Abortion remains a controversial subject in Catholic-majority Poland, in spite of the parliament

Jean Delaunay

Le Parlement polonais vote en faveur d’un assouplissement des restrictions sur l’avortement

Ewa Schaedler, du parti Troisième Voie, a qualifié le vote de « symbolique » et de « avancée » pour les Polonaises. Mais le sujet reste controversé dans ce pays majoritairement catholique.

Les législateurs polonais ont voté vendredi sur quatre projets de loi distincts visant à envisager des modifications à l’interdiction quasi-totale de l’avortement dans le pays, une question très controversée dans ce pays majoritairement catholique.

La Pologne possède certaines des lois sur l’avortement les plus restrictives d’Europe.

Deux des propositions, dont une émanant de la Plateforme civique du Premier ministre Donald Tusk, visent à légaliser l’avortement jusqu’à la 12e semaine de grossesse.

« Aujourd’hui est vraiment un jour symbolique, un jour décisif et un jour dont nos filles et petites-filles se souviendront probablement », a déclaré Ewa Schaedler, membre du parti Troisième Voie. « Il s’est produit quelque chose qui était presque impossible à surmonter depuis 30 ans. Après 23 tentatives différentes pour modifier nos lois sur l’avortement, qui ont toutes été jetées à la poubelle en première lecture, nous avons réussi aujourd’hui.

Un quatrième projet de loi émanant d’un parti politique conservateur ramènerait le pays à la loi restrictive sur l’avortement de 1993.

Une décision de justice de 2020 a encore réduit l’accès à l’avortement, déterminant que les femmes ne pouvaient plus interrompre leur grossesse en raison de malformations fœtales. L’avortement est autorisé en cas de viol ou d’inceste, ou si la vie de la mère est en danger.

Kinga Jelinska, de l’équipe polonaise de rêve sur l’avortement, qui vise à normaliser l’interruption de grossesse, a déclaré qu’il existe une forte demande de services.

« Nous aidons 130 femmes à avorter chaque jour, plus de 100 d’entre elles prennent des pilules abortives chez elles, généralement obtenues sur Internet, auprès de Women Help Women et d’autres prestataires fiables », a-t-elle déclaré.

« Certaines d’entre elles voyagent à l’étranger parce qu’elles sont enceintes de plus de 12 semaines et doivent se rendre dans une clinique à l’étranger. Nous les soutenons également financièrement et en tant que réseau d’Avortement sans frontières, nous avons dépensé plus de 11 millions d’euros ces dernières années. »

Il y a cependant eu des cas de femmes qui sont décédées alors que les médecins attendaient pour procéder à une interruption de grossesse.

Des sondages récents montrent que davantage de Polonais sont favorables à une modification des règles. Tout changement doit toutefois être promulgué par le président Andrzej Duda, qui s’aligne sur l’ancien gouvernement populiste.

Krzysztof Szczucki, membre du parti Droit et Justice (PiS), a déclaré avoir voté contre les quatre projets.

« Je pense que chacune d’elles est incompatible avec la Constitution polonaise et doit donc être rejetée », a-t-il déclaré.

Les militants du droit à l’avortement, comme Antonina Lewandowska de la Fondation pour les femmes et le planning familial (FEDERA), qui luttent depuis des années pour la libéralisation de la loi, hésitent à crier victoire trop tôt.

« Je pense que c’est la première bataille qui a été gagnée, mais il y en a encore beaucoup d’autres qui nous attendent », a-t-elle déclaré.

Le vote de la Pologne en faveur de l’ouverture d’un débat sur la libéralisation de la loi sur l’avortement coïncide avec la volonté du Parlement européen d’inclure l’avortement dans la Charte des droits fondamentaux.

Laisser un commentaire

cinq × 2 =