Revolut CEO Nikolay Storonsky is confident that the company should have a UK banking licence in the near future.

Jean Delaunay

Le PDG de Revolut espère que la licence bancaire britannique sera bientôt accordée

La société fintech a enregistré des bénéfices avant impôts records sur l’ensemble de l’année 2023 et espère que cela contribuera à convaincre les autorités britanniques de lui accorder une licence bancaire.

Nikolay Storonsky, PDG et fondateur de Revolut, a déclaré qu’il était convaincu que la société fintech recevrait une licence bancaire au Royaume-Uni dans un avenir proche, suite aux bénéfices avant impôts records de la société pour 2023. Il a fait ces commentaires dans une interview avec CNBC.

Le parcours du géant de la fintech pour obtenir une licence bancaire au Royaume-Uni a commencé en janvier 2021 mais, depuis lors, il a été confronté à une série d’obstacles et de retards. L’entreprise a reçu une licence bancaire complète de la Banque centrale européenne (BCE) en 2021 ainsi qu’une licence bancaire de l’UE en 2018, obtenue par l’intermédiaire de la Lituanie.

Elle opère en tant que banque agréée dans 30 pays depuis l’année dernière.

Storonsky estime que la taille même de Revolut, plutôt que des problèmes spécifiques liés à l’entreprise elle-même, pourrait donner à réfléchir à l’Autorité de conduite financière (FCA) du Royaume-Uni pour le moment, avec des contrôles de diligence raisonnable plus poussés.

Revolut a enregistré un bénéfice net de 344 millions de livres sterling (405,19 millions d’euros) en 2023, ainsi qu’un chiffre d’affaires de 1,8 milliard de livres sterling, soit une augmentation de 95 % par rapport aux 0,92 milliard de livres sterling enregistrés en 2022. Le bénéfice avant impôts s’est élevé à 438 millions de livres sterling l’année dernière.

Le nombre de clients de détail a connu une augmentation de 45 % pour atteindre 38,0 millions, contre 26,2 millions en 2022, avec des transactions mensuelles, en décembre 2023, passant de 341 millions de livres sterling à 590 millions de livres sterling.

Storonsky a déclaré dans les résultats financiers de l’année 2023 : « Revolut est déjà l’une des principales institutions financières sur bon nombre de nos marchés et continue de croître rapidement. En 2023, notre base de clients a atteint 38,0 millions, avec 11,8 millions de nouveaux clients rejoignant Revolut – le plus haut niveau jamais atteint dans notre histoire.

« Nous avons terminé l’année avec Revolut, l’application la plus téléchargée dans la catégorie finance en Europe, classée première dans 11 pays et dans le top 3 dans 21 pays européens. Nous nous sommes développés en Nouvelle-Zélande et au Brésil, notre premier marché en Amérique du Sud. Nos progrès ont également été reconnus par un certain nombre de prix du secteur pour la qualité de nos produits et notre innovation. »

Pourquoi la licence bancaire britannique de Revolut a-t-elle été si retardée ?

Revolut a connu de nombreux retards dans sa mission visant à obtenir une licence bancaire au Royaume-Uni, bien qu’elle opère déjà en tant que banque agréée dans plusieurs autres juridictions.

L’une des principales raisons de cette situation est l’incertitude qui règne dans le secteur bancaire mondial depuis quelques années, notamment depuis la faillite de la Silicon Valley Bank (SVB). Bien que cette dernière ait eu lieu aux États-Unis, l’effondrement de Credit Suisse et son acquisition ultérieure par UBS ont probablement touché de plus près les autorités britanniques. Cela a conduit à des contrôles plus stricts des licences bancaires.

Un autre facteur important a été que la structure des actions de Revolut n’était pas conforme aux exigences de la Prudential Regulation Authority, ce qui a obligé l’entreprise fintech à la modifier rapidement. Pour ce faire, elle a conclu un partenariat avec SoftBank afin de convertir ses actions en une structure plus acceptable.

En outre, Revolut a également connu des problèmes en raison du retard de la publication de ses états financiers 2021 et 2022, ainsi que du contrôle accru des auditeurs lorsqu’il s’agissait de vérifier la légitimité des revenus de l’entreprise.

Laisser un commentaire

vingt − huit =