Le polonais Duda revient sur la loi controversée sur l'influence russe après un contrecoup

Martin Goujon

Le polonais Duda revient sur la loi controversée sur l’influence russe après un contrecoup

Les amendements proposés par le président polonais supprimeraient une interdiction controversée de la fonction publique de la loi.

BRUXELLES (Reuters) – Le président polonais Andrzej Duda a annoncé vendredi qu’il avait modifié une loi controversée visant à enquêter sur l’influence russe dans la politique polonaise, quelques jours après que l’UE et les États-Unis ont exprimé leur inquiétude quant au fait que le projet de loi pourrait être utilisé pour intimider des rivaux politiques avant les prochaines élections.

Duda a déclaré qu’il avait supprimé l’utilisation de sanctions pour les personnes reconnues coupables d’avoir agi sous l’influence du Kremlin – y compris leur interdiction d’exercer des fonctions publiques – prononcées par une commission ad hoc.

Cependant, la commission préparerait toujours un avis négatif quant à la capacité d’une personne à occuper un poste public.

« Je propose qu’elles (les sanctions) soient plutôt remplacées par une déclaration de la commission selon laquelle une personne dont il a été constaté qu’elle a agi sous l’influence russe ne fournit pas la garantie qu’elle exercera correctement ses activités dans l’intérêt public, », a déclaré le président polonais dans un communiqué.

Le projet de loi initial, y compris l’interdiction de se présenter à des fonctions publiques, a été adopté à une courte majorité vendredi dernier, après un débat houleux alors que l’opposition polonaise a fait valoir que les sanctions proposées pourraient être utilisées pour écarter son chef, Donald Tusk, de la politique.

Le pays se prépare pour ce qui devrait être une élection serrée à la fin de l’année. Selon le sondage des sondages de L’Observatoire de l’Europe, la Coalition civique de Tusk est actuellement à la traîne du parti au pouvoir Droit et justice (PiS).

Les États-Unis et l’UE ont tous deux exprimé leurs inquiétudes au sujet de la loi plus tôt cette semaine, dans une rare initiative conjointe au milieu de la bataille de longue date de Bruxelles avec Varsovie sur les questions d’état de droit.

« Je peux vous assurer que nous n’hésiterons pas à prendre des mesures immédiates si nécessaire lorsque nous verrons qu’il y a de la place et un besoin pour une telle action », a déclaré la vice-présidente de la Commission pour les valeurs et la transparence, Věra Jourová, lors d’une conférence de presse mardi.

Les amendements proposés par Duda doivent maintenant être adoptés par le parlement.

Laisser un commentaire

3 × quatre =