Le parlement géorgien adopte une loi sur les « agents étrangers » dans le cadre de la répression des manifestations pro-européennes

Martin Goujon

Le parlement géorgien adopte une loi sur les « agents étrangers » dans le cadre de la répression des manifestations pro-européennes

TBILISI — Les députés géorgiens ont approuvé mardi un projet controversé visant à qualifier des centaines d’ONG et de médias d’agents étrangers, ouvrant la voie à l’adoption du projet de loi malgré la dissidence nationale croissante et la condamnation des États-Unis et de l’UE.

Lors d’un vote, les parlementaires ont soutenu les propositions présentées par le parti au pouvoir, le Rêve géorgien, par 84 voix pour et 30 contre, après des semaines de débats controversés qui ont vu plusieurs bagarres éclater dans l’hémicycle et l’agression d’un haut législateur. Des foules se sont rassemblées devant le bâtiment du Parlement couvert de graffitis, sifflant, vuvuzelas et frappant même des casseroles et des poêles dans le but de se faire entendre des législateurs à l’intérieur.

Selon les nouvelles règles, les groupes de la société civile recevant plus de 20 pour cent de leurs revenus de l’étranger seront tenus de s’enregistrer comme « organisations servant les intérêts d’une puissance étrangère », une étiquette qui, selon les critiques, sera utilisée pour faire taire les militants anti-corruption et d’autres critiquent le gouvernement.

La présidente géorgienne Salomé Zourabichvili s’est engagée à ne pas signer le projet de loi dans le cadre d’un désaccord croissant avec le parti au pouvoir, mais son veto peut être annulé par une majorité simple au Parlement, ouvrant la voie à son entrée en vigueur dans les semaines à venir.

S’adressant à L’Observatoire de l’Europe, Tinatin Bokuchava, président du plus grand parti d’opposition au parlement, le Mouvement national uni, a déclaré que le vote « concentrerait les esprits sur le besoin urgent d’un changement de régime en Géorgie ».

« À l’approche des élections d’octobre, je suis convaincu que l’unité observée dans les rues de Géorgie ces dernières semaines constituera un moment décisif dans l’histoire de notre nation. Notre place est en Europe », a-t-elle ajouté.

Un jeune manifestant attend le résultat du vote mardi devant le parlement national géorgien. | Gabriel Gavin/POLITIQUE

Georgian Dream et le service de presse parlementaire n’ont pas répondu aux demandes de commentaires.

Bruxelles a accordé à la Géorgie le statut de candidate à l’UE en décembre, malgré les avertissements selon lesquels elle reculerait sur des questions clés en matière de droits de l’homme et n’aurait pas réussi à mettre pleinement en œuvre les réformes requises par la Commission européenne, notamment la lutte contre la polarisation politique. L’UE a déclaré que le projet de loi était « incompatible avec les valeurs européennes » et pourrait contrecarrer la tentative du pays du Caucase du Sud d’adhérer au bloc.

Selon une lettre consultée par L’Observatoire de l’Europe, une douzaine de ministres des Affaires étrangères de l’UE ont exhorté vendredi le plus haut diplomate de l’UE, Josep Borrell, à « envoyer un message sans équivoque à Tbilissi selon lequel cette législation est incompatible avec les progrès de la Géorgie sur la voie de l’UE » via un « message oral ». mise à jour » sur l’adhésion de la Géorgie à l’UE.

« Nous vous demandons de bien vouloir entreprendre cela en priorité et de veiller à ce que cette évaluation publique soit publiée avant le vote final au parlement géorgien », indique la lettre signée par les ministres des Affaires étrangères de la Tchéquie, du Danemark et de l’Estonie. , Finlande, France, Allemagne, Irlande, Lettonie, Lituanie, Pays-Bas, Pologne et Suède.

Cependant, aucune déclaration de ce type n’a été faite, le Brussels Playbook de L’Observatoire de l’Europe rapportant que la Hongrie, aidée par la Slovaquie, a fait obstacle à un accord.

Pendant ce temps, au Parlement européen, des députés représentant les groupes PPE, S&D, Verts et Renew ont écrit à Borrell pour l’exhorter à préparer des sanctions « ciblées » contre les politiciens du Rêve géorgien qui ont poussé à la loi sur les agents étrangers – y compris le Premier ministre Irakli Kobakhidze – ainsi que contre les députés qui ont voté pour.

Depuis des semaines, les Géorgiens manifestent devant le Parlement à Tbilissi contre la soi-disant loi russe. | Gabriel Gavin/POLITIQUE

S’exprimant en marge du sommet de Copenhague sur la démocratie, le président du Conseil européen, Charles Michel, a déclaré qu’il avait appelé Kobakhidze ces derniers jours pour l’exhorter à « s’en tenir aux principes de l’État de droit, aux principes démocratiques, et également à répondre aux attentes des citoyens ». la population. » Il a toutefois ajouté : « Je ne suis pas favorable aux sanctions. Je pense qu’à ce stade, la priorité devrait être le dialogue, le dialogue politique.

Des dizaines de milliers de Géorgiens sont descendus dans la rue ces dernières semaines pour protester contre le projet de loi, que les militants ont qualifié de « loi russe » en raison de sa similitude avec les règles utilisées par Moscou pour fermer les groupes de la société civile et réprimer les critiques. La police anti-émeute a utilisé des gaz lacrymogènes, des boucliers et des matraques pour disperser la foule rassemblée devant le Parlement, arrêtant au moins 20 personnes avant le vote.

Laisser un commentaire

12 + onze =