Le président nigérien promet que la démocratie prévaudra après que des soldats mutins l'ont arrêté et déclaré un coup d'État

Jean Delaunay

Le président nigérien promet que la démocratie prévaudra après que des soldats mutins l’ont arrêté et déclaré un coup d’État

Le président nigérien a déclaré jeudi avec défi que la démocratie prévaudrait, un jour après que des soldats mutins l’ont arrêté et annoncé qu’ils avaient pris le pouvoir lors d’un coup d’État sur la détérioration de la situation sécuritaire dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

Alors que de nombreuses personnes dans la capitale de Niamey vaquaient à leurs occupations habituelles, on ne savait toujours pas qui contrôlait le pays et quel côté la majorité pourrait soutenir. Un communiqué tweeté par le compte du commandement de l’armée a déclaré qu’il soutiendrait le coup d’État afin d’éviter une «confrontation meurtrière» qui pourrait conduire à un «bain de sang». Il n’a pas été possible de confirmer que la déclaration était authentique.

Pendant ce temps, le président Mohamed Bazoum – qui a été élu en 2021 lors du premier transfert de pouvoir pacifique et démocratique du Niger depuis son indépendance de la France et qui est un allié clé de l’Occident – semblait avoir le soutien de plusieurs partis politiques.

« Les réalisations durement acquises seront préservées. Tous les Nigériens qui aiment la démocratie et la liberté y veilleront », a tweeté Bazoum tôt jeudi matin.

Sam Mednick/Copyright 2023 AP.  Tous les droits sont réservés.
Des partisans de soldats mutins brandissent un drapeau russe lors d’une manifestation à Niamey, au Niger, le jeudi 27 juillet 2023.

Le ministre des Affaires étrangères Hassoumi Massoudou a lancé un appel similaire sur la chaîne d’information France 24, demandant à « tous les patriotes démocrates nigériens de se lever comme un seul pour dire non à cette action factieuse ».

Il a exigé la libération inconditionnelle du président et a déclaré que des pourparlers étaient en cours.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, qui s’est entretenu mercredi par téléphone avec Bazoum, a déclaré dans un communiqué qu’il était « extrêmement préoccupé » par la situation au Niger et a mis en garde contre les « effets terribles sur le développement » et les civils dus aux « changements anticonstitutionnels successifs ». de gouvernement dans la région du Sahel.

Le groupement régional de la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest a envoyé le président béninois Patrice Talon pour diriger les efforts de médiation.

Bazoum est un allié clé dans les efforts de l’Occident pour combattre les djihadistes liés à Al-Qaïda et au groupe État islamique dans la région du Sahel en Afrique. Des extrémistes au Niger ont mené des attaques contre des civils et du personnel militaire, mais la situation sécuritaire globale n’est pas aussi désastreuse que dans les pays voisins.

La lutte contre l’extrémisme dans la région est devenue une arène majeure où l’Occident et la Russie se disputent l’influence.

Bazoum était considéré par beaucoup comme le dernier espoir de partenariat de l’Occident au Sahel après que le Mali se soit détourné de l’ancienne puissance coloniale française et ait plutôt cherché le soutien du groupe de mercenaires russes Wagner. Wagner semble également faire des percées au Burkina Faso.

Les pays occidentaux ont versé de l’aide au Niger, et le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est rendu en mars, cherchant à renforcer les liens. Les troupes américaines, françaises et italiennes forment les soldats du pays, tandis que la France mène également des opérations conjointes.

Mais la menace qui pèse sur Bazoum a fait craindre que le Niger ne se détourne également de l’Occident.

Jeudi, plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées dans la capitale et ont scandé le soutien à Wagner en agitant des drapeaux russes. Plus tard, ils ont commencé à lancer des pierres sur la voiture d’un politicien qui passait.

« Si Mohamed Bazoum démissionne de la présidence, le Niger passera probablement en tête de liste des pays où le groupe Wagner cherchera à s’étendre », a déclaré Flavien Baumgartner, analyste Afrique chez Dragonfly, un cabinet de conseil en sécurité et risques politiques.

