Le Pen fait monter les enchères en contestant le rôle de commandant en chef de Macron

Martin Goujon

Le Pen fait monter les enchères en contestant le rôle de commandant en chef de Macron

La leader française d’extrême droite Marine Le Pen remet en question l’autorité du président Emmanuel Macron à la tête des forces armées, quelques jours avant des élections cruciales que son parti risque de perdre, au moment même où il cherche à se redéfinir comme l’un des alliés militaires les plus fidèles de l’Ukraine.

Les remarques explosives de Le Pen surviennent alors que l’extrême droite est sur le point de remporter les élections législatives anticipées en France, ce qui ouvrirait la voie à une cohabitation difficile entre le président libéral Macron et un potentiel Premier ministre d’extrême droite (probablement Jordan Bardella), provoquant le chaos pour les Français. gouvernance dans toute une série de secteurs, y compris la défense.

Le Rassemblement national monte désormais la barre – et soulève la perspective de troubles politiques – en insistant sur le fait qu’il s’efforcera d’exercer une influence dans des domaines traditionnellement associés au président – ​​allant du « domaine réservé » de la défense à la nomination d’un commissaire européen.

« Chef des armées, pour le président, c’est un titre honorifique puisque c’est le premier ministre qui tient les cordons de la bourse », a déclaré mercredi Le Pen dans un entretien au quotidien régional français Le Télégramme. « La Jordanie n’a aucune intention. de lui chercher querelle, mais il a fixé des lignes rouges. En Ukraine, le président ne pourra pas envoyer de troupes.»

La défense est un sujet particulièrement sensible car les accusations de flirt entre Le Pen et le Kremlin circulent depuis longtemps, Macron l’ayant directement dénoncée parce qu’elle était à la solde des Russes.

Plus tôt cette année, Macron a évoqué la possibilité d’envoyer des troupes occidentales sur le terrain en Ukraine, pour aider Kiev à repousser l’invasion à grande échelle du président russe Vladimir Poutine. Cela a suscité des critiques tant au niveau national que de la part des alliés occidentaux, et marque une ligne de fracture claire entre le président et son nouveau gouvernement de droite probablement hostile.

L’Ukraine, qui dépend de ses alliés occidentaux pour ses armes et ses équipements militaires, craint déjà la perspective d’un retour à la présidence américaine de Donald Trump, sceptique à l’égard de l’OTAN, après l’élection de novembre – et la réduction par la France de son soutien en matière de défense porterait un coup dur à son effort de guerre.

Les alliés de Macron se sont précipités jeudi matin pour accuser Le Pen de menacer l’ordre et la sécurité du pays.

« Si vous prétendez que celui qui nomme aux postes civils et militaires de l’Etat, celui qui préside les conseils de défense, celui dont la constitution dit en toutes lettres ‘il est le chef des forces armées’ (…) alors vous remettent profondément en question la Constitution », a déclaré François Bayrou, chef du parti centriste français MoDem et l’un des principaux alliés de Macron.

Le Pen semble avoir nuancé jeudi sa position dans un post sur X : « Sans remettre en cause le domaine réservé du président de la République, en matière d’envoi de troupes à l’étranger, le Premier ministre dispose, par le contrôle budgétaire, des moyens de s’y opposer. »

La montée en puissance de l’extrême droite française aux élections européennes a submergé les libéraux de Macron et a incité le président à convoquer des élections anticipées dans une tentative désespérée de tenir la droite à distance – qui semble vouée à l’échec, selon le sondage des sondages de L’Observatoire de l’Europe.

Macron lui-même a averti lundi qu’une victoire de l’extrême gauche ou de l’extrême droite lors des votes anticipés pourrait déclencher une « guerre civile ». Le président a déclaré que le parti d’extrême gauche France Unbowed et le Rassemblement National d’extrême droite de Le Pen poursuivent tous deux des politiques de division qui attisent les tensions entre les communautés.

La montée de l’extrême droite française aux élections européennes a submergé les libéraux de Macron et a incité le président à convoquer des élections anticipées dans une ultime tentative pour tenir la droite à distance. | Magali Cohen/Hans Lucas/AFP via Getty Images

Le Pen estime que le président français aura peu de pouvoir pour choisir le prochain Premier ministre et espère que Jordan Bardella, président du Rassemblement national, assumera ce rôle.

« Je dis depuis longtemps que Jordan Bardella serait Premier ministre. Et nous travaillons depuis des mois, en nous projetant sur nos futures fonctions… », a-t-elle déclaré.

Le ministre de la Défense de Macron, Sébastien Lecornu, a déclaré lundi que la France continuerait à fournir à l’Ukraine des missiles Aster et SCALP, ainsi qu’un armement air-sol modulaire. Paris enverra également des avions de combat Mirage 2000-5 qui aideront l’Ukraine à acquérir la supériorité aérienne, a-t-il ajouté.

Mais au début du mois, Bardella a déclaré qu’il fournirait des munitions à l’Ukraine, mais pas de missiles à longue portée. L’envoi de troupes dans ce pays déchiré par la guerre est « une ligne rouge », a-t-il ajouté.

Et dans son manifeste publié lundi, le Rassemblement national a déclaré vouloir garantir que les armes nucléaires françaises ne puissent être utilisées que pour la propre défense de la France.

Il s’agissait d’une attaque directe contre Macron, qui a répété à plusieurs reprises ces derniers mois que les armes nucléaires françaises pourraient contribuer à la sécurité de l’Europe, appelant à un débat sur la question avec ses partenaires européens – mais déclenchant les critiques de Le Pen.

Laisser un commentaire

3 × 3 =