Le président déchu du Niger serait à court de nourriture en résidence surveillée, 2 semaines après le coup d'État

Jean Delaunay

Le président déchu du Niger serait à court de nourriture en résidence surveillée, 2 semaines après le coup d’État

Le président déchu du Niger est à court de nourriture et dans des conditions de plus en plus difficiles deux semaines après avoir été renversé par un coup d’État militaire et assigné à résidence, a déclaré mercredi un conseiller.

Le département d’État américain s’est dit profondément préoccupé par la « détérioration des conditions » de sa détention.

Le président Mohamed Bazoum, le dirigeant démocratiquement élu de la nation ouest-africaine, est détenu au palais présidentiel de Niamey avec sa femme et son fils depuis que des soldats mutins se sont déplacés contre lui le 26 juillet.

La famille vit sans électricité et n’a plus que du riz et des conserves à manger, a déclaré le conseiller. Bazoum reste pour l’instant en bonne santé et ne démissionnera jamais, selon le conseiller, qui n’a pas été autorisé à discuter de la situation sensible avec les médias et s’est exprimé sous le couvert de l’anonymat.

Sam Mednick/Copyright 2023 AP.  Tous droits réservés.
Des partisans de la junte au pouvoir au Niger tiennent un drapeau russe à Niamey, au Niger, le dimanche 6 août 2023.

Le parti politique de Bazoum a publié une déclaration confirmant les conditions de vie du président et a déclaré que la famille était également sans eau courante.

Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est entretenu mardi avec Bazoum des récents efforts diplomatiques, selon un communiqué, et Blinken « a souligné que la sûreté et la sécurité du président Bazoum et de sa famille sont primordiales ». Le communiqué du département d’État de mercredi a appelé à leur libération immédiate.

Cette semaine, la nouvelle junte militaire du Niger a pris des mesures pour s’installer au pouvoir et a rejeté les efforts internationaux de médiation. Mercredi, il a accusé l’ancien colonisateur français de tenter de déstabiliser le pays, de violer son espace aérien fermé et de discréditer les dirigeants de la junte. Les ministères français des Affaires étrangères et de la Défense, dans un communiqué conjoint, ont qualifié les allégations de non fondées.

Lundi, la junte a nommé un nouveau Premier ministre, l’économiste civil Ali Mahaman Lamine Zeine. Il s’agit d’un ancien ministre de l’économie et des finances qui a quitté ses fonctions après qu’un précédent coup d’État en 2010 ait renversé le gouvernement de l’époque. Zeine a ensuite travaillé à la Banque africaine de développement.

« La mise en place d’un gouvernement est importante et signale, au moins à la population, qu’elle a un plan en place, avec le soutien de l’ensemble du gouvernement », a déclaré Aneliese Bernard, une ancienne responsable du département d’État spécialisée dans les affaires africaines et maintenant directeur de Strategic Stabilization Advisors, un groupe consultatif sur les risques.

La junte a également refusé d’admettre des équipes de méditation des Nations Unies, de l’Union africaine et du bloc régional ouest-africain de la CEDEAO, invoquant « des raisons évidentes de sécurité dans cette atmosphère de menace », selon une lettre vue par l’Associated Press.

La CEDEAO avait menacé de recourir à la force militaire si la junte ne réintégrait pas Bazoum d’ici dimanche, un délai que la junte a ignoré et qui est passé sans action de la part de la CEDEAO. Le bloc devrait se réunir à nouveau jeudi pour discuter de la situation.

Cela fait exactement deux semaines que les soldats ont arrêté Bazoum et pris le pouvoir pour la première fois, affirmant qu’ils pourraient faire un meilleur travail pour protéger la nation contre la violence djihadiste. Des groupes liés à Al-Qaïda et au groupe État islamique ont ravagé la région du Sahel, une vaste étendue au sud du désert du Sahara qui comprend une partie du Niger.

La plupart des analystes et des diplomates ont déclaré que la justification déclarée du coup d’État n’avait pas de poids et que la prise de pouvoir résultait d’une lutte de pouvoir entre le président et le chef de sa garde présidentielle, le général Abdourahmane Tchiani, qui dit maintenant qu’il dirige le pays.