AP/AP
Dans cette image tirée d’une vidéo fournie par l’ORTN, le colonel major Amadou Abdramane, avant centre, fait une déclaration tard mercredi 26 juillet 2023, à Niamey, au Niger.

Wagner avait déjà des vues sur le Niger, en partie parce que c’est un gros producteur d’uranium recherché par la Russie. Mais Bazoum a posé un obstacle en raison de sa position pro-française et pro-occidentale, a déclaré Baumgartner.

Le chef de Wagner, Yevgeny Prigozhin, a pesé jeudi, décrivant les développements dans le cadre de la lutte du Niger contre les « colonisateurs ».

« Cela signifie effectivement gagner l’indépendance. Le reste dépendra du peuple nigérien, de son efficacité à gouverner », a déclaré Prigozhin, qui a mené une brève mutinerie contre le Kremlin le mois dernier, dans un communiqué.

Soulignant l’importance du Niger pour l’Occident, Blinken a déclaré jeudi qu’il s’était entretenu avec le président, affirmant qu’il « avait clairement indiqué que nous le soutenions fermement en tant que président démocratiquement élu du pays ».

Blinken, qui était en Nouvelle-Zélande, a répété la condamnation américaine de la mutinerie et a déclaré que son équipe était en contact étroit avec des responsables en France et en Afrique.

Mercredi matin, des membres de la garde présidentielle ont encerclé la maison de Bazoum et l’ont détenu.

Les soldats mutins, qui se font appeler le Conseil national pour la sauvegarde du pays, se sont adressés à la télévision d’État et ont annoncé qu’ils avaient pris le contrôle en raison de la détérioration de la sécurité et de la mauvaise gouvernance économique et sociale dans ce pays de 25 millions d’habitants. Ils ont dit qu’ils avaient dissous la constitution, suspendu toutes les institutions et fermé toutes les frontières.

Sam Mednick/Copyright 2023 AP.  Tous les droits sont réservés.
Des partisans de soldats mutins brandissent un drapeau russe lors d’une manifestation à Niamey, au Niger, le jeudi 27 juillet 2023.

Le coup d’État aurait été déclenché parce que Bazoum prévoyait de limoger le chef de la garde présidentielle, le général Omar Tchiani, selon des analystes nigériens. Les experts militaires affirment que certaines des personnes qui sont apparues à la télévision d’État étaient des officiers de haut rang, dont le général Moussa Salaou Barmou, le chef des forces spéciales nigériennes qui entretient des relations étroites avec les États-Unis.

Selon un proche du président qui s’est exprimé sous couvert d’anonymat, parce qu’il n’était pas autorisé à parler de la situation, le président n’a pas et ne démissionnera pas et est en sécurité dans sa résidence.

Dans un communiqué mercredi, plusieurs partis politiques lui ont exprimé leur soutien, qualifiant le coup d’Etat de « folie suicidaire et anti-républicaine ».

Le « pays, confronté à l’insécurité, au terrorisme et aux défis du sous-développement, ne peut se permettre d’être distrait », ont-ils déclaré. Des manifestants ont également manifesté leur soutien à Bazoum ce jour-là.

La communauté internationale a fermement condamné la tentative de prise de contrôle au Niger, qui a connu de multiples coups d’État depuis l’indépendance en 1960.

La ministre française des Affaires étrangères, Catherine Colonna, a tweeté que la France était préoccupée par les événements au Niger et suivait la situation de près. La France « condamne fermement toute tentative de prise de pouvoir par la force », a déclaré le ministre.

Le chef des droits de l’homme de l’ONU, Volker Türk, a appelé à la libération de Bazoum et a déclaré que « tous les efforts doivent être entrepris pour rétablir l’ordre constitutionnel et l’état de droit ».

La Russie a également appelé à la libération du président et la porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a déclaré que le pays souhaitait voir « une résolution rapide de cette crise politique interne ».

Laisser un commentaire

17 − 16 =