Poland

Jean Delaunay

Le président polonais gracie les députés de l’opposition pour la deuxième fois dans un conflit politique amer

Le président Andrzej Duda a déclaré qu’il avait pris cette décision par souci pour la santé des hommes politiques emprisonnés – et aussi parce que c’était ce que souhaitaient, selon lui, les partisans du parti Droit et Justice.

Le président polonais a annoncé mardi qu’il graciait une fois de plus deux hommes politiques arrêtés au début du mois dans un conflit amer entre le nouveau gouvernement centriste et l’administration conservatrice précédente.

Président Andrej Duda a fait cette annonce peu de temps après que le nouveau ministre de la Justice a refusé la motion de Duda visant à ce qu’une procédure de grâce soit appliquée à deux hauts responsables de l’opposition qui ont servi dans le précédent gouvernement de droite jusqu’en décembre. Duda est étroitement aligné sur le parti Droit et Justice qui dirigeait alors.

Duda a lancé un appel au ministre de la Justice, Adam Bodnar, qui est également procureur général, pour qu’il libère immédiatement les deux hommes de prison. Tous deux ont été libérés quelques heures plus tard et ont été accueillis dehors par leurs épouses et par des rassemblements enthousiastes.

Duda a déclaré qu’il avait pris cette décision par souci pour la santé des deux hommes politiques emprisonnés, mais aussi en réponse au sentiment d’une partie de la société polonaise qui soutient le droit et la justice.

Duda avait déjà gracié les deux hommes en 2015 et avait insisté sur le fait qu’il ne pourrait plus le faire. Mais mardi, il a déclaré qu’il réagissait à la situation des deux détenus et au refus du gouvernement de les libérer.

Plusieurs experts juridiques ont soutenu que la grâce de 2015 était inefficace parce qu’elle avait été accordée avant que le dernier appel dans leur affaire ne soit entendu et que la procédure judiciaire ne soit terminée.

Des hauts responsables du parti Droit et Justice, l’ancien ministre de l’Intérieur Mariusz Kamiński et son ancien adjoint Maciej Wąsik, ont été arrêtés le 9 janvier et emprisonnés séparément.

Tous deux ont entamé une grève de la faim et Kaminski aurait été examiné à l’hôpital.

Kamiński et Wąsik ont ​​été reconnus coupables d’abus de pouvoir et de falsification de documents pour des actions entreprises en 2007, alors qu’ils servaient dans un précédent gouvernement dirigé par Droit et Justice.

Les critiques citent la grâce accordée à Duda en 2015 comme un exemple de son mépris pour la loi polonaise et de son action dans l’intérêt du droit et de la justice.

En juin, la Cour suprême de Pologne a annulé les grâces et ordonné un nouveau procès. Kamiński et Wąsik ont ​​été de nouveau reconnus coupables et condamnés en décembre à deux ans de prison.

La police les a arrêtés alors qu’ils se trouvaient au palais présidentiel de Duda, où ils espéraient apparemment être protégés.

Laisser un commentaire

4 × 1 =