Belarus President Alexander Lukashenko attends a New Year Eve

Jean Delaunay

Le président de la Biélorussie s’accorde l’immunité contre les poursuites et interdit les challengers potentiels

Alexandre Loukachenko a été confronté ces dernières années à de sérieuses remises en question de son autorité et de sa légitimité.

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a signé une nouvelle loi lui accordant une immunité à vie contre les poursuites pénales et empêchant les dirigeants de l’opposition vivant à l’étranger de se présenter aux futures élections présidentielles.

La loi s’applique en théorie à tout ancien président et aux membres de sa famille. En réalité, cela ne concerne que Loukachenko, 69 ans, qui dirige la Biélorussie d’une main de fer depuis près de 30 ans.

La nouvelle mesure semble viser à renforcer davantage le pouvoir de Loukachenko et à éliminer les adversaires potentiels lors de la prochaine élection présidentielle du pays, qui doit avoir lieu en 2025.

La loi renforce considérablement les conditions requises pour les candidats à la présidentielle et rend impossible l’élection des dirigeants de l’opposition qui ont fui vers les pays voisins ces dernières années. Seuls les citoyens biélorusses qui résident de manière permanente dans le pays depuis au moins 20 ans et n’ont jamais eu de permis de séjour dans un autre pays seront éligibles.

Des manifestants brandissent un immense drapeau historique de la Biélorussie alors que des milliers de personnes se rassemblent pour manifester sur la place de l'Indépendance à Minsk, en 2020.
Des manifestants brandissent un immense drapeau historique de la Biélorussie alors que des milliers de personnes se rassemblent pour manifester sur la place de l’Indépendance à Minsk, en 2020.

La Biélorussie a été secouée par des manifestations de masse en août 2020 lors de la réélection largement contestée de Loukachenko pour un sixième mandat, que l’opposition et l’Occident ont condamnée comme frauduleuse.

Au cours des manifestations qui ont suivi, les autorités biélorusses ont arrêté plus de 35 000 personnes, dont beaucoup ont été battues lors des manifestations ou torturées en détention. Un grand nombre d’entre eux ont quitté le pays par crainte de représailles.

Loukachenko a également été accusé d’être impliqué dans le transfert illégal d’enfants des villes ukrainiennes occupées par la Russie vers la Biélorussie.

Selon le texte de la nouvelle loi, Loukachenko, s’il devait quitter le pouvoir, « ne pourra être tenu responsable des actes commis dans le cadre de l’exercice de ses pouvoirs présidentiels ».

La loi prévoit également que le président et les membres de sa famille bénéficieront à vie d’une protection de l’État, de soins médicaux, d’une assurance vie et d’une assurance maladie. Après sa démission, le président deviendrait également membre permanent à vie de la chambre haute du Parlement.

La chef de l'opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaya est accueillie par ses partisans lors d'un rassemblement près de la porte de Brandebourg à Berlin, 2020.
La chef de l’opposition biélorusse Svetlana Tikhanovskaya est accueillie par ses partisans lors d’un rassemblement près de la porte de Brandebourg à Berlin, 2020.

« Un avenir inévitable »

La chef de l’opposition Svetlana Tikhanovskaya, qui a fui vers la Lituanie voisine en 2020, a déclaré que la nouvelle loi est la réponse de Loukachenko à sa « peur d’un avenir inévitable », suggérant que Loukachenko doit s’inquiéter de ce qui lui arrivera lorsqu’il quittera le pouvoir.

« Loukachenko, qui a ruiné le sort de milliers de Biélorusses, sera puni conformément au droit international et aucune immunité ne le protégera contre cela. Ce n’est qu’une question de temps. »

L’opposition politique du pays cherche à ouvrir une enquête sur les disparitions de politiciens de l’opposition et sur le retrait d’enfants ukrainiens d’Ukraine.

« Nous veillerons à ce que le dictateur soit traduit en justice », a déclaré Tikhanovskaya, soulignant qu’il y avait encore environ 1 500 prisonniers politiques derrière les barreaux en Biélorussie, dont le prix Nobel de la paix Ales Bialiatski.

Laisser un commentaire

5 + 5 =