Sweden

Jean Delaunay

Le Parlement hongrois s’apprête à donner son feu vert à l’adhésion de la Suède à l’OTAN 18 mois après la première candidature

Le retard de la Hongrie à ratifier l’adhésion de la Suède à l’alliance militaire a été accusé de tentative d’obtenir des concessions de l’UE.

Le parlement hongrois devrait ratifier lundi l’adhésion de la Suède à l’alliance militaire de l’OTAN, donnant son approbation 18 mois après que le pays scandinave a fait sa première offre d’adhésion.

La Hongrie est le dernier des 31 membres de l’OTAN à approuver l’adhésion de la Suède, après que la Turquie a soutenu cette décision le mois dernier.

Cela intervient après que le Premier ministre suédois Ulf Kristersson s’est rendu à Budapest la semaine dernière pour une réunion avec son homologue hongrois, le Premier ministre Viktor Orbán, au cours de laquelle un accord sur l’industrie de défense a été conclu.

Dans le cadre de cet accord, la Hongrie acquerra quatre chasseurs-bombardiers Gripen qui, selon Orbán, « augmenteront considérablement nos capacités militaires et renforceront encore notre capacité à jouer un rôle à l’étranger ».

L’adhésion à l’OTAN nécessite l’unanimité de tous ses membres, et le vote de lundi éliminera donc le dernier obstacle à l’adhésion de la Suède.

La Suède, comme la Finlande voisine, a tenté de rejoindre l’alliance quelques semaines après que la Russie a lancé son invasion à grande échelle de l’Ukraine le 24 février 2022, abandonnant des décennies de neutralité.

Mais contrairement à la Finlande, sa candidature a été retardée car Ankara et Budapest cherchaient à obtenir des concessions.

La Turquie a accusé la Suède d’être indulgente envers les partisans des militants kurdes et d’autres groupes en Suède qu’Ankara considère comme des menaces à la sécurité, ce qui a conduit Stockholm à renforcer ses lois antiterroristes, rendant le soutien aux organisations extrémistes passible de huit ans de prison.

L’OTAN a également accepté de créer un coordinateur spécial pour la lutte contre le terrorisme et a nommé à ce poste le secrétaire général adjoint Tom Goffus.

Budapest, quant à elle, s’en prend à ce qu’elle décrit comme des « mensonges flagrants » de la part d’hommes politiques suédois sur l’état de la démocratie hongroise.

La position de la Hongrie lui a valu des accusations selon lesquelles elle tentait d’utiliser la candidature de la Suède à l’OTAN pour obtenir des concessions au niveau de l’UE.

Laisser un commentaire

seize − 12 =