Le petit guide ultime pour vivre (et survivre) sous Poutine

Jean Delaunay

Le petit guide ultime pour vivre (et survivre) sous Poutine

Partez, et si vous ne l’avez pas encore fait, prévoyez de le faire. En Russie, toutes les libertés autrefois érodées ont désormais complètement disparu, écrit Aleksandar Đokić.

À l’époque stalinienne, alors que des millions de personnes souffraient sous un régime arbitraire et totalitaire, il n’y avait que deux conseils utiles à donner à ceux qui avaient des liens avec l’empire soviétique.

Premièrement, si vous avez réussi à échapper aux griffes des communistes soviétiques, n’y revenez jamais. Deuxièmement, si vous êtes toujours coincé là-bas, trouvez un moyen de vous échapper.

La machinerie de répression, mise en place par Vladimir Lénine et considérablement développée par son successeur non sollicité Joseph Staline, n’a protégé personne de son emprise potentielle.

Sa nature totalitaire s’incarnait dans un appareil d’État autoritaire qui voulait s’immiscer dans presque tous les aspects de l’existence humaine. En d’autres termes, il a tenté de nationaliser même les aspects privés de la vie.

Il n’y avait aucune protection de la loi ni aucune institution indépendante. Tout n’était qu’un décor en papier mâché pour la campagne terroriste organisée par l’État et qui ne s’est pas arrêtée même pendant la Seconde Guerre mondiale.

Les comportements sociaux imposés d’en haut, qui permettraient à chacun de rester à l’abri du danger, n’existaient pas non plus à cette époque.

On peut être membre de la classe ouvrière ou paysanne, sans intérêt évident pour la politique, sans être impliqué dans une quelconque lutte organisée contre le régime, et finir quand même dans le Goulag.

On peut être athée, agnostique, chrétien, musulman, juif ou bouddhiste, et se retrouver quand même emprisonné.

On pourrait même être un fervent communiste – titulaire d’une carte du Parti depuis la Révolution d’Octobre 1917 et la guerre civile qui a suivi – et perdre néanmoins tous ses privilèges et son statut.

Échos de traumatismes passés

Aujourd’hui, si vous deviez vous lier d’amitié avec une personne vivant en Russie ou d’origine russe, la plupart d’entre eux auraient des histoires de membres de leur famille réprimés qu’ils pourraient partager avec vous – illustrant l’ampleur de ce traumatisme social transgénérationnel unique, omniprésent et répandu.

Il y a à peine un an et demi, il semblait que ce genre de cauchemar ne se reproduirait plus en Russie, même si les tendances oppressives du Kremlin n’avaient jamais vraiment disparu.

Un homme passe devant un écran publicitaire représentant des soldats de l’armée russe et faisant la promotion du service militaire sous contrat dans l’armée russe à Saint-Pétersbourg, en octobre 2023.
Un homme passe devant un écran publicitaire représentant des soldats de l’armée russe et faisant la promotion du service militaire sous contrat dans l’armée russe à Saint-Pétersbourg, en octobre 2023.

La racine de cette croyance résidait dans le fait que même les dirigeants communistes qui ont succédé à Staline n’ont pas tenté d’imiter le totalitarisme de son époque. Un nouveau contrat social unilatéral imposé par le haut a cédé la place au goulag après sa mort : restez en dehors de la politique et la politique ne vous dérangera pas.

Même si aucun responsable de l’État n’a demandé aux citoyens à quel point la société dans laquelle ils voulaient vivre devait être libre, cela a certainement été un soulagement par rapport au système précédent de pure terreur. D’une certaine manière, cela signifiait une sorte de progrès, même si l’Union soviétique et, plus tard, la Russie étaient à des années-lumière d’une démocratie à part entière.

Qu’a fait Poutine à son propre pays ?

De nombreux observateurs russes pensaient que le même type de contrat social avait été mis en place sous l’ère Poutine, avant février 2022.

Avec Poutine, cependant, il n’y a jamais eu de véritable prétention à un contrat social. Il serait plus juste de parler d’un diktat, stipulant des normes sociales souhaitables non écrites ou ce que l’État attend de ses citoyens.

L’arrivée de Poutine au sommet de la politique russe a créé le mirage d’un marché libre – comme cela deviendra douloureusement clair plus tard, les concepts sont rarement vraiment pleinement mis en œuvre en Russie – une presse libre, un peu de libre pensée et même des élections libres, bien que seulement au niveau local. .

