CEO of HSBC, Noel Quinn, speaks during the Bloomberg Transition Finance Action Forum at the Plaza Hotel in New York. Sept. 19, 2023.

Milos Schmidt

Le patron de HSBC, Quinn, prend une décision surprise de prendre sa retraite après cinq ans de refonte de la banque

Noel Quinn va se retirer après cinq années tumultueuses à la tête de la banque basée au Royaume-Uni.

Le prêteur HSBC est à la recherche d’un nouveau PDG après que Noel Quinn, 62 ans, a annoncé de manière inattendue sa retraite mardi.

À la tête de l’entreprise depuis 2019, Quinn a guidé le prêteur tout au long d’un processus de restructuration, luttant contre les vents contraires liés à la pandémie de Covid-19 et à un différend concernant la division Asie de HSBC.

« Après cinq années intenses, c’est maintenant le bon moment pour moi de trouver un meilleur équilibre entre ma vie personnelle et professionnelle », a déclaré Quinn dans un communiqué.

HSBC étudie des candidats internes et externes pour remplacer l’actuel PDG, qui conservera ses fonctions jusqu’à ce qu’un successeur soit trouvé.

Quinn a également accepté de rester disponible jusqu’à la fin de son délai de préavis de 12 mois, qui expire fin avril 2025.

Le processus de recrutement devrait être achevé d’ici le second semestre de cette année.

Quinn, qui travaille chez HSBC depuis 37 ans, est intervenu pour la première fois en tant que PDG par intérim lorsque son prédécesseur, John Flint, a été contraint de quitter ses fonctions les plus élevées.

Au cours de son mandat, Quinn a supprimé 35 000 emplois dans le cadre d’une stratégie de réduction des coûts et, l’année dernière, il a également surmonté une dispute avec l’actionnaire principal Ping An.

Ping An, un assureur chinois, poussait HSBC à scinder ses activités asiatiques en une entité cotée à Hong Kong.

Quinn a rejeté la demande, arguant que les propositions visant à diviser le prêteur selon une ligne Est-Ouest n’étaient pas dans le meilleur intérêt des actionnaires.

Depuis lors, HSBC s’est davantage tournée vers l’Asie, en vendant des activités au Canada, en France, aux États-Unis et en Argentine.

Les actions de HSBC ont gagné environ 30 % pendant le mandat de Quinn. L’année dernière, la banque a enregistré un bénéfice annuel record de 30 milliards de dollars (28 milliards d’euros).

Au cours de ce récent trimestre, les bénéfices avant impôts ont néanmoins diminué d’environ 1,8% sur un an, l’expansion de l’activité en Asie ayant fait grimper les coûts.

Laisser un commentaire

quatorze − sept =