Le prix des tomates grimpe de 400 % en Inde alors que les vagues de chaleur et les inondations frappent les cultures

Jean Delaunay

Le prix des tomates grimpe de 400 % en Inde alors que les vagues de chaleur et les inondations frappent les cultures

Les vagues de chaleur extrêmes et les inondations ont fait grimper le prix des tomates de 400 % en Inde, les cultures nécessitant des « gardes du corps ».

Les conditions météorologiques extrêmes de l’Inde pèsent lourdement sur les cultures, les cultures de tomates étant particulièrement touchées.

Les tomates sont devenues si chères que les magasins ont besoin de « gardes du corps » pour les protéger, rapporte Vice News.

Les prix ont grimpé de 400 % ces dernières semaines, un kilogramme coûtant désormais plus cher qu’un litre d’essence.

Qu’y a-t-il derrière la pénurie de tomates en Inde ?

Fortes précipitations et vagues de chaleur torrides ont provoqué des crues soudaines, des glissements de terrain et des centaines de morts en Inde ces dernières semaines. Le temps inhabituel pour la saison a également conduit le pays à faire face à une grave pénurie de tomates, les cultures étant ravagées par la maladie.

Les prix dans les grandes villes comme Mumbai et Delhi sont passés de 40 roupies (0,44 €) le kilo à plus de 160 roupies (1,76 €), rapporte le journal britannique The Guardian. Quelques mois plus tôt, le prix commercial des tomates avait chuté à moins de deux roupies (0,02 €), dévastant les agriculteurs.

En tant qu’ingrédient clé dans de nombreuses cuisines indiennes, de nombreux ménages se tournent désormais vers les produits en conserve pour combler le vide.

Même la restauration rapide La chaîne McDonald’s a annoncé qu’elle ne servait plus de tomates.

La flambée des prix ont également conduit des voleurs à cibler des fermes et des camions de livraison, rapporte Vice.

L’Inde fait face à des conditions météorologiques extrêmes meurtrières

En juin, une canicule torride frappé l’Inde avec des températures atteignant 43,5 degrés Celsius.

Les hôpitaux de deux des États les plus peuplés du pays ont été débordés et les morgues ont été remplies à pleine capacité, avec près de 170 morts.

Juillet a apporté peu de répit et New Delhi a enregistré cette semaine son jour de juillet le plus humide en 40 ans sous forme d’inondations tué au moins 22 personnes.

Des alertes rouges (le niveau d’alerte le plus élevé) ont été émises par le Département météorologique indien (IMD) dans les États du nord de l’Himachal Pradesh, de l’Uttarakhand, du Pendjab et de l’Haryana, car de fortes pluies ont déclenché des crues soudaines et des glissements de terrain.

L’Inde n’est pas le seul pays à faire face à des inondations meurtrières ces dernières semaines. Japon a connu sa «plus forte pluie jamais enregistrée» plus tôt cette semaine, tandis que le Vermont aux États-Unis fait actuellement face à des précipitations catastrophiques conduisant à la déclaration de l’état d’urgence.

Certaines parties de l’Europe ont également été confrontées à des pluies torrentielles, l’état d’urgence ayant été déclaré dans le nord-ouest de la Bulgarie. le mois dernier.

Les conditions météorologiques extrêmes sont susceptibles de devenir plus fréquentes et plus extrêmes en raison des émissions de gaz à effet de serre d’origine humaine, Greenpeace met en garde.

Laisser un commentaire

3 + 15 =