Le coup d’État est un coup dur pour de nombreux pays occidentaux, qui considéraient le Niger comme l’un des derniers partenaires démocratiques de la région avec lequel ils pouvaient travailler pour repousser la menace extrémiste. C’est aussi un important fournisseur d’uranium.

Les partenaires du Niger ont menacé de couper des centaines de millions de dollars d’assistance militaire s’il ne revenait pas à l’ordre constitutionnel.

Alors que la crise s’éternise, les 25 millions d’habitants du Niger en pâtissent. C’est l’un des pays les plus pauvres du monde, et de nombreux Nigériens vivent au jour le jour et disent qu’ils sont trop concentrés sur la recherche de nourriture pour leurs familles pour prêter beaucoup d’attention à l’escalade de la crise.

Sam Mednick/Copyright 2023 AP.  Tous droits réservés.
Mohamed Toumba, l’un des soldats qui a renversé le président nigérian Mohamed Bazoum, s’adresse aux partisans de la junte au pouvoir au Niger à Niamey, au Niger, le dimanche 6 août 2023.

Les sévères sanctions économiques et de voyage imposées par la CEDEAO depuis le coup d’État ont fait grimper les prix des denrées alimentaires jusqu’à 5 %, selon les commerçants. Erkmann Tchibozo, un propriétaire de magasin du Bénin voisin qui travaille dans la capitale du Niger, Niamey, a déclaré qu’il était difficile de faire entrer quoi que ce soit dans le pays pour approvisionner son magasin près de l’aéroport.

Si ça continue comme ça, la situation va devenir très difficile, a-t-il dit.

La junte a fermé cette semaine l’espace aérien du Niger et suspendu temporairement l’autorisation des vols diplomatiques en provenance de pays amis et partenaires, selon le ministère des Affaires étrangères.

La sous-secrétaire d’État américaine par intérim, Victoria Nuland, a rencontré les meneurs du coup d’État, mais a déclaré qu’ils refusaient de lui permettre de rencontrer Bazoum. Elle a décrit les officiers mutins comme peu réceptifs à ses appels à entamer des négociations et à rétablir l’ordre constitutionnel.

Les États-Unis comptent quelque 1 100 militaires dans le pays et considèrent le Niger comme un partenaire stratégique et fiable dans la région.

Pourtant, Nuland a fait plus de progrès que les autres délégations. Une précédente délégation de la CEDEAO a été empêchée de quitter l’aéroport.

Sam Mednick/Copyright 2023 AP.  Tous droits réservés.
Des partisans de la junte au pouvoir au Niger, accompagnés de certaines forces de sécurité, montent la garde à un rond-point à Niamey, au Niger, tôt le dimanche 6 août 2023.

On ne sait pas à quel point la coordination est impliquée dans les divers efforts de médiation. Certains experts craignent que si le travail n’est pas coordonné, il pourrait saper la CEDEAO.

« Je pense que les États-Unis parviendraient à un modus vivendi avec cette junte si celle-ci se révélait particulièrement sensible aux intérêts américains, mais cela ne semble pas être sur la table pour l’instant », a déclaré Alexander Thurston, professeur adjoint de sciences politiques à l’Université de Cincinnati.

Les analystes disent que plus il faut de temps pour trouver une solution, plus la junte a de temps pour creuser et moins il y aura d’élan pour l’évincer. D’autres nations africaines sont également divisées sur la manière de procéder.

Le Mali et le Burkina Faso voisins, tous deux dirigés par des régimes militaires, se sont rangés du côté de la junte et ont averti qu’une intervention au Niger équivaudrait à une déclaration de guerre contre eux. Dans une lettre conjointe adressée mardi à l’ONU, les deux pays ont appelé l’organisation à « empêcher par tous les moyens à sa disposition toute action armée contre un État souverain ».

Le Mali et le Burkina Faso ont également envoyé des représentants à Niamey cette semaine pour discuter des options militaires. Des responsables de tous les côtés ont déclaré que les pourparlers se sont bien déroulés.

Laisser un commentaire

5 + 17 =