Le « palais du pouvoir » romain rouvre aux touristes 50 ans après sa fermeture pour restauration

Jean Delaunay

Le « palais du pouvoir » romain rouvre aux touristes 50 ans après sa fermeture pour restauration

La Domus Tiberiana, vieille de près de 2 000 ans, abritait les dirigeants de la ville à l’époque impériale.

Un ancien palais impérial romain au sommet de la colline Palatine de la ville a été rouvert aux touristes jeudi 21 septembre, près de 50 ans après sa fermeture pour restauration.

La Domus Tiberiana, vieille de près de 2 000 ans, abritait les dirigeants de la période impériale de l’ancienne ville. Le vaste palais offre une vue imprenable sur le Forum romain en contrebas.

Le public peut désormais le visiter, après des décennies de travaux de restauration structurelle visant à consolider le palais pour des raisons de sécurité.

Les fouilles ont mis au jour des objets datant de siècles de vie romaine après le déclin de l’empire.

Le palais date à l’origine de l’époque de Néron

Le directeur du parc archéologique du Colisée, qui comprend le mont Palatin, dans une description écrite du palais restauré, l’a surnommé « le palais du pouvoir par excellence ».

À la veille de la réouverture, la responsable, Alfonsina Russo, a cité un poète romain du premier siècle disant que le palais tentaculaire semblait « infini » et que « sa grandeur était comme celle du ciel ».

Photo AP/Gregorio Borgia
Un visiteur se promène dans la domus Tiberiana, récemment restaurée, l’un des principaux palais impériaux.

Bien que la domus, ou résidence, porte le nom de Tibère, qui dirigea l’empire après la mort d’Auguste, des études archéologiques indiquent que les fondations du palais datent de l’époque de Néron, peu après l’incendie de 64 après JC qui dévasta une grande partie de la ville.

Après la chute de l’Empire romain, la résidence a subi des siècles d’abandon, jusqu’au moment où, dans les années 1500, la famille noble Farnèse a aménagé un vaste jardin autour des ruines.

Photo AP/Gregorio Borgia
Une vue sur le Forum romain depuis un balcon de la domus Tiberiana récemment restaurée.

Grâce à la réouverture du palais au public, les visiteurs peuvent aujourd’hui avoir une meilleure idée du chemin parcouru par les anciens empereurs et leurs cours en route vers la domus.

Des centaines d’objets sont exposés

Le mot anglais « palatial » s’inspire de la somptueuse résidence impériale au sommet du Palatin, l’une des sept collines de la Rome antique.

La domus, construite sur le versant nord-ouest de la colline, est considérée comme le premier véritable palais impérial. Outre la résidence de l’empereur, le complexe comprenait des jardins, des lieux de culte, des quartiers pour la garde prétorienne qui protégeait le souverain et un quartier de services pour les ouvriers qui surplombait le Forum romain.

Photo AP/Gregorio Borgia
Un visiteur admire les découvertes archéologiques à l’intérieur de la domus Tiberiana récemment restaurée.

Les travaux de fouilles et de restauration, effectués également pendant la pandémie de coronavirus, alors que pendant des mois le tourisme était au minimum, ont aidé les archéologues à reconstituer ce que Russo appelle des siècles d’histoire dans un lieu qui « d’une manière ou d’une autre a été oublié ».

Les visiteurs de la domus rouverte sont exposés à une sélection de centaines d’objets trouvés, notamment des objets en métal et en verre.

Des statues, d’autres décorations et des pièces de monnaie anciennes ont également été déterrées.

Laisser un commentaire

onze + douze =