Le Rassemblement national français ne siégera pas avec Alternative pour l'Allemagne au Parlement européen

Martin Goujon

Le Rassemblement national français ne siégera pas avec Alternative pour l’Allemagne au Parlement européen

PARIS — Moins de trois semaines avant les élections européennes, l’extrême droite européenne semble être en crise après que le Rassemblement national français a annoncé qu’il ne siégerait pas aux côtés du parti allemand Alternative pour l’Allemagne (AfD) au prochain Parlement européen.

« Suite aux récentes déclarations de l’AfD, nous ne siégerons pas à leurs côtés lors du prochain mandat au Parlement européen », a déclaré Caroline Parmentier, députée du Rassemblement national et attachée de presse de la campagne européenne, dans une déclaration écrite à L’Observatoire de l’Europe, confirmant un article de Libération. .

Le parti français, dirigé par Marine Le Pen, a passé des années à tenter de séduire les grands électeurs et de se démarquer de son passé d’extrême droite, tandis que l’AfD a adopté des positions de plus en plus dures.

Les partis français et allemand sont tous deux membres du groupe Identité et Démocratie (ID) au Parlement européen, qui devrait bénéficier d’un regain de soutien lors des élections de juin. Parmentier n’a pas précisé si le Rassemblement national envisageait de quitter ID ou s’il chercherait à faire expulser le parti d’extrême droite allemand.

« Cela n’aura aucun impact sur l’identité lors d’un prochain mandat, car nous avons suffisamment de nationalités pour maintenir notre groupe politique », a déclaré un conseiller de Le Pen, qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat. « Nous avons informé nos alliés que nous ne souhaitions pas nous asseoir avec eux (AfD) pour former le prochain groupe. »

Au moment de la rédaction de cet article, le sondage de L’Observatoire de l’Europe place ID en quatrième position aux élections européennes, mais à un siège seulement derrière les libéraux de Renew. Tout pourrait changer si ces deux partis se séparaient.

La décision française fait suite à une interview de Maximilian Krah dans le quotidien italien La Repubblica dans laquelle le candidat tête de liste de l’AfD a déclaré qu’il « ne dirait jamais que quiconque porte un uniforme SS était automatiquement un criminel », une référence au romancier allemand Günter Grass, qui a admis tard dans sa vie pour avoir rejoint la Waffen-SS alors qu’il était adolescent.

Un collaborateur de Krah a déclaré qu’il ne pouvait pas commenter car il ne savait pas ce que la délégation française avait l’intention de faire. « Nous ne considérons pas Günter Grass comme un criminel », a ajouté l’assistant.

Un responsable du groupe ID, qui a requis l’anonymat pour s’exprimer librement, a déclaré : « On peut aussi lire cette décision comme disant que le RN (Rassemblement National) veut aller au (groupement) des non-inscrits parce qu’il ne veut pas travailler plus longtemps avec le IDENTIFIANT. Cela pourrait… pourrait être assez préjudiciable (à la délégation française).

« Jusqu’à présent, les décisions étaient toujours prises d’un commun accord entre toutes les délégations nationales dont fait partie la délégation française. Les temps sont assez fous, tout le monde est nerveux », a ajouté le responsable.

Laisser un commentaire

quatre × 4 =