Pour le citoyen moyen, étant donné l’histoire de la violence et de la répression organisées par l’État qui ont marqué l’histoire de la Russie à travers de nombreuses itérations, le diktat de Poutine ne semblait pas si mauvais que ça.

Un piéton marche le long d’un passage souterrain reflété dans un mur de marbre à Moscou, septembre 2023
Un piéton marche le long d’un passage souterrain reflété dans un mur de marbre à Moscou, septembre 2023

L’ambivalence à l’égard des diktats n’est pas une surprise dans la société russe moderne. La dernière fois que la nation russe a réellement choisi son camp à grande échelle, c’était lorsque les provinces centrales ont choisi les bolcheviks plutôt que les Blancs dans une guerre civile menée il y a une centaine d’années.

À l’époque, la plus grande partie de la nation russe – d’autres nations et groupes ethniques de l’empire étaient involontairement pris dans le tourbillon de la guerre et de la destruction – optait pour ce que Lénine leur avait promis : du pain, de la terre et de la paix.

Les bolcheviks n’ont tenu aucune de ces promesses : il y a eu des famines récurrentes qui ont duré des décennies, la terre a été collectivisée et le régime de la terreur s’est transformé en une guerre éternelle contre la population.

Néanmoins, la nation russe croyait toujours avoir conclu un contrat partiel avec l’État – un contrat de justice et d’égalité contre l’autocratie féodale – même si ce contrat n’a jamais été entièrement respecté par le Kremlin.

Le spectre de Staline hante la Russie d’aujourd’hui ?

Dans tous les cas qui ont suivi le règne de Lénine, la nation russe a été en outre mise devant le fait accompli.

Et pour le citoyen moyen, compte tenu de l’histoire de la violence et de la répression organisées par l’État qui ont marqué l’histoire de la Russie à travers de nombreuses itérations, le diktat de Poutine ne semblait pas si mauvais que ça.

Une femme filme avec un smartphone alors qu'elle se rafraîchit à côté d'une fontaine dans le jardin Alexandre à côté du Kremlin, à Moscou, août 2023
Une femme filme avec un smartphone alors qu’elle se rafraîchit à côté d’une fontaine dans le jardin Alexandre à côté du Kremlin, à Moscou, août 2023

Que l’on suive la maxime « le pouvoir tend à corrompre, le pouvoir absolu corrompt absolument » et concluons que Poutine et ses confidents ont changé quelque part en cours de route, ou que l’on choisisse l’hypothèse du « plan stratégique », le grand conflit a toujours été dans l’esprit de Poutine. des vues, il lui a simplement fallu des décennies pour s’y préparer – il n’en demeure pas moins que la Russie d’avant 2022 et celle que nous avons aujourd’hui sont de nature fondamentalement différente.

La Russie de Poutine, avant l’invasion à grande échelle de l’Ukraine, était autoritaire et elle l’a encore davantage été au fil des années. La Russie d’aujourd’hui s’engage cependant sur la voie totalitaire.

Le niveau et les diverses méthodes et modalités de la répression ne peuvent être comparés à ceux de Staline, mais leur caractère arbitraire hante une fois de plus les citoyens russes.

Partir ou prévoir de le faire

Le guide sur la façon de survivre sous les dernières étapes du poutinisme serait identique à celui expliquant comment survivre sous Staline : partez, et si vous ne l’avez pas encore fait, planifiez de le faire. En Russie, toutes les libertés autrefois érodées ont de toute façon complètement disparu.

Kirill Martynov, rédacteur en chef de Novaya Gazeta Europe, a résumé en une phrase l’état actuel du système politique russe dans son commentaire sur les prochaines élections présidentielles : « Quiconque suggère que l’opposition s’unisse et désigne son propre candidat , doit garder à l’esprit qu’une telle personne est en réalité appelée à se sacrifier.

Aujourd’hui, même ceux qui n’ont aucun lien politique avec un groupe d’opposition peuvent toujours être accusés d’un commentaire aléatoire laissé en ligne il y a des années – les lois de censure en Russie sont rétroactives.

Il ne suffit pas de renoncer à toute initiative sociale individuelle pour ne pas être inculpé de trahison, de « discrédit de l’armée » ou de soutien au « nazisme ».

Toute protestation, même sous ses formes les plus minimes ou les plus banales, peut vous amener à être envoyé dans un pénitencier isolé, où vous serez obligé de purger votre peine dans des conditions inhumaines aux côtés des pires criminels du pays.

Une valise et un billet de sortie restent une option beaucoup plus attrayante.

Laisser un commentaire

17 + 19 =