Loyalist forces attack Alcazar in Toledo

Milos Schmidt

Le projet de premier musée national de la guerre civile en Espagne s’arrête devant la représentation de l’ère Franco

Le gouvernement socialiste lutte pour imposer la loi sur la mémoire historique dans la région destinée à accueillir le nouveau musée.

Les désaccords et les conflits sur la représentation des années de guerre civile en Espagne ont ralenti le développement du premier musée national de la guerre civile du pays.

Le Parti populaire (PP) d’extrême droite et Vox contrôlent la région d’Aragon, dans le nord-est de l’Espagne, où est en construction le Musée national de la bataille de Teruel et de la guerre civile.

Le gouvernement régional d’Aragon s’oppose à la loi de mémoire historique de 2022 du gouvernement national-socialiste, qui condamne formellement les répressions du régime franquiste.

Les gouvernements sont engagés dans une bataille juridique sur la représentation de l’ère franquiste après que les politiciens d’Aragon ont réussi à annuler la loi sur la mémoire historique et à la remplacer par leur propre version.

L'héritage de Franco continue de diviser l'Espagne sur la manière, le moment et le lieu de sa mémoire
L’héritage de Franco continue de diviser l’Espagne sur la manière, le moment et le lieu de sa mémoire

Droit de Concord

La loi de Concorde, adoptée par trois communautés autonomes espagnoles – Aragon, Castille-et-Léon et Valence – pourrait affecter leurs obligations en matière de droits de l’homme et de préservation de la mémoire historique.

Bien que la Cour constitutionnelle espagnole ait suspendu provisoirement la loi de concorde d’Aragon, les responsables locaux prévoient de faire appel de la décision.

Les détracteurs de ces lois, notamment le gouvernement national et les associations de mémoire historique, les ont décrites comme une tentative de minimiser, de justifier ou d’éradiquer les horreurs de l’ère franquiste.

Alors que les batailles juridiques se poursuivent, des inquiétudes ont été soulevées quant à la manière dont la guerre civile espagnole et le passé de l’ère Franco seront représentés dans le musée.

L’année dernière, dans une victoire pour le gouvernement régional d’Aragon, il a été annoncé qu’un mémorial sur le site du musée avec les noms de ceux qui sont morts au combat, ne ferait pas de distinction entre ceux qui ont combattu pour et contre Franco – en violation de la loi sur la mémoire historique du gouvernement.

En avril, les Nations Unies ont exhorté le gouvernement espagnol à prendre toutes les mesures nécessaires pour garantir le strict respect des normes internationales régissant la préservation de la mémoire historique sur les violations graves des droits de l’homme.

Laisser un commentaire

6 + douze =