de toutes les cliniques privées ne les proposent plus.

Une pétition en ligne contre l’interdiction à Kaliningrad a recueilli près de 27 000 signatures.

Dans sept autres régions de Russie, le ministère de la Santé mène un autre projet pilote : demander à des gynécologues d’essayer d’amener les femmes à reconsidérer l’avortement.

Un document remis aux médecins contenant un certain nombre d’expressions courantes à utiliser lors des consultations d’avortement comprend des expressions telles que la grossesse est « une condition belle et naturelle pour chaque femme », tandis qu’un avortement est « nocif pour la santé et présente un risque de complications ».

Laisser un commentaire

1 × quatre =