In this May 24, 2016, file photo, Hewlett-Packard products are on display at a store in North Andover, Mass.

Milos Schmidt

Le procès pour fraude pénale de la star britannique de la technologie Mike Lynch débutera aujourd’hui

Le procès pénal américain a été retardé en raison d’une procédure civile concernant une fraude présumée à Londres, qui a abouti à ce qu’un juge se range du côté de HP.

Une acquisition de 11 milliards de dollars (10 milliards d’euros) qui s’est retournée contre Hewlett Packard (HP), pionnier de la Silicon Valley il y a plus de dix ans, sera ressuscitée lundi lors d’un procès qui déterminera si l’opération était une arnaque illégale ou un cas de gestion bâclée. .

Le procès pénal devant le tribunal fédéral de San Francisco porte sur l’acquisition par HP du fabricant de logiciels britannique Autonomy, un accord qui a été célébré comme un coup d’État lors de son annonce en 2011, pour ensuite se transformer en une débâcle coûteuse.

Avant que HP ne finalise l’accord, Meg Whitman a été embauchée comme PDG de la société créée il y a 85 ans par Bill Hewlett et Dave Packard dans un garage de Palo Alto, en Californie, devenu un sanctuaire de la Silicon Valley.

Whitman, qui est devenue célèbre et a fait fortune en dirigeant le site de commerce en ligne eBay au cours de ses années de formation, avait espéré que l’accord avec Autonomy soutiendrait ses efforts pour sortir HP du marasme, mais au lieu de cela, il est devenu un albatros qui a entraîné l’entreprise vers le bas.

Alors que la fortune de HP continuait de s’affaisser, Whitman a licencié des milliers de travailleurs et a finalement organisé une scission qui a divisé l’entreprise en deux entités en 2015. Elle a démissionné de son poste de PDG de la société dérivée, Hewlett Packard Enterprises, en 2018.

Les méchants présumés du procès sont l’ancien PDG d’Autonomy, Mike Lynch, autrefois considéré comme un brillant exemple de l’ingéniosité britannique, et Stephen Chamberlain, ancien vice-président des finances d’Autonomy.

Ils nient tout acte répréhensible et se défendent tous deux contre 16 chefs d’accusation de fraude et de complot dans le cadre d’un procès qui devrait se dérouler jusqu’à fin mai ou juin et qui comprendra les témoignages de plus de 40 témoins.

S’ils sont reconnus coupables par un jury, Lynch et Chamberlain risquent chacun une peine de plus de 20 ans de prison fédérale.

L’ancien directeur financier d’Autonomy, Sushovan Hussain, a été condamné à cinq ans de prison en 2019 après avoir été reconnu coupable de 16 chefs d’accusation pour fraude et complot.

Le procès visant Lynch et Chamberlain devrait également mettre en lumière Whitman, qui a puisé dans sa fortune estimée à 3 milliards de dollars pour financer une campagne infructueuse pour devenir gouverneur de Californie en tant que candidate du Parti républicain en 2010.

Peu de temps après ce revers politique, Whitman a rejoint le conseil d’administration de HP, puis a été nommé pour remplacer le PDG de l’entreprise, Leo Apotheker, qui avait négocié l’acquisition d’Autonomy avant d’être remplacé en septembre 2011, juste avant la conclusion de l’accord.

À l’époque, HP avait du mal à rester pertinent dans un contexte de transition technologique vers l’informatique mobile, motivée par la popularité croissante des smartphones. Le bouleversement a fait chuter la demande d’ordinateurs de bureau et portables, un marché qui constituait l’une des pierres angulaires financières de HP.

Dans le but de réduire sa dépendance à l’égard des PC, HP a acquis Autonomy pour devenir propriétaire d’un logiciel destiné à aider les entreprises à trier rapidement les informations vitales stockées dans les courriers électroniques, les enregistrements téléphoniques et d’autres référentiels.

Mais HP a découvert des preuves selon lesquelles Autonomy avait truqué les comptes pour gonfler sa valeur après la finalisation du rachat, ce qui a incité Whitman à radier près de 9 milliards de dollars du prix d’acquisition. Cela susciterait également des accusations de conduite criminelle, conduisant à l’inculpation de Lynch et Chamberlain en 2018.

Des procès pour fraude qui traversent l’Atlantique

Le procès a été retardé lors d’un procès civil sur la fraude présumée à Londres qui a abouti au fait qu’un juge s’est rangé du côté de HP dans une décision de 2022 indiquant que les dommages seraient inférieurs aux 3,9 milliards de livres sterling (4,6 milliards d’euros) souhaités par HP. Le montant définitif des dommages n’a pas été déterminé.

Lynch, 58 ans, a été extradé vers les États-Unis en mai dernier et vit depuis sous les restrictions imposées par le tribunal de San Francisco tout en étant autorisé à rester hors de prison grâce à une caution de 100 millions de dollars garantie par 50 millions de dollars en espèces en attendant son procès. Des documents judiciaires estiment que Lynch a gagné plus de 800 millions de dollars grâce à la vente d’Autonomy à HP.

Lors du procès civil de Londres, Lynch a affirmé qu’il n’avait jamais participé à des transactions sournoises chez Autonomy et s’était présenté comme le bouc émissaire d’une équipe de direction maladroite dirigée par Whitman, qu’il a décrit comme étant « hors d’elle ». Lynch a également salué Autonomy comme « l’une des entreprises les plus prospères que l’Angleterre ait jamais produites ».

Whitman, 67 ans, a dénigré Lynch en le qualifiant de cadre instable dont les plaintes concernant ses décisions « devenaient de moins en moins ciblées et ancrées dans la réalité » avant qu’elle ne l’évince de HP en 2012.

On ne s’attend pas à ce qu’elle soit appelée à témoigner dans le procès pénal de Lynch, même si sa direction de l’entreprise sera probablement examinée à la loupe au cours de la procédure.

Laisser un commentaire

4 × un =