A view of the Swedish Parliament as lawmakers vote on the new gender identity law, in Stockholm, Wednesday, April 17, 2024.

Jean Delaunay

Le parlement suédois facilite le changement de genre pour les jeunes

Les deux plus grands partis de la coalition gouvernementale de centre-droit ont soutenu le projet de loi, qui a finalement été adopté sans problème.

Le Parlement suédois a adopté une loi abaissant de 18 à 16 ans l’âge requis pour changer d’identité de genre.

Les moins de 18 ans doivent toujours obtenir l’approbation d’un tuteur, d’un médecin et du Conseil national de la santé et de la protection sociale.

La loi stipule également qu’un diagnostic officiel de dysphorie de genre, un état de détresse psychologique ressenti par ceux dont l’expression de genre ne correspond pas à leur identité de genre, n’est plus requis.

Le projet de loi a été adopté par 234 voix contre 94, en l’absence de 21 députés, à l’issue d’un débat qui a duré près de six heures.

La Suède rejoint un certain nombre de pays dotés de lois similaires, notamment le Danemark, la Norvège, la Finlande et l’Espagne.

Johan Hultberg, du parti des Modérés, dirigé par le Premier ministre suédois Ulf Kristersson, a qualifié le résultat de « gratifiant ». Hultberg a commenté que la loi était « une réforme prudente mais importante pour un groupe vulnérable. Je suis content que nous en ayons fini avec ça. »

Plusieurs personnes se sont rendues sur Twitter pour féliciter Hultberg pour avoir dirigé la législation. Le conseiller politique du ministre suédois du Climat et de l’Environnement a déclaré : « Les plus grands éloges à @HultbergJohan (M) pour ses efforts dans le débat sur la loi sur l’identité de genre aujourd’hui. »

La coalition de centre-droit de Kristersson était divisée sur la question, les modérés et les libéraux soutenant largement la loi tandis que les plus petits démocrates-chrétiens s’y opposaient.

Les Démocrates de Suède, un parti socialement conservateur d’extrême droite qui soutient le gouvernement au Parlement mais ne fait pas partie de la coalition gouvernementale, se sont également opposés à la loi.

Le chef du parti, Jimmie Åkesson, a déclaré sur X qu' »il faudrait enquêter sur la mesure dans laquelle les opérations chirurgicales de correction du sexe doivent être payées par les contribuables suédois ».

Peter Sidlund Ponkala, président de la Fédération suédoise pour les droits des lesbiennes, gays, bisexuels, transgenres, queer et intersexués, connue sous son acronyme suédois RFSL, a qualifié l’adoption de la loi de « pas dans la bonne direction » et de « reconnaissance pour tous ceux qui ont j’attends depuis des décennies une nouvelle loi.

Vendredi dernier, les législateurs allemands ont approuvé une législation similaire, permettant aux personnes transgenres, intersexuées et non binaires de changer plus facilement leur nom et leur sexe dans les actes officiels directement dans les bureaux d’état civil.

Laisser un commentaire

4 × 3 =