Le président allemand s'excuse pour le massacre colonial en Tanzanie

Jean Delaunay

Le président allemand s’excuse pour le massacre colonial en Tanzanie

« J’ai honte de ce qu’ont fait les soldats coloniaux allemands », a déclaré Frank-Walter Steinmeier.

Le chef de l’Etat allemand a demandé mercredi « pardon » pour les exactions commises par les forces coloniales de son pays en Tanzanie, lors d’une visite à Songea, lieu d’un massacre du peuple indigène Maji-Maji au début du XXe siècle.

« Je m’incline devant les victimes de la domination coloniale allemande. Et, en tant que président fédéral allemand, je veux demander pardon pour ce que les Allemands ont fait à vos ancêtres », a déclaré Frank-Walter Steinmeier, selon le texte d’un discours distribué par son bureau. .

Entre 1905 et 1907, les troupes coloniales allemandes massacrèrent entre 200 000 et 300 000 représentants du Maji-Maji suite à un soulèvement de ces derniers, selon les estimations fournies par les historiens.

M. Steinmeier a évoqué le sort du chef Songea Mbano, alors chef de la rébellion, qui a été pendu et décapité par les Allemands avec 66 de ses combattants.

« Les gens en Allemagne qui ont une certaine connaissance de l’histoire coloniale allemande doivent également être consternés par l’ampleur de la brutalité infligée par les forces coloniales allemandes, doivent être consternés par ce que vous m’avez dit », a-t-il déclaré aux descendants du chef Songea, selon le texte du discours.

« Cela me fait honte. J’ai honte de ce que les soldats coloniaux allemands ont fait à votre ancêtre et à ses camarades guerriers. »

La visite en Tanzanie de M. Steinmeier, dont la fonction est essentiellement honorifique en Allemagne mais qui agit comme garant moral du pays, intervient en même temps que celle du roi Charles III au Kenya, qui a condamné les abus coloniaux de son propre pays en Afrique de l’Est – tout en sans présenter d’excuses complètes, qui devraient être approuvées par son gouvernement élu.

L’empire colonial allemand, qui n’a jamais égalé l’étendue de celui des Français, des Britanniques ou des Portugais, englobait plusieurs pays africains, dont le Burundi, le Rwanda, la Tanzanie, la Namibie et le Cameroun. Elle cessa d’exister après la Première Guerre mondiale.

Cette responsabilité a longtemps été éclipsée par les deux guerres mondiales et la Shoah. Mais au cours des deux dernières décennies, le pays a néanmoins commencé à se réconcilier avec son passé colonial, le conduisant à procéder à des restitutions.

Il a notamment restitué les ossements de membres des tribus Herero et Nama en Namibie, colonisées de 1884 à 1915, où il a reconnu en mai 2021 avoir commis un « génocide ».

« C’est une autre raison pour laquelle je suis venu à Songea : rapporter ces histoires avec moi en Allemagne afin que davantage de gens dans mon pays les entendent. Ce qui s’est passé ici fait partie de notre histoire commune – l’histoire de vos ancêtres et l’histoire de notre ancêtres en Allemagne.

« Nous, Allemands, devons également faire face à cette histoire afin de pouvoir construire ensemble un avenir meilleur. »

Laisser un commentaire

18 + cinq =