General view of the plenary chamber in the Bundestag, at the Reichstag building in Berlin, Germany, Thursday, Jan. 18, 2024.

Jean Delaunay

Le parti d’extrême droite allemand critiqué pour l’annonce d’une réunion extrémiste

Le parti Alternative pour l’Allemagne a déclaré qu’il n’avait aucun lien organisationnel ou financier avec l’événement et qu’il n’était pas responsable de ce qui avait été discuté lors de la réunion.

Les partis au pouvoir en Allemagne ont attaqué un parti d’opposition d’extrême droite renaissant à cause d’un rapport selon lequel des extrémistes se seraient récemment réunis pour discuter de l’expulsion de millions d’immigrés, dont certains possédant la nationalité allemande, ce qui a conduit à une série de manifestations ces derniers jours.

Le média Correctiv a fait état la semaine dernière de la prétendue réunion d’extrême droite de novembre, à laquelle auraient participé des personnalités du Mouvement identitaire extrémiste et de l’Alternative d’extrême droite pour l’Allemagne, ou AfD.

Un membre éminent du Mouvement identitaire, le citoyen autrichien Martin Sellner, a présenté sa vision de la « remigration » des déportations.

Les sondages nationaux placent actuellement l’AfD en deuxième position avec un soutien de plus de 20 %, derrière le principal bloc d’opposition de centre-droit, mais devant les partis de l’impopulaire coalition gouvernementale de centre-gauche du chancelier Olaf Scholz.

Le parti est encore plus fort dans trois régions de l’Est, autrefois communiste, qui organiseront des élections nationales en septembre.

L’AfD a cherché à se démarquer de la réunion, affirmant qu’elle n’avait aucun lien organisationnel ou financier avec l’événement, qu’elle n’était pas responsable de ce qui y était discuté et que les membres qui y assistaient l’avaient fait à titre purement personnel.

Alice Weidel, co-dirigeante de l’AfD, s’est toutefois séparée d’un conseiller, Roland Hartwig, qui était présent sur place, tout en dénonçant les informations elles-mêmes.

Ces derniers jours, « nous avons entendu des craintes et des inquiétudes ; nous avons vu qu’en Allemagne, aux tables des cuisines, les citoyens allemands discutent de la question de savoir s’ils doivent fuir leur propre pays», a déclaré jeudi au Parlement Lars Klingbeil, co-leader des sociaux-démocrates de Scholz.

« Vous êtes un loup déguisé en mouton, mais je vous dis que votre façade commence à s’effondrer », a-t-il déclaré aux députés de l’AfD.

Konstantin Kuhle, un haut législateur des Démocrates libres, l’un des partenaires de la coalition de Scholz, a déclaré que la réunion rapportée montrait que l’AfD s’efforçait de servir de « mandataires civiques » aux extrémistes de droite.

Les gens se tiennent sur la place Alter Markt pendant la
Des gens se tiennent sur la place Alter Markt lors des manifestations « Potsdam se défend » à Potsdam, près de Berlin, en Allemagne, le dimanche 14 janvier 2024.

Des manifestations contre l’extrême droite ont eu lieu à plusieurs reprises dans les villes allemandes ces derniers jours, dont celle de mardi à Cologne qui a attiré des dizaines de milliers de participants.

Le chef de file de l’AfD, Bernd Baumann, s’est plaint du fait que les partis dominants « falsifient nos revendications, en particulier sur la question de la « remigration » » et a affirmé que son parti était confronté à « une campagne sournoise menée par des politiciens et des journalistes de la classe verte de gauche ruinée ».

« De petits clubs de débat privés sont transformés en réunions secrètes qui constituent un danger pour le public », a-t-il ajouté.

Cette fureur a incité l’Allemagne à envisager de chercher à interdire l’AfD, qui évolue progressivement vers la droite depuis sa création en 2013.

Beaucoup de ses opposants se sont prononcés contre cette idée, arguant que le processus serait long, que le succès est très incertain et qu’il pourrait profiter au parti en lui permettant de se présenter comme une victime.

Laisser un commentaire

20 − deux =