Greece

Jean Delaunay

Le Premier ministre grec annonce les candidats de ses partis aux élections européennes

Mitsotakis demande aux électeurs de regarder au-delà de l’attrait des noms célèbres sur les bulletins de vote, mais les problèmes quotidiens comme la hausse des prix sont plus préoccupants.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a présenté les candidats de son parti au pouvoir, Nouvelle Démocratie, pour les élections européennes de juin.

Le scrutin de Nouvelle Démocratie comprend un certain nombre de visages célèbres tels que des animateurs de télévision, des journalistes et des médaillés olympiques.

Mitsotakis a cependant demandé aux électeurs grecs de regarder au-delà de l’attrait d’un nom célèbre et de prêter attention aux candidats moins reconnaissables.

Mais pour les Grecs ordinaires, ce sont les problèmes quotidiens qui les amèneront aux bureaux de vote, avec des priorités telles que l’inflation et le coût de la vie.

Et certains d’entre eux ne sont pas contents.

« Le gouvernement dit qu’il va aider les agriculteurs avec le prix des engrais », a déclaré un agriculteur à L’Observatoire de l’Europe. « Mais nous n’avons rien vu jusqu’à présent. Nous allons les punir lors de cette élection parce qu’ils n’ont rien fait contre les prix élevés.»

Dans ce contexte, Mitsotakis a appelé les Grecs à envoyer un message de stabilité lors du vote européen de juin, citant l’instabilité géopolitique et les défis financiers.

« Les choses sont devenues très difficiles », a-t-il déclaré lors du lancement de la liste. « Il est donc primordial que la voix forte de notre pays soit entendue dans cette Europe en mutation.

« C’est pourquoi nous votons aux élections du 9 juin. »

Visages célèbres

Parmi les 42 candidats de la liste Nouvelle Démocratie, le nom de Fredi Beleri se démarque.

Il est le maire élu d’origine grecque de la ville albanaise de Chimara et purge actuellement une peine de deux ans de prison pour achat de voix.

Cette affaire a attisé les tensions entre Tirana et Athènes, le ministère grec des Affaires étrangères remettant en question l’objectivité du système judiciaire albanais.

« L’application sélective des décisions de justice et les préjugés sur les décisions de justice ne sont pas conformes à l’État de droit », a déclaré le ministère dans un communiqué.

Laisser un commentaire

quatre × 1 =